Comment identifier un-e bon-ne compagnon/compagne de voyage ?

· 18 août 2017

Un voyage est une expérience merveilleuse, pratiquement dans tous les cas. Que nous soyons seul-e ou accompagné-e, que nous ayons de l’argent ou non, que nous partions près ou loin de chez nous. En voyageant, vous dites adieu à votre routine et vous vous exposez à de nouvelles choses. C’est comme mettre son cœur en « mode aventure », ce qui est toujours stimulant et apporte de multiples bénéfices.

Si nous parlons du voyage idéal, il est sûrement merveilleux de pouvoir le partager avec quelqu’un. Un compagnon de voyage multiplie les possibilités et vous offre l’opportunité de partager immédiatement vos impressions et trouvailles.


« Au moment où il faut escalader une grande montagne, personne n’abandonne un compagnon pour atteindre la cime en solitaire. »

-Tenzing-


Le problème est que toutes les personnes ne vous garantissent pas de vivre un voyage incroyable. Certain-e-s compagnons/compagnes de voyage peuvent se transformer en véritable cauchemar et détruire ce qui aurait pu être un fabuleux moment. D’autres, en revanche, enrichissent l’expérience. Quels sont donc ces traits qui permettent d’identifier un-e bon-ne compagnon/compagne de voyage ? Nous allons vous en révéler cinq.

Un-e bon-ne compagnon/compagne de voyage est solidaire

Le mot « compagnon/compagne », en lui-même, renferme le concept de solidarité. Accompagner signifie être là pour l’autre. Faire preuve d’empathie et être réceptif-ve à sa manière d’être et d’agir. Être disposé-e à l’aider s’iel en a besoin, en transcendant l’intérêt personnel.

Un-e compagnon/compagne solidaire rend n’importe quel voyage beaucoup plus agréable. Iel fait grimper votre confiance pour vous aventurer vers de nouveaux horizons et constitue une ressource précieuse face à toute difficulté. En revanche, un-e compagnon/compagne de voyage égoïste mettra un frein à votre esprit d’aventure.

Flexibilité et indépendance

Aller dans un endroit inconnu ou, dans tous les cas, peu habituel, vous expose à des imprévus. Par exemple, vous aviez prévu d’aller à la plage mais, quand vous vous êtes levé-e, le ciel était couvert et il s’est rapidement mis à pleuvoir, sans le moindre espoir de voir le soleil apparaître. Vous devez donc rapidement changer votre programme. Il se peut également que vous trouviez quelque chose de plus intéressant à faire, qui ne faisait pas partie des plans de la journée. Si votre compagnon/compagne de voyage n’est pas flexible, des conflits apparaîtront sûrement au cours de ces moments de changement.

Personne ne veut être la baby-sitter de l’autre. Il est donc important que votre compagnon de voyage soit une personne indépendante. Le fait que vous voyagiez ensemble ne veut pas dire que vous devez tout faire ensemble. Si l’autre est une personne autonome, qui s’adapte facilement, vous vous débarrassez d’un grand poids.

Les budgets doivent être similaires

À moins que vous ayez un peu plus d’économies pour faire face à n’importe quel frais, il vaut mieux que votre compagnon de voyage et vous-même ayez un budget similaire. Dans le cas contraire, des désaccords surgiront ou bien l’un des deux devra se sacrifier pour l’autre, ce qui n’est pas toujours agréable.

L’idéal est que vous puissiez partager les frais et qu’un équilibre se maintienne, sauf si vous décidez, dès le début, d’un autre type d’organisation. Cela ne doit pas forcément être une équation mathématique exacte, mais il est sain que les deux assument les coûts d’une façon égale. Il est bon de parler clairement de ce sujet avant de commencer un voyage.

Des intérêts similaires ou, dans tous les cas, non-exclusifs

Il s’agit d’un élément très important pour que tout se passe au mieux. Les goûts et intérêts des deux personnes doivent être similaires. S’ils ne le sont pas, ils ne doivent, tout du moins, pas être exclusifs. Dans le cas contraire, le voyage pourra devenir un supplice pour l’un des deux, voire pour les deux.

Quand les styles de vie et les intérêts sont très différents, la tension et/ou le conflit seront à l’ordre du jour. Même si vous êtes prêt-e à vous adapter aux différences de l’autre, il y aura sûrement un moment où elles vous dérangeront. Bien sûr, vous ne devez pas être similaires sur tous les points, mais vous ne devez pas non plus être opposé-e-s.

Vitalité et rythme semblables

Parfois, nous ne coïncidons pas au niveau du degré d’intensité que nous espérons d’un voyage. Certain-e-s préfèrent se lever tard et planifier tranquillement leur journée. D’autres, en revanche, veulent profiter de chaque minute, même si cela est très fatigant ou signifie ne pas beaucoup se reposer.

Il est important qu’il y ait un accord au moment de décider des horaires. Obliger l’autre à être plus passif-ve ou actif-ve, selon le moment, est très dérangeant. Vous-même devez connaître le niveau de voltage ou de fatigue que vous pouvez assumer. Par ailleurs, il est bon que votre compagnon/compagne de voyage ait un rythme similaire pour que vous puissiez tou-te-s deux vous soutenir et vous compléter au lieu de vous bagarrer.

Dites-vous bien que toutes les personnes ont des défauts et des qualités. Le/La compagnon/compagne de voyage idéal-e n’existe pas ou, tout du moins, n’existera pas si nous ne faisons pas preuve de patience au cours de certaines situations. Il y aura toujours des différences entre les deux voyageur-se-s et, par conséquent, avant de partir avec cet-te ami-e, il est utile de penser à certains points que nous venons d’énumérer afin que vous soyez tou-te-s les deux d’accord. Si vous êtes deux personnes très différentes, vous avez aussi la possibilité de faire ce voyage seul ou avec des personnes plus « compatibles », qui voyagent avec des dispositions plus semblables aux vôtres.