Les hommes qui n’aimaient pas les princesses

· 2 mai 2017

Dernièrement, le féminisme est devenu à la mode, et consiste en une avancée sociale de grande envergure. Cependant, beaucoup de personnes ne comprennent ni n’acceptent que féminisme signifie égalité. Les hommes qui n’acceptent pas le féminisme aiment les princesses, contrairement aux hommes féministes. Si les femmes ne souhaitent pas être des princesses, elles s’entendent bien avec les hommes féministes.

Je ne veux pas qu’elle soit une princesse car si je suis sale après m’être jeté dans la boue pour m’amuser, je veux qu’elle se salisse avec moi. Qu’elle ne déteste pas l’amusement car elle soigne son image. Je ne veux pas non plus qu’elle soit une princesse car je ne m’épile ni les jambes, ni la poitrine, ni la barbe et je ne peux pas lui exiger, même si je prenais la décision personnelle de le faire.

Je ne veux pas non plus qu’elle soit une princesse car le miroir du matin me dit que j’ai mieux dormi quand mes cheveux étaient ébouriffés et je veux que ses cheveux se réveillent aussi ébouriffés que les miens.

Je ne veux pas qu’elle soit une princesse car j’aime autant qu’elle faire les tâches ménagères, et de la même manière que je ne suis pas son modèle à suivre, elle n’est pas le mien. 

anti-princesse-1024x640

Je ne veux pas qu’elle soit une princesse, car je n’ai jamais aimé les conte de fées. Les sorcières m’ont toujours plus attirées, non pas leur méchanceté, mais par leur liberté de prendre des décisions. 

Être le crapaud mâle d’un crapaud femelle

Je ne veux pas qu’elle soit une princesse, car je ne veux pas non plus être son prince charmant.

Je ne veux pas qu’elle soit une princesse car je ne dois pas lui payer des verres dans les bars, ni l’inviter à dîner systématiquement, ni lui ouvrir la porte, ni attraper froid car je lui donne mon manteau, ni être une machine sexuelle qui bave devant des vêtements près du corps. 

Je ne veux pas qu’elle soit une princesse car je n’ai pas à l’entretenir ni à lui offrir des bijoux et des roses à chaque fois qu’elle s’énerve. Des bijoux et des roses qu’elle ne voulait sûrement pas.

Je ne veux pas non plus qu’elle soit une princesse car je veux qu’elle me cherche ou préfère même que nous nous rencontrions sans nous chercher.

Je ne veux pas qu’elle soit une princesse, je souhaite que son physique ne soit pas un objet de bienfaits mais d’acceptation d’elle-même. 

sculpture-crapaud-1024x797

Princesses au sang rouge

Je ne veux pas qu’elle soit une princesse, je ne veux pas qu’elle ait de sang noble ni qu’elle porte une couronne de supériorité qui lui fait parler des autres dans leur dos.

Je ne veux pas qu’elle soit une princesse, ni qu’elle appartienne à la royauté. Et je ne veux pas être le prince qui prend soin d’elle et lui apporte sa chaussure en verre. Ni devoir aller la chercher en limousine pour l’emmener au bal…

Je ne veux pas qu’elle soit une princesse car elle n’est peut-être pas un mannequin de défilé mais c’est un modèle féministe.  

Je ne veux pas qu’elle soit une princesse, je veux qu’elle soit si elle le veut, mais surtout qu’elle soit elle et non pas l’impertinence que la société l’oblige à être.

Je veux que le fait de t’aimer te fasse m’aimer, et que le fait de m’aimer te fasse t’aimer telle que tu es, sans cesser de m’aimer.