Fonction sémiotique : définition et développement

· 6 septembre 2018

La fonction sémiotique est la capacité à élaborer des représentations. Cette habileté se base sur la gestion de signes et de symboles, qui se caractérisent par un signifiant et un signifié distincts. Mais comment fonctionne-t-elle réellement ?

Pour mieux comprendre le rôle de la fonction sémiotique, l’un des meilleurs exemples est une peinture réalisée par un célèbre peintre belge, René Magritte. Cet artiste a dessiné une pipe et, en-dessous, a écrit: « ceci n’est pas une pipe ». En faisant cela, il voulait clairement montrer que même si le dessin évoquait une pipe, ce n’en était pas réellement une. Il s’agirait, dans ce cas précis, d’une représentation symbolique d’un objet.

Dans cet exemple, Magritte s’est servi de la fonction sémiotique pour créer de l’art. Tous les êtres humains utilisent continuellement des représentations. C’est pourquoi, dans cet article, nous allons parler des différents types qui existent en fonction de la relation signifiant-signifié.

la fonction sémiotique et la pipe de magritte

Les composants des représentations

Les représentations font partie de notre vie. Nous utilisons constamment des signes et des symboles qui nous aident à planifier, à communiquer et à orienter notre action. Ils nous permettent d’interagir mentalement avec un élément sans avoir à le faire dans la réalité.

Chaque représentation se compose de deux éléments : le signifiant et le signifiéLe premier fait référence au composant physique de la représentation. Par exemple, les lettres qui composent un mot ou les traits de crayon d’un dessin. Le signifié, de son côté, est l’image qui se crée dans notre tête lorsque nous voyons un symbole déterminé.

L’utilisation des représentations ouvrent la porte à des possibilités infinies dans le champ du développement psychologique. Elles permettent au sujet de s’éloigner de la situation présente et de s’ouvrir à des lieux lointains dans le temps et l’espace. Elles nous donnent aussi la capacité de créer des mondes fictifs qui n’existent que dans notre imagination.

Types de représentations

Saussure a classé les représentations en trois points distincts. Ceux-ci se différencient au niveau du degré de connexion entre le signifiant et le signifié :

  • Indices ou signaux. Dans ce cas, le signifiant et le signifié ne sont pas différenciés. Ils ont une connexion directe. Par exemple, nous pouvons voir de la nourriture rongée sur le sol de notre cuisine et en déduire que nous avons des souris dans notre maison. Les restes d’aliments, dans ce cas, agissent comme des indices.
  • Symboles. Ici, le signifiant est indépendant du signifié. Cependant, il existe une certaine relation entre les deux. Les dessins, tableaux et photographies seraient des symboles de ce qu’ils représentent. Par exemple, le dessin d’une pipe n’est pas comme l’objet réel mais il y a bien une grande relation entre les deux. Ce type de représentations apparaît de manière plus indirecte dans le « jeu symbolique »; par exemple, quand un enfant utilise un bout de bois comme s’il s’agissait d’une épée.
  • Signes. On donne le nom de signes aux représentations quand le signifiant est complètement arbitraire. La relation entre les deux éléments s’établit grâce à un long processus historico-social. Par conséquent, une personne étrangère à ce contexte ne pourrait pas interpréter un signe. L’exemple le plus clair de cette situation est le langage. Les lettres du mot « ordinateur » n’ont aucune relation avec ce qu’elles représentent mais elles évoquent pourtant son image dans notre esprit.
enfant qui joue

L’apparition de la fonction sémiotique

La capacité à créer des représentations est de plus en plus manifeste dans les derniers stades de la période sensori-motrice du développement humain. Cependant, l’apparition de la fonction sémiotique n’est pas abrupte. Petit à petit, l’enfant utilisera plus de représentations et de comportements sémiotiques.

À partir de cette étape, nous pouvons trouver de nombreux exemples de fonction sémiotique dans le comportement des enfants:

  • Imitation différée. Elle consiste en l’imitation d’une chose qui n’est pas présente. Elle apparaît comme un préambule à la capacité de représentation car elle constitue une imitation d’actes matériels et non de pensée. On la considère comme l’un des premiers comportements sémiotiques qui apparaissent dans le cycle vital de l’enfant.
  • Jeu symbolique. Il s’agit d’une activité typique de l’enfance. Les participants utilisent des éléments comme s’il s’agissait d’autres objets (par exemple, des bâtons en tant qu’épées). En faisant cela, ils se servent de la fonction sémiotique.
  • Dessin. Une autre façon à travers laquelle l’enfant commence à démontrer sa capacité de représentation est le dessin. Il faut bien avoir en tête que cette activité est beaucoup plus qu’une copie de la réalité. En dessinant, on représente une image interne: ce que reproduit l’enfant est normalement ce qu’il sait de l’objet qu’il voit.
  • Langage. Il s’agit du comportement sémiotique par excellence. Lorsque l’enfant commence à parler, nous observons la façon dont il utilise des signes arbitraires, en séparant complètement le signifié du signifiant.

Pour conclure, il est important de souligner que la fonction sémiotique est l’une des capacités les plus importantes de l’être humain. Grâce à elle, nous avons été capables de créer un système de communication. Celui-ci nous a permis de créer une culture et une histoire, menant ainsi aux progrès et à la survie de l’être humain.

Etudier et effectuer des recherches sur le développement de la sémiotique nous a par conséquent aidé à comprendre plus profondément ce qu’impliquait cette capacité dans la vie des personnes.