Etre jaloux-se à cause du passé de l’autre

· 17 juin 2017

Cette jalousie insatiable à propos du passé de notre moitié… La connaissez-vous ? En avez-vous été victime ? (que vous soyez la personne jalouse ou celle touchée par cette jalousie dans la relation). Vous êtes peut-être tombé-e dans ce labyrinthe interminable de la jalousie rétrospective. Cette jalousie dont souffrent beaucoup de personnes, pas seulement dans le « ici et maintenant » mais aussi par rapport au passé de leur conjoint.

Comme si l’insécurité du présent ne suffisait pas, le passé du conjoint apparaît comme un ouragan qui dévaste complètement la tranquillité, la paix mentale et la sécurité interne. Il n’apparaît pas d’un coup : très souvent, on le fouille. On cherche vicieusement chaque détail des histoires et des relations que cette personne a vécu quand elle n’était pas avec nous.

Les détails sont toujours insuffisants pour le monstre de la jalousie, continuellement affamé et vorace. Ils ne seront jamais suffisants. C’est comme une sorte de décharge où tout entre, où tout est bienvenu. Au point de devenir fou/folle. Savoir quelles ont été les relations de notre compagnon/compagne ne suffit pas. Il faut en connaître chaque détail.

La jalousie à propos du passé, ce monstre affamé qui n’est jamais rassasié

Bien évidemment, l’une des obsessions est de savoir comment était cette personne physiquement. Quelle était sa façon d’être, comment iel la faisait se sentir, comment iel la traitait… Beaucoup de personnes doivent être en train de se demander : pourquoi ? Est-ce une sorte de masochisme ? La logique d’un esprit « purement » rationnel se résumerait à « pourquoi vouloir connaître son passé si, maintenant, c’est vous qu’il a choisi-e ? »

« Le passé est terminé. Il ne faut plus s’y accrocher ». Vous avez peut-être entendu un-e ami-e vous dire cela. Une personne rationnelle qui essaye de fixer des limites à ce désordre mental et émotionnel.

Mais qu’y a-t-il derrière cette authentique obsession à propos du passé émotionnel de l’autre ? Ou, tout du moins, la question que l’on peut se poser est : que cherchons-nous à travers cette accumulation d’informations ? Des renseignements, des renseignements et encore des renseignements. Plus il y en a, mieux c’est car cet énorme monstre n’est jamais rassasié.

L’insécurité est la base de la jalousie

D’une certaine façon, un besoin de vouloir être la seule personne dans la vie de notre conjoint apparaît. Mais que retrouve-t-on derrière cette volonté d’être l’unique personne dans sa vie ? Une insécurité de base (en majuscules, soulignée et en gras). Notre propre estime s’écroule. Nous avons besoin de chercher à l’extérieur cette sécurité qui n’habite plus en nous. Et ceci nous déstabilise complètement.

Nous cherchons désespérément des données qui nous prouvent que nous sommes la seule personne importante. La plus merveilleuse et la plus spéciale dans ce monde. Et que, pour une raison étrange, cette personne a vécu éloignée de nous (son seul et véritable amour) avant de nous connaître.

La dépendance est la conséquence de cette insécurité brutale. Si mes fondations sont démolies, je chercherai désespérément quelque chose qui les accrochera hors de moi. Je chercherai quelqu’un qui me servira de miroir. Qui reflétera tout ce que je ne suis pas capable de voir ou de juger par moi-même. Et je m’accrocherai à ce miroir jusqu’à atteindre une toxicité émotionnelle et mentale.

Nous sommes dépendant-e-s quand nous n’apprenons pas à nous occuper de nous-mêmes

Tous les moyens sont bons pour atteindre ma fin. Car il s’agit d’une sacrée fin, pas d’une fin quelconque ou minuscule. Il s’agit de rester vivant à tout prix. De ne pas disparaître. De ne pas laisser mon insécurité vorace me ronger jusqu’à ce que je disparaisse. Et si je dois m’accrocher à une personne à tout prix, je le ferai. Sinon, je disparaîtrai. Je ne suis personne.

Être jaloux-se du passé du conjoint est un problème très habituel et nous devrions apprendre à regarder au-delà de ce fait. Tout a un sens. Et c’est ce sens que nous devons rechercher et garder précieusement. Pour finalement le transformer en une façon de nous aider, de nous construire, de nous aimer tels que nous sommes. Car se comparer aux autres est un exercice infructueux aux échos amers.

La comparaison est inutile car nous sommes tou-te-s différent-e-s. Chaque personne est unique. Aimez-vous et valorisez-vous en partant de cette différence. Commencez en partant de là et regardez tout avec clarté. Ne vous laissez pas aveugler par des arguments qui ont rongé votre santé mentale. Prenez soin de vous. La lutte contre la jalousie n’est pas une tâche facile car vous devez lutter contre un titan qui est entré au plus profond de votre être.

Vous pouvez recommencer à chaque instant !