Eduardo Galeano, biographie d’un libertaire

18 juin 2019
Le travail d'Eduardo Galeano a une magie particulière. Son œuvre nous parle d'histoire, mais aussi de chronique et de poésie. Il a défendu le droit de penser et de ressentir en même temps, refusant toute prétention d'objectivité.

Le nom d’Eduardo Galeano est synonyme de bonne littérature, d’engagement social et de valeurs éthiques. Son œuvre Les veines ouvertes de l’Amérique latine est un véritable classique qui, tout comme Mémoire du feu, a été traduit dans plus de 20 langues.

Eduardo Galeano était un écrivain difficile à classer. Dans ses textes, il a souvent combiné réalité et fiction. Le sentiment avec la pensée. De fait, on lui attribue l’invention du terme « langage sentipensant » pour désigner cette combinaison particulière d’objectivité et de subjectivité.

Un des aspects les plus intéressants d’Eduardo Galeano est qu’il était un intellectuel autodidacte. Il n’a pas obtenu un diplôme professionnel formel, mais il a obtenu plusieurs doctorats honorifiques. C’est peut-être pour cela que son travail a une force particulière : celle de celui qui prend note de la réalité avec ses sens et ses lectures, et non par l’intermédiaire d’un professeur.

portrait d'Eduardo Galeano

Un écrivain à Montevideo

Eduardo Galeano est né à Montevideo, Uruguay, le 3 septembre 1940. Son vrai nom était Eduardo Germán María Hughes Galeano, mais il a pris le nom de sa mère pour signer ses créations littéraires. Sa famille avait de bonnes ressources économiques et était profondément catholique.

Durant son enfance, Eduardo Galeano rêvait de devenir un saint ou un footballeur, selon ce qui lui arriverait en premier. Cependant, à l’âge de 14 ans, il a dessiné un dessin solitaire et l’a apporté à l’hebdomadaire El sol, qui a fini par le lui acheter. Il est devenu caricaturiste dans ce média, qui appartenait au Parti socialiste.

A l’âge de 19 ans, il a eu une crise existentielle et fait une tentative de suicide. Il n’a jamais expliqué pourquoi. La vérité est qu’après être sorti du coma, il a radicalement changé sa vie. C’est alors qu’il commence à s’appeler Eduardo Galeano, puis à écrire pour l’hebdomadaire Marcha, sa véritable école d’écriture.

Eduardo Galeano en exil

En 1973, l’une des dictatures les plus féroces a été installée en Uruguay. Galeano a été arrêté par cette junte, ce qui a précipité son exil en Argentine. Là, à l’âge de 32 ans, il publie son chef-d’œuvre Las venas abiertas de América Latina (Les veines ouvertes d’Amérique latine). Il voulait que ce soit un livre d’économie politique, mais il s’est avéré être un livre d’histoire passionnant, qui est devenu une icône de la littérature latino-américaine.

A cette époque, elle s’était déjà mariée deux fois et avait trois enfants. En Argentine, il a cofondé Revista Crisis. Cependant, la dictature a également prévalu dans ce pays en 1976 et il a rapidement su qu’il devait partir. Avant cela, il avait rencontré Helena Villagra lors d’un asado, le traditionnel barbecue argentin. Elle sera sa compagne pendant les 40 prochaines années.

Ses œuvres ont été interdites en Uruguay, en Argentine et au Chili par les trois dictateurs en service. Peu de temps après, il s’exila en Espagne, où il écrivit sa célèbre trilogie Mémoire de feu. Il a été inspiré par un poème grec et a été fait de manière saccadée. Il a même écrit certaines parties sur des serviettes de table.

biographie d'Eduardo Galeano
Le retour et la fin

Galeano a pu retourner en Uruguay au début de 1985, lorsque la dictature est tombée dans son pays. Fidèle à sa tradition, il fonde un nouvel hebdomadaire : Brecha, en compagnie de Mario Benedetti et d’autres intellectuels. Il est également devenu un client fréquent du café El Brasilero, l’un des nombreux cafés poétiques de Montevideo. Il s’asseyait toujours près de la fenêtre. Actuellement, ce lieu vend le Café Galeano, en hommage à l’écrivain.

Eduardo Galeano s’est de nouveau engagé avec des groupes politiques et intellectuels de gauche. En 2004, il participe au premier triomphe de ce courant dans son pays, mené par Tabaré Vásquez. Puis il a célébré la montée au pouvoir de Pepe Mujica. Il a également été membre du comité consultatif de la chaîne Telesur au Venezuela et a commencé à écrire chaque semaine pour le journal mexicain La Jornada.

En 2007, les médecins ont découvert que l’auteur avait un cancer du poumon. Puis, ses problèmes de santé deviennent chroniques et il est de moins en moins vu en public. Eduardo Galeano se méfiait des nouvelles technologies et c’est pourquoi il a écrit à la main jusqu’à la fin de sa vie. Il se méfiait aussi de l’extrême rationalité et de toutes les formes d’autoritarisme, qu’elles soient de droite ou de gauche. Il est décédé à l’âge de 74 ans, le 13 avril 2015.

 

  • Chacón Ramírez, C. A., & Botero Herrera, D. A. (2016). Entre el miedo y el derecho al delirio: un decir desde los ninguneados de Eduardo Galeano. Hallazgos, 13(25).