La dépression et la souffrance silencieuse

· 14 juin 2015

Les personnes qui ont souffert d’une dépression ou qui sont en train de l’affronter sauront sans aucun doute ce à quoi nous nous référons par le terme « souffrance silencieuse ».

Pour mieux comprendre ce que cela signifie, nous allons vous donner un exemple. Quelqu’un vous demande pourquoi vous avez une baisse de moral, ou se montre curieux et souhaite savoir pourquoi est-ce que l’on se sent mal, et pourquoi on est plus mince, plus apathique.

Lorsqu’on prononce le mot « dépression », beaucoup ne savent pas comment réagir, car on ne peut pas dire « ça va passer » ou « tu verras, ces médicaments te feront du bien ». Le processus est plus complexe, plus profond, et plus méticuleux.

Il est parfois plus facile de dire qu’on a un rhume, car c’est quelque chose de bien plus facile à assumer et à comprendre qu’une dépression.

Il est également difficile de le partager avec les enfants ou avec son conjoint. Souvent, on finit par taire la douleur et l’engloutir un peu plus profondément, loin du regard des personnes qui ne comprennent pas ou ne l’acceptent pas.

Certains disent que la dépression est une forme moderne de la « lèpre ». Cela peut paraître exagéré mais puisqu’elle est passée sous silence par de nombreuses habitudes, nous commençons à croire que c’est peut-être le cas.

La dépression, un mal moderne

La capacité de l’être humain à se détruire est étrange. On dit souvent que la dépression est le mal moderne par excellence, car les gens sont incapables de gérer correctement leurs émotions, leur stress, leurs échecs, leurs tristesse et leurs pertes.

Malgré les millions de livres d’aide personnelle qui sont publiés chaque année, rien de tout cela ne semble donner une réponse à aux besoins des personnes qui souffrent de dépression.

Pendant ce temps, les industries pharmaceutiques s’enrichissent avec l’augmentation des ventes des antidépresseurs et des anxiolitiques, qui sont prescrits de plus en plus rapidement lors des rendez-vous chez le psychiatre. C’est un espèce de cercle vertueux où une chose mène à la suivante et où il n’existe plus de sortie.

En effet, la dépression est un mal moderne bien connu mais également bien peu respecté, et même parfois, passé sous silence. Il n’est pas facile de l’assumer au sein d’une famille, ni dans notre travail.

Mais pour combien de temps encore devrons-nous nous taire ? Peut-on calculer le temps de la guérison de notre dépression?

Parfois, le plus facile est, en effet de garder notre souffrance sous le silence et nous obliger à vivre une vie « normale« , autrement dit ne pas arrêter d’aller travailler, dire que tout va bien à la maison, que les choses s’améliorent, et prendre des médicaments, qui nous rendront le problème plus léger, et tromperont notre cerveau si possible.

dépression-420x280

La dépression n’est pas un délit, il n’y a aucune raison de la cacher

Il ne s’agit pas d’exprimer notre rage ou notre chagrin à tous ceux qui croisent notre route. Il s’agit seulement de ne pas cacher la souffrance comme si elle était un délit, quelque chose de honteux face au reste du monde.

Une dépression ne se soigne pas en un jour, et il n’existe pas non plus de stratégies infaillibles qui fonctionnent pour tout le monde de la même façon. 

Chaque personne a un univers unique et particulier, aucune dépression ne ressemble à une autre et il nous faut toujours rester nous mêmes, car avec suffisamment de volonté, nous réussissons à en sortir.

Parfois il est en effet nécessaire d’avoir un accompagnement pharmaceutique, mais la thérapie est également indispensable, au même titre que le soutien social. Et c’est là que parfois, survient le « vrai » problème.

Dans ce cas, la souffrance silencieuse sera notre pire ennemi, car il est impossible d’y échapper, et encore emoins de l’enterrer comme si elle n’existait pas.

La souffrance existe comme une blessure existe lorsque nous recevons un coup, et il faut donc la soigner.

Il n’y a pas de réponse magique, il n’existe pas de traitement efficace pour tout le monde. Vous devez être votre propre maître sur ce sentier de la guérison, et vous reconnaître, vous accepter tel que vous êtes, pour ce que vous êtes.

Comme beaucoup d’autres maladies, la dépression doit être affrontée avec courage et la tête froide, sans oublier un soutien de la part de vos proches.