Identifier la dépression et ses symptômes

14 avril 2015 dans Psychologie 0 Partagés

De nos jours, lorsqu’on parle de “dépression“, on fait référence à la plupart des comportements qui peuvent nous rendre tristes.

Pour beaucoup de gens, toute souffrance peut être apparentée à la dépression, si bien que les conditions médicales se confondent, et que dans certains cas, on en arrive même à prendre des antidépresseurs alors qu’on n’est pas forcément dépressif.

Les conditions médicales permettant de diagnostiquer une dépression

Pour pouvoir dire d’une personne qu’elle est dépressive, il faut que certaines conditions de diagnostic apparaissant dans le DSM-IV (célèbre manuel de diagnostic psychologique) soient remplies.

Vous vous sentirez peut-être concerné par certaines de ces conditions que nous allons développer ci-dessous. Si tel est le cas, pas de panique ; en cas de doute, n’hésitez pas à consulter un professionnel.

Pour qu’on puisse dire de quelqu’un qu’il est dépressif, il faut qu’au moins 5 des critères suivants soient remplis, et ce pendant minimum 2 semaines consécutives :

1. Humeur dépressive : pendant presque toute la journée, les personnes touchées par la dépression n’ont envie de rien. C’est de cette façon qu’elles voient les choses, et que leur entourage explique leur état.

2. Elle ne prennent plus aucun plaisir à vaquer à leurs occupations quotidiennes, alors qu’auparavant elles s’y adonnaient avec entrain. Non seulement elles n’y prennent plus aucun plaisir, mais en plus, dans certains cas, elles peuvent même aller jusqu’à abandonner leurs activités, ou du moins à les laisser de côté pour un temps.

3. Pendant un mois, leur poids change : elles grossissent ou mincissent jusqu’à atteindre un poids qui diffère de 5% par rapport à leur poids “normal”. Dans ces cas-là, la perte de poids n’est pas due aux conséquences d’un régime.

4. Elles sont plus fatiguées que d’habitude, ou bien n’arrivent plus à dormir ; le sommeil change toutes les semaines.

5. Elles ont moins d’énergie et sont fatiguées presque tout au long de la journée, même si elles ne font rien.

6. Quasiment toute la journée et à presque toutes les occasions, elles se sentent excessivement inutiles ou coupables alors que bien souvent cela n’a pas lieu d’être.

7. Elles ont du mal à réfléchir et à se concentrer. De plus, l’incertitude et la difficulté les empêchent de prendre des décisions qui pourtant paraissent simples.

8. Elles pensent régulièrement à la mort ; parfois par peur, et parfois car elles ont des idées suicidaires, avec ou sans plan spécifique.

Si en plus de tout cela, la vie professionnelle, sociale, familiale et/ou amoureuse se détériore et que tous les symptômes précédemment évoqués ne s’expliquent pas par la consommation d’une drogue ou d’un médicament, alors vous feriez bien de consulter un professionnel pour remédier à votre grand sentiment de tristesse. N’ayez recours ni à l’auto-diagnostic, ni à l’automédication.

D’autre part, parfois, après la perte d’un être cher ou une grande souffrance, on peut présenter certains de ces symptômes, puisque les grandes souffrances influent sur la vie quotidienne.

Pour cette raison ou pour des raisons différentes, seul un professionnel est habilité à diagnostiquer une dépression, et à la soigner grâce à un traitement si besoin est.

Comment vaincre la dépression

Si vous présentez un de ces symptômes, rappelez-vous que ni l’automédication ni l’auto-diagnostic ne vous aideront. Adressez-vous à un professionnel ou bien à votre médecin généraliste, afin qu’il puisse vous aider à choisir le traitement le plus adéquat.

Essayez de ne pas vous isoler, même si dans ces moments-là, c’est exactement ce que vous aurez envie de faire. Il est important de faire des efforts et de commencer par vous remettre à faire ces choses qui auparavant vous procuraient du plaisir, et ce en compagnie de gens qui peuvent vous aider.

Si vous voulez pansez vos blessures et avancer, il vous faut alors affronter les situations qui vous stressent et qui vous font souffrir.

Dans la plupart des cas, un psychologue vous aidera à voir la lumière au bout du tunnel et à vous rendre compte que bien souvent vos “petits soucis” ne sont pas insurmontables.

Et souvenez-vous que comme le disait le poète Amado Nervo, “Est-ce la vie qui est triste, ou bien moi ?” il nous arrive à tous d’être tristes, mais ce n’est pas grave, car personne ne peut être heureux et joyeux en toutes circonstances.

Le bonheur, c’est le chemin parcouru chaque jour et la façon dont on fait face aux obstacles et dont on apprend d’eux, plus que le but que l’on veut atteindre.

A découvrir aussi