Dark Souls, le jeu vidéo qui aide à traiter la dépression

Dark Souls plonge le joueur dans un monde sombre et désespéré. Pourtant, de nombreux jeunes ont surmonté leur dépression grâce à ce jeu vidéo. Nous l'analysons.

Dernière mise à jour : 05 septembre, 2021

On dit que celui qui se plonge dans l’univers de Dark Souls commence à voir les choses différemment. La vie prend un sens, de nouvelles forces sont développées et le “feu” de la motivation est récupéré. Dans un décor virtuel peuplé de monstres dans le plus pur style Lovecraft où l’on meurt encore et encore, l’esprit qui navigue dans l’océan de la dépression semble se réveiller.

Fausse nouvelle ? Légende urbaine du monde des gamers ? La vérité est que nous lisons depuis plusieurs années des opinions, des nouvelles et des articles sur le nombre de jeunes qui ont connu un bien-être psychologique grâce à ce jeu vidéo. Depuis son lancement au Japon en 2011, la franchise n’a fait que gagner en popularité. Ambiance, bande son, ses mécaniques d’action…

Il semble que chaque élément de ce jeu vidéo de rôle vise à créer une série de sensations bien spécifiques chez le joueur. Dans un monde sombre où le désespoir est une constante, la personne est obligée de se frayer un chemin presque par la force.

Le héros qui meurt et renaît mille fois dans un éternel retour, émerge enfin avec de nouvelles valeurs. Constance, but, sens de l’espoir et lutte pour se relever encore et encore en rêvant de victoire. Qu’est-ce qui est vrai dans cette idée ? Un jeu vidéo peut-il traiter la dépression ? Nous l’analysons.

Levez-vous encore et encore pour combattre. C’est la mécanique qui régit ce jeu vidéo qui a amélioré la qualité de vie de nombreux jeunes.

Qu’est-ce que Dark Souls ?

Dark Souls est plus qu’un jeu vidéo, c’est une métaphore sur la façon de surmonter les difficultés. C’est une saga qui compte déjà trois volets et qui, pour les connaisseurs, est une référence en matière de jeux de rôle.

Son récit et les mécanismes pour introduire le joueur dans l’action sont frappants. L’immersion est absolue et même si au début tout est un peu étrange voire épuisant, petit à petit, une série de changements s’impose à la personne.

Pour commencer, le protagoniste que le joueur contrôle est Chosen Undead, un héros (humain-mort-vivant) qui doit se frayer un chemin à travers Lordran, un monde sombre habité par des êtres monstrueux, des créatures ataviques qui ne sont pas faciles à vaincre. Cela fait mourir le héros par négligence et le Chosen Undead perd ses points et même un peu de son humanité.

Plus de morts courent le risque de se transformer en un état appelé « Hollow ». Sachant cela, qu’y a-t-il de si spécial dans un jeu vidéo dominé par des décors sinistres et habité par une race immortelle de dragons ?

Les jeunes voient comment ils surmontent la dépression grâce au jeu vidéo

Il y a environ 6 ans, le terme Dark Souls a commencé à apparaître fréquemment dans l’espace Reddit. Ce réseau social dans lequel les utilisateurs publient des textes, des vidéos ou des images et dont le contenu est valorisé a révélé quelque chose qu’une partie de la population vivait. De nombreux jeunes ont dit qu’ils surmontaient leur dépression grâce à ce jeu vidéo.

Depuis lors, cette perception n’a fait que s’accroître, au point que plusieurs études ont déjà été menées. Par exemple, l’Université de l’Arizona a lancé un projet en 2018 pour étudier cette hypothèse thérapeutique. À ce jour, les avantages suivants ont été analysés.

L’intégration de deux apprentissages : l’échec et la résistance

Un débutant dans Dark Souls découvre quelque chose presque instantanément : il est très difficile de rester en vie à Lordram. Le héros et l’avatar du joueur meurent encore et encore. Un petit échec, une attaque inattendue, un danger imprévu et la mort arrive. Il est courant de désespérer et il est également courant d’abandonner le jeu pendant un certain temps.

A quoi bon lutter si les dangers sont à peine prévisibles ? La clé est d’apprendre de chaque mort. Quelque chose que les jeunes développent dans ce jeu est la tolérance à l’échec. Ils acceptent la chute, l’erreur, la tragédie et leur propre frustration face à cette nouvelle mort.

Une fois qu’ils ont franchi cette étape, la suivante vient : développer l’endurance. Il y a toujours une autre opportunité et avec elle l’obligation de persister. Chacune de ces dimensions est enrichissante face à un trouble dépressif.

A chaque mort, le joueur est invité à entreprendre un nouvel apprentissage. Comme dans la vie, chaque chute est l’occasion d’acquérir de la sagesse et de se relever.

Dark Souls et motivation intrinsèque

Il existe un autre facteur incontournable et clé dans le traitement de tout trouble de l’humeur : l’éveil de la motivation intrinsèque. C’est amener la personne à trouver ses propres objectifs en explorant, en faisant preuve de curiosité, en se passionnant pour tout ce qui est planifié, fait et réalisé…

Ce type de motivation est le plus puissant car il façonne un besoin humain sous-jacent, tel que la compétence sociale et l’autodétermination. Or, comment le jeu vidéo Dark Soul développe-t-il cette dimension psychologique décisive ?

Par diverses stratégies très prudentes :

  • Il favorise la concurrence. Tout au long du voyage épique du héros, le joueur devient de plus en plus compétent en réussissant et en apprenant des tests de survie difficiles.
  • Développer l’autodétermination et l’autonomie. Bien qu’il soit très facile de perdre sa vie à Lordram, le plus important est de résister et de se rappeler quel est le but. De même, le joueur est libre d’explorer, de se déplacer, de décider et de découvrir les mécanismes pour surmonter les dangers et les menaces. Cela intensifie la motivation.
  • Vous n’êtes pas seul : les relations sont importantes. Aujourd’hui, une grande partie des jeux vidéo privilégient la possibilité de jouer avec d’autres personnes en ligne. Dark Souls prévoit des tests qui ne peuvent être surmontés que si nous “demandons de l’aide” à d’autres coéquipiers.
  • La satisfaction. Au fur et à mesure que les jeunes accumulent des heures de jeu, ils sentent que beaucoup de choses changent dans leur esprit. Ils ont appris à accepter les défaites et à se dépasser. Comprenez que peu de choses sont aussi importantes que d’avoir des objectifs… La satisfaction va crescendo et améliore également l’humeur.
  • Dark Soul encourage les capacités décisives telles que la conscience de soi, la persévérance, les techniques pour prendre des décisions, se défendre, résoudre des problèmes, etc.

Un esprit qui combat les idées noires pour ne pas devenir un Hollow

Le Hollow est un état dégénératif dans le jeu vidéo Dark Souls. Chaque mort-vivant, comme le héros de l’histoire, est voué à devenir ce genre d’être à moins qu’il n’atteigne un approvisionnement constant en sciences humaines. C’est le but ultime, c’est le véritable exploit. La métaphore est ici révélatrice, le dispositif symbolique sur la façon de surmonter une dépression est aussi évocateur qu’indéniable.

Nous sommes face à un jeu vidéo dont l’ambiance est sombre et oppressante, à l’image de l’esprit d’une personne qui traverse ce trouble psychologique. Quelque chose que cette ressource réalise est de forcer la personne à éveiller de nouvelles compétences. De nouvelles approches et de nouveaux outils de vie. Afin de ne pas devenir un Hollow, la première chose à faire est de vaincre les pensées négatives, puis de façonner progressivement le héros que nous portons tous en nous.

Pour conclure, si l’on se demande maintenant si cette ressource peut vraiment aider une personne à surmonter sa dépression, on peut se référer, par exemple, à des études comme celles menées à l’University College London cette année. Les enfants et les adolescents qui consacrent quelques heures par semaine à ce type de loisirs présentent des taux de dépression plus faibles.

Si les compétences développées dans Dark Souls sont ensuite appliquées à la vie quotidienne (et au-delà de la chambre du joueur), les avantages peuvent être incontestables.

Cela pourrait vous intéresser ...
Lisez-le dans Nos Pensées
5 activités amusantes et sans écran pour les enfants

Il existe de nombreuses activités sans écran qui sont ludiques et éducatives pour les enfants. Nous vous en présentons ici cinq d'entre elles.



  • A. Kandola, N. Owen, D. W. Dunstan, M. Hallgren. Prospective relationships of adolescents’ screen-based sedentary behaviour with depressive symptoms: the Millennium Cohort Study. Psychological Medicine, 2021; 1 DOI: 10.1017/S0033291721000258
  • Palmer, Chad Raymond (2018) Dark Souls and Depression: A Case Study in Video Games. Arizone State University https://repository.asu.edu/items/51813