Connaissez-vous l’hypertension de la blouse blanche ?

31 janvier 2018 dans Psychologie 31 Partagés
médecin qui prend la tension

L’hypertension de la blouse blanche est aussi connue sous le nom d’hypertension clinique isolée ou de consultation. La personne qui en souffre présente des valeurs de pression artérielle supérieures aux paramètres normaux quand la mesure est pratiquée dans un environnement clinique (consultation, centres de santé, hôpitaux, etc.).

Cependant, quand la tension est mesurée hors de l’environnement clinique, les valeurs retrouvent leur normalité. Même si l’hypertension de la blouse blanche a été reconnue comme une pathologie depuis plusieurs années, certains aspects sont encore obscurs. Mais avant de traiter ce point, étudions quelques concepts clés pour mieux comprendre le phénomène de l’hypertension de la blouse blanche.

Qu’est-ce que la pression artérielle ?

La pression artérielle est la force qu’exerce le sang contre le mur des artères. Cette pression est indispensable pour que le sang circule à travers les vaisseaux sanguins et apporte de l’oxygène et des nutriments à tous les organes du corps pour qu’ils fonctionnent correctement.

La pression artérielle a deux composants :

  • La pression artérielle systolique : elle correspond à la valeur maximale de la pression artérielle lors de la systole (quand le cœur se contracte). Elle fait référence à l’effet de pression qu’exerce le sang éjecté du cœur sur le mur des vaisseaux.
  • La pression artérielle diastolique : elle correspond à la valeur minimale de la pression artérielle quand le cœur est en état de diastole ou entre des battements cardiaques. Elle dépend fondamentalement de la résistance vasculaire périphérique.

prise de tension

Anomalies de la pression artérielle

Deux anomalies ou dysfonctions dans la pression artérielle peuvent avoir lieu :

  • L’hypertension artérielle : elle fait référence à l’augmentation de la pression artérielle, que ce soit la pression systolique ou la pression diastolique. L’hypertension, avec un cholestérol élevé et du tabagisme, est l’un des trois facteurs de risque cardiovasculaire les plus importants et modifiables.
  • L’hypotension artérielle : elle suppose une baisse de la pression artérielle, en-dessous des limites normales. Elle se manifeste normalement à travers de la fatigue et des nausées.

L’hypertension de la blouse blanche

Comme nous le disions précédemment, l’hypertension de la blouse blanche se produit chez quelques personnes quand elles se rendent dans des centres hospitaliers ou des lieux ayant un lien avec le monde de la santé, comme les consultations médicales.

Nous pouvons définir l’hypertension de la blouse blanche comme une réaction d’alerte quand le patient se trouve en présence d’un médecin. Cette réaction d’alerte est une réponse complexe et stéréotypée face à un stimulus émotionnel potentiellement menaçant. Cette réaction se caractérise par une augmentation de la pression artérielle et de la fréquence cardiaque quand le médecin se prépare à prendre la tension artérielle d’un patient. En d’autres termes, elle est provoquée par la présence du médecin au cours de la mesure.

Il est curieux de voir que si la personne qui mesure la pression artérielle est un ami, un proche ou le patient lui-même, cette réaction d’alerte n’a pas lieu. Les infirmières peuvent occasionner ce même effet mais dans une moindre mesure. Le lieu où se réalise la prise de tension influe aussi sur l’apparition de l’hypertension de la blouse blanche, comme nous l’avons vu auparavant.

femme chez le médecin

Quels sont les critères pour diagnostiquer l’hypertension de la blouse blanche ?

La Société Européenne de Cardiologie (ESC) a suggéré les critères diagnostiques suivants pour gérer l’hypertension artérielle :

  • Valeurs de pression artérielle supérieures à 140/90 mmHg et mesurées lors de trois consultations différentes.
  • Au moins deux mesures hors d’un cabinet de consultation avec une pression artérielle inférieure à 140/90 mmHg.
  • Absence de dommages au niveau des organes.
  • Moyenne du MAPA-jour inférieure à 135/85 mmHg. Le MAPA fait référence au monitorage ambulatoire de pression artérielle.

Quelles caractéristiques ont les patients qui souffrent d’une hypertension de la blouse blanche ?

Les patients ayant tendance à souffrir d’hypertension de la blouse blanche possèdent les caractéristiques suivantes :

  • Pression artérielle en consultation de 140/90 mmHg à 159/99 mmHg
  • Sexe féminin
  • Non-fumeurs
  • Hypertension artérielle diagnostiquée récemment
  • Absence d’hypertrophie ventriculaire gauche. L’hypertrophie ventriculaire gauche fait référence au moment où le muscle cardiaque grossit, quand les parois du cœur sont plus grosses. Généralement, c’est la « conséquence » d’une hypertension artérielle

Le cœur du patient souffrant d’hypertension doit « pomper » le sang en faisant plus d’efforts car celui-ci circule à une plus forte pression. Si cela dure dans le temps (des années en général), le muscle cardiaque doit « grossir » (s’hypertrophier) pour pouvoir impulser le sang avec plus de force à chaque battement.

femme avec migraine

Pourquoi se produit l’hypertension de la blouse blanche et l’effet de la blouse blanche ?

Jusque maintenant, aucun mécanisme n’a clairement été identifié pour expliquer la cause de ce phénomène. Cependant, on a trouvé plusieurs preuves que nous allons dès maintenant vous exposer :

Augmentation de la pression artérielle dans un cadre clinique en raison d’une réaction d’alerte

Nous souffrons tous d’une augmentation de la pression artérielle et de la fréquence cardiaque face à un stimulus que nous percevons comme menaçant (stressant). Pour les personnes souffrant de l’effet de la blouse blanche, ce stimulus menaçant ou stressant serait le contexte clinique: face à l’exposition à ce cadre, elles ressentiraient les changements physiologiques caractéristiques d’une réponse au stress. Ainsi, cette hypertension ne serait pas causée par le cholestérol ou une autre cause physiologique mais par le stress lui-même.

Cet effet est donc le résultat d’une réponse conditionnée à l’environnement clinique ou hospitalier et non pas au stimulus de la blouse blanche. Nous comprenons par réponse conditionnée une réaction ou une réponse reflétée apprise face à un stimulus.  Elle reçoit le nom de « conditionnée » parce qu’elle apparaît après la condition de l’apprentissage, de l’expérience de l’association de stimuli.

La réponse consistant à saliver pour le célèbre chien de Pavlov s’appelle conditionnée mais uniquement lorsque le chien a appris à l’afficher face à un stimulus qui ne la provoquait pas de manière naturelle, comme le son de la cloche. Il dispose précisément de cette réponse parce qu’il a fait l’expérience de son association ou de son lien temporel avec la présence de l’aliment dans la bouche, qui provoquait bien cette réponse de manière naturelle.

Les réponses conditionnées sont manifestées par l’organisme face à ce qu’on appelle les stimuli conditionnés. Au niveau du sujet qui nous intéresse, le stimulus conditionné serait l’environnement clinique ou hospitalier et non pas la blouse blanche. La réponse serait une augmentation de l’activité du système nerveux autonome sympathique et une diminution de l’activité du système nerveux autonome parasympathique. 

Le système nerveux autonome sympathique est celui qui se charge des symptômes de nervosité, de stress, etc. De l’autre côté, le système nerveux autonome parasympathique fait tout le contraire. Il est responsable des sensations de tranquillité et de relaxation.

Ainsi, en ce qui concerne l’hypertension de la blouse blanche, il existe une plus grande activité du système nerveux autonome sympathique, ce qui fait augmenter la fréquence cardiaque, la pression artérielle et occasionne une tachycardie. Cependant, les preuves indiquent que l’augmentation de la fréquence cardiaque est spécialement créée par la réduction de l’activation du système parasympathique.

L’effet de la blouse blanche vs l’hypertension de la blouse blanche

Les termes « effet de la blouse blanche » et « hypertension de la blouse blanche » sont utilisés comme synonymes de manière erronée. L’effet de la blouse blanche fait référence à l’augmentation transitoire de la pression artérielle qui se produit en tant que réaction d’alerte. Cette réaction d’alerte est principalement provoquée par l’environnement clinique.

En revanche, avec l’hypertension de la blouse blanche, nous faisons référence au patient souffrant cliniquement d’hypertension dans une consultation médicale. Par ailleurs, les valeurs de pression artérielle de ce patient se maintiennent à des rangs normaux lors des activités quotidiennes. L’effet de la blouse blanche n’est pas lié au niveau de « pression artériel basique » ou hors de l’environnement médical et peut avoir lieu chez des patients avec ou sans hypertension artérielle.

Comme nous l’avons vu, l’hypertension de la blouse blanche est essentiellement générée et modulée par des facteurs psychologiques. La personne ressent une augmentation de la pression artérielle et de la fréquence cardiaque face à un stimulus conditionné, comme peut l’être l’environnement hospitalier ou clinique. De cette façon, le traitement doit aussi être psychologique.

A découvrir aussi