Le coeur a aussi des neurones

1 mai 2017 dans Curiosités 312 Partagés

Qu’on le veuille ou non, qu’on y croit ou non, il en est ainsi ; notre coeur lui aussi ressent, pense et prend des décisions. Il regroupe environ 40 000 neurones ainsi que tout un réseau de neurotransmetteurs ayant des fonctions très concrètes qui en font une extension parfaite de notre cerveau.

Curieusement, lorsqu’on veut faire référence à nous-même, nous pointons notre poitrine et notre coeur. C’est quelque chose d’automatique, de presque instinctif. Comme une voix mystérieuse et atavique qui nous indique que c’est là que se trouve le centre de notre être authentique, de notre conscience.


“Ceux qui nous aiment avec leur coeur, nous parlent avec leur coeur.”

– Francisco de Quevedo –


Cette voix ne se trompe pas : la neuroscience est une science toujours fantastique et révélatrice qui met en lumière ces processus que parfois on devine, mais qu’on ne comprend jamais vraiment. Le coeur est intimement lié au cerveau, si bien qu’il lui envoie constamment des informations ou encore qu’il active voire inhibe diverses zones cérébrales selon les besoins qui se présentent.

Vous aimeriez savoir, par exemple, que les émotions comme l’amour et sa manifestation au travers de l’affection, la tendresse ou le besoin et l’attention naissent de ce complexe exceptionnel de cellules, de nerfs, d’énergie et d’électricité qui conforment ce que nous sommes : une ingénierie parfaite prête à se lier avec son entourage et ses semblables.

Nous vous proposons de réfléchir à ce sujet, et vous invitons à aller au-delà de la simple métaphore disant que “l’on pense aussi avec le coeur”, pour comprendre toutes ces merveilles concentrées juste là, dans votre poitrine.

Oui, le coeur aussi est un organe intelligent

Le coeur est un organe émotionnellement intelligent. Cette phrase peut sembler redondante, voire même trop poétique pour que l’on puisse lui accorder une quelconque validité. Pourtant, lorsque l’on cultive des émotions positives caractérisées par le calme, l’équilibre ainsi qu’une satisfaction pleine et authentique, la fréquence cardiaque est harmonieuse ; elle est rythmée et parfaite.

Cependant, des facteurs tels que le stress, l’anxiété ou la peur rompent complètement cet équilibre. Ses ondes se distinguent soudain en pics pas du tout harmonieux, voire même dangereux. Le coeur sait bien que les émotions nous aident à nous connecter aux autres. D’où le fait, par exemple, que ce soit cet organe qui se charge de produire certaines hormones telles que l’ANF, qui se charge entre autres de stimuler la libération d’ocytocine, l’hormone de l’attention, de la tendresse ou de l’amour.

Annie Marquier, célèbre mathématicienne et chercheuse dans le domaine de la conscience, nous recommande la chose suivante : puisque le coeur présente près de 40 000 neurones et qu’il tire profit des états de l’âme positifs et calmes, il serait tout à fait recommandable de pratiquer au quotidien la contemplation, le silence et la relaxation comme manières harmonieuses de nous connecter avec notre entourage et notre environnement.

On pense que le coeur est, à son tour, ce canal fantastique où s’active une authentique “intelligence supérieure”, puisque ce sont les émotions positives qui, finalement, sont celles qui renforcent notre santé. De fait, c’est le coeur qui les régule aussi au travers d’une série d’hormones.

Dans la suite de cet article, nous comprendrons un peu mieux comment cela se produit.

Les trois connexions du coeur

Nous signalions au début de cet article que le coeur dispose d’un système nerveux très complexe où se concentrent des neurotransmetteurs, des protéines et des cellules de soutien. Cela veut-t-il dire que cet organe qui nous permet de vivre est aussi un “système pensant” ?

Presque, en effet. Plus qu’un organe rationnel, c’est un organe purement sensitif capable de prendre des décisions par lui-même en se basant sur certaines stimulations. Le plus intéressant dans tout cela, c’est que, comme nous l’expliquent les neurologues et cardiologues, le coeur peut agir indépendamment du cerveau lui-même. Plus encore, il apprend aussi au travers de l’expérience.

Voyons donc de quelle manière il y parvient au travers d’une série de connexions qu’il établit avec le cerveau.


“Pour aimer intensément, il faut avoir le coeur en paix.”


Première connexion

Cette information nous invite sans aucun doute à la réflexion. Sur la totalité des cellules dont dispose le coeur, 67% sont des cellules nerveuses. Le coeur est le seul organe capable d’envoyer des informations de manière autonome au cerveau en se basant sur les stimulations organiques qu’il reçoit.

Deuxième connexion

Le coeur se charge de l’homéostasie. Qu’est-ce que cela signifie ? Que parmi ses multiples fonctions vitales figure celle consistant à garantir notre équilibre émotionnel.

Il y parvient car il inhibe le stress en priorisant la production d’hormones telles que l’ocytocine. Ainsi, le coeur agit comme une glande endocrine supplémentaire : de fait, on suppose même qu’il pourrait travailler “en équipe” avec l’amygdale.

Troisième connexion

Le coeur se caractérise par le fait d’avoir une communication électromagnétique très puissante. De fait, elle est 5000 fois supérieure à celle du cerveau lui-même.

Or, son champ électromagnétique varie en fonction des émotions. Grâce à différentes études menées à bien par le Centre d’Etude HeartMath, il a été démontré que la qualité de nos émotions altère ou régule le champ électromagnétique que génère notre coeur.

C’est quelque chose d’indubitablement fascinant, à tel point que les scientifiques connaissent très bien cet aspect que nous avons tou-te-s connu à un moment ou un autre de notre vie : les émotions positives génèrent une véritable cohérence psycho-physiologique.

Nous sommes donc un cumul merveilleux d’énergies, de pulsions, de sensations et de perceptions guidées par deux canaux exceptionnels : le cerveau et le coeur. Or, ce dernier ne se résume pas à cette “pompe” qui rend possible la circulation sanguine, mis il donne également vie à ce qui nous rend humain-e-s : les émotions.

A découvrir aussi