Logo image
Logo image

Comment les modes affectent-elles la société ?

7 minutes
Pourquoi sommes-nous victimes des modes ? Pourquoi certains comportements, même s'ils sont néfastes, sont-ils imités dans notre société ? Vous êtes-vous déjà senti bizarre lorsque vous ne vous identifiez pas à certaines tendances ?
Comment les modes affectent-elles la société ?
Dernière mise à jour : 22 avril, 2023

La façon dont les modes affectent la société est profonde et, parfois, dérangeante. Au-delà des codes vestimentaires, de la musique, des comportements et de l’acquisition de certains produits, par exemple, pensons à ces défis des réseaux sociaux qui, en raison de leur dangerosité, provoquent des accidents et même des décès. Qu’y a-t-il derrière ce type de comportement ?

La psychologie étudie ces phénomènes depuis des décennies. Pour les comprendre, l’un des termes les plus importants est le concept de soi, également construit à partir de notre appartenance à certains groupes sociaux. L’imitation, l’un des processus qui nous permet de nous sentir intégrés et, en même temps, d’être esclaves de certaines tendances, offre la perception d’être comme les autres. Approfondissons un peu ce sujet.

Les modes suivent le “principe de conformité”. La plupart recherchent l’intégration dans le groupe et cela favorise parfois la dissolution du « je » pour adopter les codes du groupe social de référence.

Some figure
Les réseaux sociaux sont, en ce moment, les principaux diffuseurs des modes et des tendances.

Comment les modes affectent-elles la société ?

Actuellement, les réseaux sociaux sont les canaux les plus importants lorsqu’il s’agit de diffuser les nouvelles modes et tendances. Et nous ne parlons pas seulement du domaine de l’habillement. Twitter, Instagram et Tik Tok intègrent les codes de la communication, de la pensée, du loisir et bien sûr de la consommation dans l’idéologie collective.

La manière dont les modes affectent la société n’est pas toujours bénéfique. Voyons, par exemple, l’idéal de beauté et le schéma corporel que l’industrie promeut depuis des années et ce que cela implique. Rappelons-nous la mode de se couper (l’automutilation) ou ces défis viraux qui ne finissent pas toujours bien.

Cependant, ce phénomène a toujours existé et forme une réalité qui modèle et active en nous des processus psychologiques très intéressants que nous analyserons ci-dessous.

1. L’imitation comme besoin d’appartenir à l’endogroupe

L’apparition d’un comportement, d’un produit ou d’un style vestimentaire suscite toujours en nous une certaine curiosité. Dès que nous constatons que ces dimensions se répètent fréquemment parmi nos groupes sociaux de référence, l’imitation apparaît. La nécessité de suivre ces schémas se fait sentir pour ne pas se sentir exclu.

Les psychologues sociaux Henri Tajfel et John Turner, qui ont développé la théorie de l’identité et de la comparaison sociale dans un ouvrage référencé par l’American Academy of Psychology, ont mis en évidence la puissante influence de la mode, à la fois pour et contre.

De la même manière, l’identité se nourrit du sentiment d’appartenance. Cela nous pousse à imiter ce que fait l’endogroupe. Suivre les tendances et les comportements évite l’exclusion sociale, le ciblage et l’ostracisme. Nous nous sentons faire partie des autres, ce qui se traduit par un bien-être psychologique.

2. Le principe de conformité

Comme le souligne Serge Moscivici (1999), « les gens sous-estiment l’influence de la vie en société sur nos attitudes et nos comportements. En fait, notre environnement nous oblige complètement. Ainsi, le principe de conformité nous dit que dans le désir d’intégrer et d’offrir une perception positive aux autres, nous allons diluer notre « je » et assumer de nombreuses réalités inconsciemment.

De plus, des personnalités telles que le psychologue social Herbert Kelman indiquent que le conformisme se manifeste de trois manières très spécifiques. Tous expliquent très bien comment les modes affectent la société.

  • Identification : nous nous sentons identifiés à ce que font ou démontrent les figures de notre groupe social.
  • Intériorisation : nous intégrons dans nos strates psychologiques les schémas comportementaux et comportementaux des autres. Nous le faisons pour ne pas nous sentir laissés pour compte.
  • Conformité : nous démontrerons notre sensibilité à certaines modes et tendances, même si parfois, en privé, la fascination n’est pas absolue ou nous ne sommes pas toujours d’accord.

Les modes, même si elles ne sont pas toujours saines ou à 100% agréables, suscitent en nous un besoin instinctif d’imiter pour ne pas se sentir laissés pour compte.

3. Besoin d’approbation et de validation

S’il y a un besoin que l’on manifeste dès le plus jeune âge, c’est de recevoir l’approbation des autres. Aussi la validation de notre environnement le plus proche. C’est ainsi que nous renforçons l’identité et l’estime de soi. Nous ne sommes pas des îles solitaires, mais des organismes vivants qui coexistent dans la société et qui nécessitent une validation pour avoir un sentiment d’unité et de sécurité.

Assumer les modes, mener les mêmes pratiques, favorise que les autres nous voient comme faisant partie du groupe. L’imitation conduit à l’intégration et cela nous offre de nombreux renforcements positifs qui sont fondamentaux pour de nombreuses personnes.

4. Contagion émotionnelle

Si nous nous demandons comment les modes affectent la société, il est essentiel de parler d’émotions. Lorsque nous voyons un objet, un comportement ou un type de vêtement se répéter, nous subissons une « contagion émotionnelle ». Soudain, un état d’émotions se propage d’une manière similaire à ce qui peut arriver lors d’un concert en écoutant de la musique. Il y a de la fascination, de la curiosité et du plaisir.

Suivre une tendance facilite non seulement l’intégration sociale, mais nous inonde également d’une série d’émotions à valence positive qui nous encouragent à imiter.

Les modes encouragent également la suggestion émotionnelle, c’est-à-dire qu’il existe une tendance inconsciente à accepter les comportements des autres.

5. Elles nous facilitent la vie (raccourcis mentaux)

Imaginons que nous organisions une fête ce week-end et que nous ne sachions pas quoi porter. Ce que les modes et les tendances facilitent, ce sont les raccourcis mentaux pour ne pas trop réfléchir. Dans ce cas, il suffirait de choisir les vêtements que, en ce moment, la majorité porte.

Si la réalité regorge d’options, le fait de suivre les tendances raccourcit nos décisions et nos temps de réflexion. Il suffit de « faire comme les autres ».

Some figure
Les adolescents et les jeunes sont plus vulnérables aux modes.

Pourquoi les gens sont-ils plus vulnérables à l’effet des modes ?

La manière dont les modes affectent la société est très variée d’un point de vue psychologique. Les personnes les plus vulnérables à ces processus sont les jeunes, en particulier les adolescents. La génération Z a, en moyenne, une forte pression lorsqu’il s’agit de suivre les tendances qui apparaissent sur les réseaux sociaux.

Pour le cerveau juvénile, le besoin d’appartenance est un instinct crucial. Actuellement, le phénomène de comparaison sociale signifie que l’accent est toujours mis sur ce que les autres ont et sur ce qui manque à l’un. Se conformer à certains canons et modes supposés est comme une religion forte qui apporte, à son tour, des tourments et de nombreux problèmes de santé mentale.

Des travaux comme ceux menés à l’université d’Ajman, aux Émirats arabes unis, par exemple, mettent en lumière à quel point les réseaux sociaux sont essentiels dans la construction de l’identité des plus jeunes. Ce manque de maturité de leur personnalité les rend plus sensibles aux comportements endogroupes qu’ils assument par simple imitation pour ne pas se sentir rejetés.

Facteurs qui nous rendent plus enclins à assumer les modes et les tendances

Une mode est bien plus qu’une forme de manipulation sociale. C’est une idéologie chargée de sens que les gens assument par curiosité, identification réelle ou désir d’appartenance. Ce sont les facteurs qui nous rendent plus enclins à cela:

  • Plus grande suggestibilité.
  • Pensée conformiste.
  • Esprit moins critique.
  • Désir de rejoindre le groupe.
  • Peur d’être pointé du doigt ou exclu.
  • Une identité et une personnalité moins formées.
  • Faible estime de soi et besoins de renforcement social.

Pour conclure, il convient seulement de noter que nous assumons tous, dans une certaine mesure, de nombreuses modes par simple désir et intérêt. La clé est de discerner ce qui est bon pour nous, ce qui est sain et enrichissant de ce qui ne l’est pas. Dans le présent, des tendances aussi irrationnelles que dissonantes émergent fréquemment. Avoir des critères pour savoir quelle tendance ignorer, c’est aussi la santé.


Toutes les sources citées ont été examinées en profondeur par notre équipe pour garantir leur qualité, leur fiabilité, leur actualité et leur validité. La bibliographie de cet article a été considérée comme fiable et précise sur le plan académique ou scientifique


  • Dignath, D., Born, G., Eder, A. et al. Imitation of action-effects increases social affiliation. Psychological Research 85, 1922–1933 (2021). https://doi.org/10.1007/s00426-020-01378-1
  • Venkatasamy, Nithyaprakash. (2015). Fashion trends and their impact on the society.
  • Turner, J. C., Brown, R. J., & Tajfel, H. (1979). Social comparison and group interest in ingroup favouritism. European Journal of Social Psychology, 9(2), 187–204. https://doi.org/10.1002/ejsp.2420090207

Ce texte est fourni à des fins d'information uniquement et ne remplace pas la consultation d'un professionnel. En cas de doute, consultez votre spécialiste.