Comment aider un enfant qui a le sentiment d’échouer ?

31 mars 2019
Un enfant qui se sent échoué est celui qui renonce à se battre pour ce qu'il veut. Celui qui se sent vaincu avant de l'avoir essayé. Cela dépend de leurs parents pour réorienter cette position vers eux-mêmes et vers la vie.

La plupart des parents veulent que leurs enfants soient heureux, trouvent leur propre chemin et s’épanouissent pleinement. Cela n’arrive pas toujours. Il peut arriver que l’enfant ait le sentiment d’échouer et de ne pas parvenir à répondre aux attentes de ses parents. Habituellement, ce sentiment d’échec se présente très tôt et peut totalement déconcerter les parents.

Un enfant qui a le sentiment d’échouer suscite diverses réactions chez les parents, mais presque toujours angoisse et culpabilité. Ces sentiments se traduisent par des comportements allant du déni du problème à des changements importants dans la famille. Lorsque la situation est abordée correctement et à temps, c’est généralement une excellente occasion de régler ce qui ne va pas. Sinon, cela pourrait devenir le germe de problèmes plus graves.

A ce qui précède s’ajoute le fait que bien souvent, les parents ne détectent pas ce sentiment d’échec. Ainsi, face au manque d’identification, aucune intervention n’a lieu. Dans d’autres cas, les parents prennent conscience de l’existence du sentiment d’échec, mais trop tard. L’intervention devient alors encore plus compliquée.

Comment se comporte-t-il un enfant qui a le sentiment d’échouer ?

Il est dans certains cas relativement simple de se rendre compte qu’un enfant a le sentiment d’échouer. Il le verbalise lui-même et demande de l’aide, car il sent qu’il ne progresse pas. Cependant, ce sentiment d’échec passe aussi parfois inaperçu, ou bien les parents refusent de le reconnaître.

Ainsi, il est courant que le sentiment de défaite se manifeste indirectement : par des relations conflictuelles avec les autres, des comportements indisciplinés ou inhabituels. D’autre part, rappelez-vous que les enfants ont tendance à manifester leur tristesse ou leur malaise en passant par la colère.

Parfois, un enfant qui a le sentiment de ne pas réussir grandit dans une maison où ce sentiment était déjà présent, de sorte qu’il n’a eu qu’à l’intérioriser. En fait, ses parents ou tuteurs peuvent avoir aussi ressenti cela. C’est précisément l’une des raisons pour lesquelles l’environnement adulte peut nier le problème : le fait de le reconnaître et de réfléchir à ses causes et à ses conséquences peut aboutir à un exercice d’introspection et d’autoanalyse qui, bien que dans la plupart des cas positif et efficace, peut aussi coûter.

 enfant qui a le sentiment d'échouer

L’analyse de l’échec

En réalité, l’échec n’est pas un état, mais une attitude. Une personne qui échoue est une personne qui se sent vaincue et qui pense qu’elle ne peut rien y faire. On ne nait donc pas avec ce sentiment d’échec, on l’intériorise au fil des expériences vécues et du style d’éducation reçue. Il est normal que l’enfant se sente parfois vaincu, car son immaturité peut l’empêcher de peser objectivement ses erreurs. Le problème se pose quand cela devient un état habituel.

Si l’enfant a le sentiment d’échouer, il est fort probable que quelque chose manque à son éducation. Par exemple, peut-être ne reçoit-il pas assez de stimuli affectifs et n’est-il pas suffisamment soutenu. C’est pourquoi il se méfie de ce qu’il est capable de faire et ne parvient pas à remédier aux erreurs qu’il pourrait commettre.

enfant qui a le sentiment d'échouer

Un enfant qui a des problèmes scolaires ou comportementaux à l’école a d’abord besoin d’être aidé, pas d’être puni. Ses difficultés peuvent être un signe de fragilité ou de confusion. Dans ce cas, et dans de nombreux autres cas, il faudrait comprendre l’enfant, lui offrir proximité et soutien.

L’enfant a besoin d’attention, de contrôle et d’amour. Même si un psychologue peut aussi aider à résoudre la situation, une part importante doit être abordée et réglée directement par les parents.

Il est important que les parents évaluent leurs succès et leurs échecs en tant que formateurs. Ils doivent se renseigner sur la meilleure façon d’aborder la situation. Si la difficulté est détectée tôt, il sera beaucoup plus simple de la résoudre rapidement et sans laisser de traces qui pourraient nuire à la croissance de l’enfant.

 

  • Marina, J. A. (2010). La inteligencia fracasada: teoría y práctica de la estupidez. Anagrama.