Choisir la bonne punition n’est pas une tâche facile

17 janvier 2018 dans Psychologie de l'éducation et du développement 111 Partagés

Votre enfant de deux ans fait une crise de nerfs et vous frappe. Comment réagir face à cela ? Ce qui est certain, c’est que dans ces moments-là, beaucoup de parents ne sont pas capables de contrôler leurs pulsions et finissent par crier, menacer, agresser physiquement ou punir sévèrement l’enfant. Mais, est-ce la solution ? En réalité, pas vraiment.

L’enfant doit recevoir une punition ou une sanction visant à corriger son mauvais comportement, personne ne met cela en doute. Mais, quelle punition ? Punir nos enfants, et le faire de la bonne manière, ce n’est pas une tâche facile… Continuez à lire cet article et découvrez comment y arriver !

« Les racines de l’éducation sont amères, mais le fruit est doux. »

-Aristote-

père punissant sa fille

Tout comportement inadéquat doit avoir une conséquence

Face à une conduite inadéquate, les parents peuvent réagir de bien des manières. Certains sont « permissifs » et n’imposent aucune sanction aux enfants, généralement parce qu’ainsi, ils évitent d’avoir à faire face à une possible crise de nerfs de la part de leurs enfants si leurs désirs sont contrariés.

A la longue, cela devient contreproductif, puisque les enfants s’habituent alors à obtenir tout ce qu’ils demandent alors que ce qui compte, c’est qu’ils intériorisent qu’ils ne pourront pas toujours avoir ce qu’ils veulent. D’autre part, ils doivent comprendre qu’ils ne pourront arriver à obtenir ce qu’ils demandent uniquement en ayant des conduites adéquates, telles que la négociation avec l’adulte.

Par conséquent, quand un enfant se comporte de manière inadéquate, cela doit avoir une conséquence et ne pas rester impuni. On peut alors avoir recours soit à l’extinction, soit à la punition. Nous devons éviter que cela suppose des dégâts physiques ou mentaux pour l’enfant ; il est donc préférable de ne pas opter pour des sanctions physiques, des cris, des menaces ou des humiliations.

« L’éducation, ce n’est pas la préparation à la vie ; l’éducation, c’est la vie en soi. »

-John Dewey-

Les caractéristiques d’une punition adéquate

De fait, si le non respect de la norme ou du comportement adéquat est léger, l’extinction peut suffire. Mais si ce que fait l’enfant est plus grave ou s’il ne respecte pas les règles de manière systématique, il est important d’imposer une punition adéquate par rapport au développement et à l’âge de l’enfant. Ainsi, cela l’aidera à comprendre qu’il est préférable pour lui de se comporter autrement.

De plus, la sanction doit être en relation avec la norme qui a été transgressée, de manière à ce que l’enfant puisse penser et réfléchir à ce qu’il a mal fait. De plus, les sanctions ne doivent pas être trop longues, sinon elles finiraient par se révéler contre-productives.

D’un autre côté, à partir de cinq ou six ans, les punitions doivent être en accord avec les enfants. Ainsi, nous fomentons chez l’enfant des habilités de communication et de négociation, de même qu’une capacité à défendre ses droits propres ainsi qu’à comprendre les normes de la maison. Ces punitions doivent donc être justes et adaptées pour toutes les parties impliquées.

Enfin, dans la mesure du possible, la punition doit avoir un caractère réparateur. Autrement dit, elle doit être orientée vers la compensation ou la restauration pour les dommages causés. Il est donc préférable que la punition soit liée à la conduite que l’on ne veut plus voir se reproduire. De cette manière, le sentiment de culpabilité diminuera et les liens familiaux se renforceront.

enfants qui jouent

Comment imposer une punition de manière adéquate

Aujourd’hui, on sait quelle doit être la nature d’une punition ; ce dont il est question dans cet article, c’est comment la mettre en pratique. En premier lieu, il est important que l’enfant sache préalablement quelle est sa punition, ainsi qu’en quoi elle consiste. D’un autre côté, une fois imposée, la punition doit être respectée jusqu’à la fin.

Ce point est important, puisque si les parents ne sont pas fermes dans leurs punitions, ces dernières perdront de leur utilité. Il est donc important que l’attitude des adultes soit la plus intelligente et la moins impulsive possible.

Pour atteindre cela, il est nécessaire de tenter de contrôler et contenir notre colère et de penser au fait que la punition ne doit pas blesser les enfants, mais les faire réfléchir. Ainsi, nous leur communiquerons la conséquence négative de leurs mauvais agissements avec une voix tranquille. L’enfant percevra alors de l’affection plutôt que le rejet qui filtre une succession de punitions constantes. Punir de manière adéquate est un défi, mais avec ces conseils, nous serons plus à même d’y arriver…

« Celui qui, emporté par la colère, donne une punition, ne corrige pas ; il se venge. »

-Michel de Montaigne-

Images de Andrik Langfield, Gerome Vivant et Rene Bernal

A découvrir aussi