Chicago, le prix de la renommée

· 24 février 2018

Chicago est l’une de ces comédies musicales qui ne se démodent jamais. Elle a été représentée d’innombrables fois et a même été reprise au cinéma. Le film, réalisé par Rob Marshall, a remporté six Oscars, dont celui du meilleur film et du meilleur second rôle féminin pour Catherine Zeta Jones, entre autres récompenses.

Le film reçut un franc succès et fut salué par la critique. Les numéros musicaux sont magnifiques et l’esthétique possède un air de Cabaret qui nous accroche dès les premières minutes. Mais qu’y a-t-il derrière ce film ?

Le film de Chicago de 2002 est une adaptation d’une comédie musicale, mais cette comédie musicale n’est pas née de nulle part ; elle est elle-même l’adaptation d’une pièce de théâtre de 1926 écrite par la journaliste Maurine Dallas Watkins.

Cette journaliste travaillait pour le journal Chicago Tribune et couvrait les meurtres qui révolutionnaient la ville, toute la presse à sensation en faisant écho, convertissant par la même les meurtrières en de véritables célébrités. Les meurtrières, Beulah Annan et Belva Gaertner, avaient toutes deux assassiné leurs amants .

La publication de la pièce fit place à un certains nombre d’adaptations cinématographiques (la première d’entre elles fut réalisée à l’époque du cinéma muet) et, plus tard, Chicago deviendrait la comédie musicale que nous connaissons aujourd’hui et que nous retrouvons dans le film du même nom que nous allons commenter.

Chicago

La femme dans le Chicago des années 20

Nous nous situons dans les années 20, dans la ville de Chicago. Nous sommes dans la période d’entre deux guerres, avant la Grande Dépression, en pleine Aire du Jazz, au temps des flappers (claquettes), le vote des femmes venant d’être approuvé aux États-Unis, certaines femmes étaient économiquement indépendantes, et s’approchait une période de changement, notamment pour la femme.

Il suffit de penser au changement radical vécu par ces femmes quant à leur tenue, laissant les corsets de côté, adoptant un style laissant davantage ressortir leurs courbes, les jupes devenant plus courtes, tout comme leurs cheveux. Les années 20 ont incontestablement été des années de grands changements pour les femmes.

Certains ont commencé à boire, à fumer, à se consacrer à la musique et à aller dans des endroits comme le faisaient les hommes. Par conséquent, les aspirations de ces femmes allaient bien au-delà des tâches domestiques et de se contenter d’être des femmes exemplaires … Malheureusement, tout n’était pas si facile pour les femmes et elles se heurteraient bientôt à de nombreuses résistances.

Chicago est une comédie musicale extraordinaire qui reflétera très bien tout ce que cela signifie, sur fond de jazz. Ses deux protagonistes sont deux femmes des années 20, possédant des vies très différentes, mais avec des aspirations similaires, et dont les chemins se croiseront en prison :

Velma Kelly

Velma Kelly est une chanteuse et danseuse du club Onyx à Chicago. Il s’agit d’une célébrité et possède un numéro avec sa soeur, Veronica. Les deux sœurs ont toujours joué ensemble et constituaient tout un spectacle pour les citoyens de Chicago. Cependant, un jour, Velma est en retard pour la représentation et réalise le numéro sans Veronica. La police vient l’arrêter alors qu’elle se trouve sur scène pour le meurtre de sa sœur et de son mari, avec qui cette dernière entretenait des relations sexuelles, raison pour laquelle Velma les aurait assassinés. Elle ira en prison et y retrouvera Roxie Hart.

Roxie Hart

Roxie Hart est une jeune femme ambitieuse qui vit à Chicago, là où la célébrité constitue la finalité de tout. Roxie vit grâce au soutien de son mari, Amos Hart, un homme aimable mais avec « peu de lumières » et sans aucune aspiration notable.

Roxie rêve de devenir célèbre et de briller de ses propres feux dans les lieux les plus populaires de Chicago. Son ambition est si grande…qu’elle fera tout pour y arriver. Apparaît alors Fred Caseley, un homme qui promet à Roxie de parler à ses contacts et de lui obtenir un numéro en échange de relations.

Ces derniers initient alors une relation clandestine ; jusqu’à ce que Fred se lasse de Roxie et lui avoue qu’il avait parié qu’il coucherait avec elle et qu’il n’avait jamais eu aucun contact ou intérêt réel pour elle. Roxie, totalement hors de contrôle et dans un accès de colère, tire sur Fred, le tuant sur le coup. Roxie ira en prison pour ce crime, un endroit où elle rencontrera Velma Kelly.

« Qui a dit que le meurtre n’était pas un art ? »

-Roxie Hart, Chicago-

Chicago, pur théâtre

La relation initiale entre les deux femmes n’est pas bonne. Roxie a toujours admiré Velma et fera tout son possible pour l’approcher, chose qui n’intéresse absolument pas Velma, laquelle méprise Roxie. Les rôles seront toutefois inversés lorsque le cas de Roxie commencera à susciter un intérêt manifeste dans la presse, délogeant ainsi la grande Velma Kelly du devant de la scène. À ce moment, Velma fera tout son possible pour se rapprocher de Roxie, laquelle la méprisera.

Chicago met l’accent sur les dangers de la renommée et de l’excès d’ambition. Nous sommes témoins d’une dispute intéressante entre les deux meurtrières tout au long du film. Elles partagent toutes deux un avocat, Billy Flynn, ont du succès dans les médias, et leurs procès seront les plus attendus de la ville. Roxie réalise enfin son rêve, elle est célèbre et dépasse Velma Kelly.

La renommée est tout à Chicago, et comme dit le proverbe « toute publicité est bonne ». Roxie n’était personne avant d’entrer en prison et, en commettant le meurtre, elle devient une célébrité ; elle est par conséquent convaincue que les offres pleuvront lorsqu’elle sortira de prison, qu’elle sera une grande star de la musique. Roxie voit dans le meurtre une porte qui s’ouvre pour atteindre son rêve.

Velma, en revanche, était déjà une star au moment du crime et, bien qu’en commettant le meurtre elle monopolisait les couvertures de magazines, elle perdait sa magie au fur et à mesure que Roxie la délogeait.

La presse jouera un rôle crucial dans le film, nous y verrons son pouvoir de manipulation et d’influence. Nous louons parfois les personnages subjectivement et en condamnons d’autres simplement à cause de ce qui se dit dans la presse. Nous ne sommes pas critiques et nous laissons emporter par le sensationnalisme, chose que reflète très bien le film Chicago, où nous voyons que même les fillettes veulent ressembler à Roxie Hart.

Chicago

Il en va de même pour le rôle de la justice et de l’avocat, Billy Flynn, un homme sans scrupules qui ne perd jamais un procès et qui se fiche de savoir si son client est innocent ou coupable, se soucie seulement du fait que ce dernier possède les 5000 $ nécessaires pour payer ses honoraires. Pour Billy, tout n’est que théâtre et il joue parfaitement son rôle, entraîne ses « actrices » et leur donne la liberté. Laissant ainsi des innocents mourir sur la potence et maintenant des criminels en liberté ; la justice n’est pas la même pour tout le monde.

L’argent est un autre des protagonistes du film. Il n’est pas uniquement lié à l’avocat Billy Flynn, il va également de pair avec Mama Morton, un fonctionnaire corrompu de la prison. La moralité n’existe pas à Chicago ; les journalistes veulent seulement des nouvelles, du « sang frais », le reste n’ayant aucune importance. Il ne s’agit pas d’un phénomène propre au film, nous le retrouvons également dans nos vies, d’autant qu’il existe un grand nombre d’exemples de meurtriers ayant fait l’objet de célébrations, à l’instar de Charles Manson.

Roxie et Velma se rendront compte que leur inimitié ne leur sert absolument pas, et qu’ensemble elles pourraient obtenir davantage que séparément. En fin de compte, comme cela arrive souvent avec la presse à scandales, la renommée des deux ne fut qu’éphémère, succès du moment, et seront reléguées au tiroir de l’oubli dès lors que surgira un nouveau centre d’intérêt. La célébrité, la justice, l’argent et la presse sont mis à l’honneur dans le film, et constitueront d’authentiques accessoires pour le théâtre qui est représenté à Chicago sur rythme de jazz.

« Le monde entier est un spectacle. Mais bébé, tu as embauché une étoile. »

-Billy Flynn, Chicago-