Cher moi, pardon pour tout le mal que je t’ai fait

7 août 2019
Parfois, nous nous trahissons nous-mêmes afin d'obtenir l'approbation des autres. Nous cessons de nous voir tels que nous sommes et portons des masques qui cachent notre véritable identité. Le problème est que, lorsque nous faisons cela, nous finissons par payer le prix fort : une grande dose de souffrance et de solitude.

Cher moi, je te demande pardon pour tout le mal que je t’ai fait. Maintenant que je suis face au miroir et que j’ai le courage de te regarder dans les yeux, je veux que tu m’écoutes attentivement. J’ai tellement de choses à te dire, tant de choses à déplorer que je ne peux pas continuer à vivre comme si de rien n’était. Ce n’est pas juste.

Plus d’une fois j’ai tenté d’avoir une conversation avec toi, mais je n’étais pas prêt. La peur, la déception et la souffrance liées à tout ce que je t’ai fait endurer ces années me serraient la gorge et m’empêchaient de laisser sortir ne serait-ce qu’un seul mot… J’ai préféré faire comme si tout allait bien. D’ailleurs, j’y ai même cru.

Tu sais ? Parfois nous pensons être prêts, nous pensons que nous sommes forts, mais nous nous racontons des mensonges. Ce fut mon cas : j’avançais avec des œillères…

Maintenant, je peux te regarder droit dans les yeux et te reconnaître dans le miroir. Je ne te fuis plus toi ni mes complexes. Tu n’es plus invisible pour moi. Je te vois, je me vois, je nous vois. Je nous accepte.

Ces retrouvailles, cette redécouverte me rend très heureuse, mais j’ai encore une épine dans le cœur qui ne me laisse pas profiter pleinement de toi…. À quoi sert une réconciliation si nous ne la ressentons pas ? Pour cette raison, pour renforcer notre lien, je t’ai écrit cette lettre.

Cher moi, pardonne-moi pour tant d’incompréhension

Une femme qui pleure

Cher moi, je te demande pardon pour tout le mal que je t’ai fait. Pour t’avoir oublié, pour t’avoir placé au second plan, pour t’avoir même renié et fait paraître ce que tu n’es pas. Pour t’avoir camouflé, pour t’avoir fait porter des masques…

Je le sais. Avoir honte de toi t’a fait beaucoup de mal. Le sentiment de rejet est l’une des blessures émotionnelles les plus profondes. Je t’ai renié, et en faisant cela, je me suis renié moi-même. Cacher qui nous sommes est l’une des pires trahisons qui soient. C’est devenir invisible. Et comme ça fait mal !

Je ne cesse de penser à toutes mes mauvaises pensées sur toi, sur moi, sur nous. Le mépris que je ressentais à ton égard. À mes yeux, tu ne faisais rien de bien. Je me souviens de la façon dont je te faisais culpabiliser au point de te laisser sans défense. Le physique, la personnalité ou un comportement ponctuel… Peu importe, je ne pouvais simplement pas te supporter. À ces moments-là, je pensais que tu n’avais rien à m’offrir, qu’il n’y avait rien à valoriser…

Cher moi, je te demande pardon pour avoir tant exigé de toi. Pour t’avoir fouetté avec des mots destructeurs et pour t’avoir critiqué lorsque tu ne répondais pas à mes attentes. Je sais que lorsque je discutais avec toi, j’étais loin d’être délicate. Lorsque tu attendais un geste affectueux de ma part, je te répondais avec froideur. Pardonne-moi. Au lieu de te prendre dans mes bras, je m’éloignais de toi et cela a créé une spirale de mal-être qui devenait de plus en plus profonde.

Cher moi, je t’ai oublié tellement de fois. Tellement de fois je t’ai ignoré, même lorsque tu me demandais de l’aide en ton for intérieur… Je suis désolé. J’ai mis une barrière entre toi et moi, entre nous, jusqu’à ne plus en pouvoir, jusqu’à ce que ma poitrine éclate à cause de toute la pression que je ressentais. Je ne me souvenais même plus comment c’était de se sentir bien, tranquille et heureux. Je me suis effondré.

Bien que je ne souhaite cette situation à personne, grâce à mon naufrage, j’ai découvert que tu existais encore, que tu étais là, que t’attendais le moment où je poserais à nouveau mes yeux sur toi. Encore une fois, je te demande pardon pour tout le mal que je t’ai fait.

Je te propose un accord

Un cœur illuminé

À partir de maintenant, je souhaite que le lien que nous entretenons soit différent. Je veux te protéger. Je te propose donc un accord : parions sur nous, toi pour moi et moi pour toi. Soyons un. Cessons de jouer au bourreau et à la victime. Soyons complices.

Je promets de t’écouter, même si parfois cela me fait du mal. Je sais que tu as des choses importantes à me dire, et je ne lèverai plus la voix contre toi. Bien au contraire, je ferai tout ce qui est en mon pouvoir pour que tu t’exprimes bien fort. Je veux te connaître et redécouvrir chaque détail de toi. Ce que tu aimes, ce que tu n’aimes pas, ce qui est facile pour toi et ce que tu attends.. Je veux tout savoir.

Je ne peux pas te promettre que je ne te ferai plus jamais de mal, c’est impossible. Nous commettons tous des erreurs. Mais je te promets de ne plus le faire intentionnellement. Je penserai à nous, à notre bonheur. Après avoir essayé des milliers de déguisements, je me suis rendu compte que si ce n’est pas avec toi, ce ne sera avec personne. J’ai dégusté le prix de la trahison et je peux te dire que c’est l’une des pires expériences de ma vie.

Je te respecterai et, lorsque tu te sentiras mal, je compatirai. Je me mettrai à ta place, j’essaierai de te comprendre plutôt que de te faire culpabiliser, je chercherai à comprendre les causes et les raisons. C’est seulement comme ça que je pourrai comprendre ce qu’il t’arrive, ce qui te remue, ce qui te préoccupe.

Cher moi, j’embrasserai tes peurs et tes blessures. Tout ce que j’ai vécu m’a montré que l’on ne peut pas avancer si l’on ne dialogue pas, si l’on n’écoute pas, si l’on ne comprend pas. Lutter avec rage et haine ne fait que me séparer de toi et me plonge dans une profonde tristesse, dans une profonde douleur, dans une profonde inquiétude. Et ce n’est pas ce que je souhaite pour toi, ni pour moi.

Je sais que la vie peut être dure et qu’il y aura des moments de tension… Il y aura des échecs, des instants au cours desquels nous baisserons les bras ou souhaiterons changer de chemin. Tous ces chemins, je les parcourrai avec toi. Je sais que je t’ai fait du mal, que je t’ai déçu, mais nous allons essayer.

Je veux construire des ponts avec toi qui nous guideront vers le bien-être et l’acceptation. Que nous fassions qu’un plutôt que deux. Je veux que ce lien grandisse et nous remplisse de paix et d’amour. Je veux de nouveau te prendre par la main pour ne plus te lâcher.

Qu’en dis-tu ? Acceptes-tu cet accord ?