Le chemin que les personnes décident d’emprunter en dit plus sur elles que celui qu’elles viennent de quitter

12 juillet 2017 dans Psychologie 341 Partagés

Nous nous définissons habituellement en fonction de notre passé, et celui-ci peut également nous rendre prévisibles ; cependant, il ne révèle pas toujours ce que nous sommes. Nous trouvons souvent, à travers nos expériences, des apprentissages pour affronter notre présent : cela peut refléter de façon plus fidèle notre façon d’être actuelle. En tant qu’êtres humains, nous sommes très inconstants et modifiables. Le processus de transformation est une lutte quotidienne.

Il ne peut pas y avoir de transformation sans émotion. Les émotions que nous ressentons sont les principales causes de nos comportements. Le destin ne peut pas être changé car, sinon, il ne s’appellerait pas « destin ». Mais l’être humain, lui, peut changer. Sinon, il ne serait pas un être humain.

Les buts que nous poursuivons dévoilent en grande partie qui nous sommes. Ce n’est pas le fait d’avoir des buts qui est si important : c’est ce que nous faisons et ce que nous devenons pour les poursuivre. Nous, les personnes, avons une place dans le présent. Peu importe la personne que nous étions la semaine passée si nous savons qui nous sommes aujourd’hui.


« Le passé a fui, ce qui vous attend n’est encore pas là, mais le présent est bien vôtre. »

-Proverbe arabe-


Seuls 20% de notre cerveau se trouve dans le moment présent

Notre cerveau adore voyager du passé au futur et du futur au passé, sans même s’arrêter dans le présent ou y faire une pause pour s’approvisionner. 40% du cerveau humain sert à faire des conjectures et des hypothèses qui ne se matérialiseront jamais, et 40% est ancré dans les situations et les conflits du passé, ce qui ne laisse que 20% à ce qui importe réellement, ce que nous sommes au moment présent.

C’est pour cela qu’il est si habituel que nous nous décrivions, aussi bien nous-mêmes que les autres personnes, à partir d’un point de vue déjà passé. Certaines études suggèrent que le présent est un lieu difficile à atteindre pour le cerveau, mais cela peut se travailler. Avoir des objectifs et une direction à suivre nous aide à être plus connecté-e-s à notre environnement.

Le passé nous donne beaucoup d’informations sur la personne que nous avons été, mais le présent nous donne des informations sur celle que nous sommes maintenant. Cependant, pour notre cerveau, il est beaucoup plus simple de s’appuyer sur l’information du passé (il l’a déjà traitée) : c’est pour cette raison que beaucoup de personnes ont du mal à se voir réellement comme elles sont car elles ont une image déphasée de leur essence et de leur sens dans l’actualité.

Des mots d’ordre tels que « c’était mieux avant » nous montrent comment notre cerveau déforme certains événements passés. Il réinvente nos souvenirs pour les rendre plus positifs. La mémoire prend des fragments du moment présent et les insère dans le passé pour qu’ils s’emboîtent bien dans notre monde actuel.


« Les idiots parlent du passé, les sages du présent et les fous du futur. »

-Proverbe populaire-


Le lieu d’où nous venons peut être fortuit, mais la direction que nous suivons est notre choix

Nous avons tou-te-s un passé et, parfois, celui-ci n’a pas été le fruit de nos choix. Au fur et à mesure que nous nous érigeons en prenant le contrôle de notre vie, nous choisissons et définissons les attitudes et les modes de vie qui s’adaptent le plus à nos goûts et à nos valeurs. Connaître la direction que nous voulons suivre implique que nous ayons plus d’auto-contrôle, de discernement et de générosité (ou, tout du moins, que nous soyons disposé-e-s à le faire).

Chaque choix suppose des conséquences. Si notre choix et ses conséquences ne nous plaisent pas, nous devons faire de nouveaux choix qui auront de nouvelles conséquences au lieu de retourner dans le passé avec notre esprit. Le chemin que nous choisissons est-il toujours le bon ? Nous ne pouvons pas connaître à l’avance ses conséquences ; en revanche, ce concept de « bon », plus que celui de « parfait », se trouve dans le choix que nous faisons.

Nous pouvons décider de nous défaire des croyances qui nous limitent et en construire d’autres qui rendront notre vie plus amusante ; elles pourront même peut-être apporter un peu de chance. Seuls les fantômes se réfugient dans le passé, en se définissant eux-mêmes par des descriptions basées sur leurs vies déjà choisies, déjà vécues et, d’une certaine façon, déjà fermées. Nous sommes ce que nous choisissons d’être aujourd’hui, pas ce que nous avions décidé d’être auparavant.


« Je peux apprendre à n’importe qui une manière dont réussir à atteindre ce qu’il veut dans la vie. Le problème est que je n’arrive pas à trouver quelqu’un qui puisse me dire ce qu’il veut réellement. »

-Mark Twain-


A découvrir aussi