Le carrefour des deuils non autorisés

16 mars 2018 dans Psychologie clinique 0 Partagés
deuils non autorisés

La mort d’un être cher est une source majeure de souffrance émotionnelle. Nous ne sommes jamais tout à fait prêt à perdre quelqu’un que nous aimons, même dans les hypothèses où la mort ne nous prend pas par surprise. Il existe néanmoins des cas dans lesquels il est plus difficile de traiter la douleur. Il s’agit des deuils non autorisés.

Nous entendons par deuils non autorisés ceux qui ne peuvent pas être manifestés ouvertement car ils sont en quelque sorte interdits par l’environnement particulier ou la société en général. Dans ces hypothèses, les personnes sont contraintes de souffrir seules et même souvent de cacher leurs manifestations de la douleur.

Cette difficulté pour exprimer des émotions et légitimer la souffrance rend les deuils non autorisés plus compliqués à supporter et à résoudre. La difficulté pour recevoir du soutien ajoute une dose de complexité à ces processus. Nous parlerons ci-après des principaux cas où, d’une certaine manière, socialement, le deuil est interdit.

La personne endeuillée n’est pas reconnue

Ce type de deuils non autorisés correspond à des cas dans lesquels la capacité à ressentir de la personnes endeuillée n’est pas reconnue. Cela arrive fréquemment avec les enfants. Il est souvent considéré que ces derniers ne comprennent pas ce qu’est la mort et, par conséquent, qu’ils se consolent avec un simple « il est allé vivre au paradis ». Nombreux sont ceux qui pensent que les enfants ne souffrent pas un processus de deuil alors qu’il est parfois beaucoup plus difficile que celui des adultes, précisément à cause de leur immaturité.

Quelque chose de semblable se produit avec des personnes ayant un certain type de déficience cognitive. Nous supposons que leur douleur n’a pas la même profondeur que les autres. Il en va de même avec les personnes âgées souffrant d’une certaine limitation neurologique.

Lorsque des deuils non autorisés existent, existe également davantage de probabilités qu’ils finissent par se transformer en deuils pathologiques. Si l’expression de la souffrance est limitée ou annulée, surmonter la douleur sera beaucoup plus difficile.

personnes tristes


A découvrir aussi