Avant qu’il ne soit trop tard, une lettre qui nous invite à réfléchir

· 18 septembre 2018

Nous passons la moitié de notre temps à croire que nous avons toute la vie devant nous. Nous nous croyons immortels et ne faisons que remettre à demain ce qui est important et non urgent. Mais les choses ne fonctionnent pas de cette façon. Le temps passe, même si vous ne voulez pas en prendre conscience. Il vous permet de valoriser ce que vous avez, ici et maintenant. Avant qu’il ne soit trop tard, faites attention à tout ce qui vous rend heureux. Valorisez chaque petite chose, chaque petit geste, chaque petit instant.

La dernière lettre qui a triomphé du IIIème Concours de Lettres d’Amour à Tolède nous rapproche de cette expérience qui consiste à ne pas attendre trop longtemps. Nous ne devons pas gâcher le temps que nous avons entre les mains et devons savoir valoriser et être reconnaissant avant que le temps nous piège et dérobe notre mémoire. Au cas où nous ne serions plus là demain.

« Je t’écris maintenant, pendant que tu dors. Au cas où tu te réveillerais avec une autre personne à tes côtés demain matin. Avec tous ces allers-retours, je passe de plus en plus de temps de l’autre côté et j’ai peur qu’il n’y ait plus de retour.

Demain, je pourrais ne plus être capable de comprendre ce qui m’arrive. Je pourrais être incapable de te dire à quel point j’admire ton intégrité, ton combat pour être à mes côtés, pour essayer de me rendre heureux malgré les circonstances, comme toujours.

Demain, je pourrais ne plus être conscient de ce que tu fais, quand tu colles ces petits papiers sur chaque porte pour que je ne confonde pas la salle de bains avec la cuisine; quand tu réussis à nous faire rire après m’avoir fait enfiler mes chaussures sans avoir mis de chaussettes; quand tu t’acharnes à maintenir une conversation alors que je me perds à chaque phrase, quand tu t’approches tout doucement de moi et me susurre à l’oreille le nom de l’un de nos petits-enfants; et quand tu réponds avec tendresse à ces crises de colère qui m’assaillent, comme si quelque chose en moi se révoltait contre ce destin qui m’a piégé.

Pour toutes ces choses et bien d’autres encore. Au cas où tu ne te souviendrais pas de ton nom ou du mien.

Au cas où je ne pourrais pas te remercier demain. Si demain je ne suis pas capable de te le dire, même pour la dernière fois, je t’aime ».

avant qu'il ne soit trop tard

Alzheimer et l’oubli: avant qu’il ne soit trop tard

La lettre révèle la peur d’une personne. La peur de se perdre dans l’oubli, de disparaître tout en étant présente. Perdre la mémoire nous fait oublier qui nous sommes. Qui sont ceux qui nous entourent. Nous perdons l’essence de celui/celle que nous avons été. Mais Alzheimer retombe surtout sur ceux qui marchent à nos côtés.

L’oubli est peut-être notre pire ennemi car nous sommes des formes de souvenirs, des expériences, le fruit de ce que nous portons en nous, de notre vie, aussi courte soit-elle. Quand nous perdons tout cela, nous commençons à cesser d’exister. N’attendez donc pas qu’il soit trop tard. Ne remettez pas à plus tard les choses importantes. Ne cessez jamais de dire « je t’aime » à ceux qui vous accompagnent. Ne gâchez pas le temps qu’ils vous offrent, les secondes que vous passez à leurs côtés.

Que pouvons-nous faire ? Comment pouvons-nous combattre ce qui nous poursuit et qui, année après année, semble se rapprocher de plus en plus ? Il n’existe pas de formule magique pour ne pas souffrir de l’oubli. Mais il y a bien des conseils pour que les possibilités se réduisent : restez actif, ne laissez pas le tabac vous accompagner sur votre chemin, ayez une alimentation saine, réalisez de nouvelles tâches qui obligent votre cerveau à penser et à découvrir de nouvelles routes.

avant qu'il ne soit trop tard

Apprenez de nouvelles choses, faites connaissance avec de nouvelles personnes qui vous montrent de nouvelles façons de penser et, surtout, valorisez chaque seconde de votre vie. Soyez reconnaissant de tout ce que vous avez, même si cela vous semble peu, car malheureusement, un jour viendra où tout cela disparaîtra et où vous n’aurez plus la chance de faire ce que vous faites. Avant qu’il ne soit trop tard, commencez à vous en souvenir.

Avant qu’il ne soit trop tard, ouvrez vos yeux au présent. Emmenez votre cœur faire une promenade et valorisez tout ce qui vous entoure.

« Il faut faire attention aux détails. Ils sèment des petits cailloux qui nous guident dans notre vie ».

-Katherine Pancol-