Attila, le fléau de Dieu

30 juillet, 2020
Au-delà de la légende du barbare psychopathe, Attila a été un grand chef de guerre. C'est de son histoire, avérée ou inventée, dont nous allons parler aujourd'hui.
 

Au milieu du Ve siècle après J.-C., l’Empire romain d’Occident, déjà désagrégé de ce qu’on appelait « l’Empire byzantin », était un vieillard maladif. Dans les régions européennes occupées, il faudra plusieurs siècles avant que d’autres États stables ne s’établissent.

Cependant, bien que volatiles aux yeux de l’histoire, des pouvoirs capables de défier la Ville éternelle sont nés à cette époque. L’un des plus connus sera la tribu des Huns, dirigée par le célèbre Attila. Leur puissance était telle que l’extension de leur domination était encore plus grande que celle de l’orbe romain.

L’image que nous avons du seigneur de guerre des Huns est celle d’un barbare impitoyable dans bien des cas. Il est le premier des nombreux envahisseurs orientaux incontrôlables, implacables, inconns qui viendraient dévaster le monde occidental.

Un rôle qui reviendra plus tard à Tamerlan, Gengis Khan ou plus récemment à la Chine communiste. Cependant, en dehors des sources les plus utilisées pour approcher le personnage, il en existe d’autres qui donnent des visions plus équitables. Dans les sagas nordiques, Attila est un noble guerrier, dans les nouvelles de l’ambassade du romain Priscus, un galant courtisan.

 
tableau représentant les Huns

Attila, roi des Huns

En 445 après J.-C., le frère d’Attila, Bleda, meurt. On a voulu voir une certaine implication d’Attila dans l’événement, mais ce n’est pas prouvé. En tout cas, à partir de ce moment, notre protagoniste hérite du trône.

Son peuple, originaire de quelque part dans les steppes asiatiques et cité dans des sources chinoises, régnait à cette époque sur plusieurs tribus barbares, comme les Saxons ou les Alains.

Les domaines d’Attila s’étendraient des Balkans au Jutland, du Rhin au delà du Don. Leurs compétences guerrières avaient déjà permis aux Huns de défier Rome, mais aussi de la soutenir en tant que mercenaires.

Dans un empire de plus en plus décadent, où les généraux successifs ont pris le trône dans un équilibre politique précaire, les barbares autrefois méprisés par Rome avaient acquis un statut par les armes.

 

Alors que les Wisigoths, les Francs ou les Souabes s’installent sur les terres de l’Empire, les Huns préfèrent un tribut en or en échange de leur aide pour réprimer les révoltes qui font rage dans l’Empire. Mais les alliances politiques n’étaient pas exemptes de trahison.

La fureur d’Attila

Théodose II, empereur de l’Empire romain d’Orient, à Constantinople, conçoit un complot avec des membres de la cour d’Attila pour l’assassiner. Bien qu’il échoue, son successeur Marcien prolonge les affronts en refusant de payer le tribut convenu aux Huns. Ces deux faits dépassent la patience du chef de guerre, qui se jette dans la bataille.

A partir de ce moment, Attila gagne la réputation d’un général indomptable. Cette aura n’était pas accidentelle.

Tout au long de sa carrière militaire, il a pu assiéger Constantinople, attaquer les Balkans à deux reprises, envahir l’Italie et atteindre les portes mêmes de Rome. Là, le pape Léon X a été le seul à pouvoir le persuader de ne pas mettre la ville à sac. Très peu avant lui pouvaient se vanter de tels exploits.

 

Mais il ne rencontra pas que des victoires, car au début de ses campagnes, il subit un revers contre les troupes romaines et wisigothiques combinées. Face à Aetius, le dernier grand général romain, et à Théodoric, le fondateur du royaume wisigoth de Toulouse, les Huns sont tombés sur les champs Catalauniques.

« Là où Attila a passé, l’herbe ne repousse plus. »

-Adage des Francs-

Le droit d’un enfant à l’héritage d’un parent

En dehors de tous les affrontements romains, il semble qu’un autre fait ait motivé l’inimitié d’Attila envers Rome. L’empereur Valentinien III a décidé de retirer sa sœur Honoria de la famille augustéenne.

L’empereur n’avait qu’une seule fille, mariée au fils d’Aetius. Honoria, en revanche, avait des enfants de sexe masculin, héritiers légitimes du trône selon le droit romain. Sa répudiation a empêché cela.

Honoria a décidé de demander l’aide du roi Hun, en lui envoyant la bague avec le sceau qui prouvait son identité. Dans un épisode digne de la meilleure des tragédies, le barbare décide d’affronter les armées impériales pour défendre la princesse qui, selon son interprétation, a demandé un mariage avec lui-même. Il défendrait les droits au trône de ses enfants désormais adoptés.

 
Un guerrier monté sur un cheval.

Un barbare très instruit

De tous les auteurs qui ont parlé d’Attila, le plus discordant est Priscus. Cet historien romain faisait partie d’une ambassade à la cour des Huns et connaissait le personnage au-delà des ragots.

Bien que cela puisse paraître choquant, il insiste sur le fait qu’ils ont reçu l’hospitalité et la générosité à tout moment. Attila a invité tous ses convives à un banquet sur des assiettes en argent et en or, tandis qu’il a pris un repas frugal sur des assiettes en bois.

Après plus de 1 500 ans, Attila est plus une légende qu’un personnage historique documenté. Ce qu’il nous reste de lui mélange mythe et faits historiques, qui ne sont pas toujours faciles à différencier.

 
  • Bussagli, Marco (1988) Atila, Alianza.