Les appareils électroniques affectent notre cerveau mais… savez-vous comment ?

· 24 juillet 2017

Les appareils électroniques sont devenus des éléments indispensables dans la vie actuelle. La technologie dans son ensemble a tant de bienfaits et que nous l’avons intégrée dans notre routine que beaucoup ne s’imaginent plus vivre sans. Elle fait économiser du temps et facilite quasiment toutes les tâches. Elle évite aussi les erreurs et garantit de meilleurs résultats.

Beaucoup de technologies sont relativement récentes. C’est pour cela que les effets des appareils sur les êtres humains commencent tout juste à être étudiés. Même s’il y a déjà certaines conclusions, on n’a pas encore délimité complètement comment ils peuvent affecter notre santé et il est possible qu’ils génèrent des modifications génétiques dans le cerveau.

« La vie n’est pas une technologie, ni une science. La vie est un art, il faut la ressentir. C’est comme marcher sur une corde lâche. »

-Osho-

Ce que l’on sait, c’est que les impacts peuvent être très importants. De fait, la recommandation est d’éviter une sur-exposition aux appareils électroniques. Cela signifie ne pas les avoir trop près pendant trop de temps. Cela implique aussi de savoir se déconnecter régulièrement, et d’être attentif-ve à tout symptôme en lien avec la santé, qui n’ait pas d’autre raison identifiable.

Les appareils et le champ magnétique qu’ils génèrent

Qu’il existe une pollution électromagnétique est un fait prouvé. Les appareils électriques tout comme les électroniques génèrent un champ magnétique qui, bien sûr, exerce une influence sur le cerveau. Voici deux exemples d’appareils à usage courant : la télévision et l’ordinateur.

En 1987, une expérience a été menée à l’Institut de Médecine Professionnelle de Lodz (Pologne). On a exposé un groupe de souris femelles, enceintes, et un groupe de souris mâles, pendant 4 heures quotidiennes à la télévision à 30 cm de distance. Le résultat sur les femelles a été que leurs petits pesaient moins lourd et mesuraient moins que la normale. Et chez les mâles, le poids de leurs testicules a réduit. Dans les deux cas, la quantité de sodium dans le cortex cérébral et l’hypothalamus diminuait.

Concernant l’ordinateur, plusieurs études ont aussi été effectuées. Dans l’une d’entre elles, on a conclu que les femmes enceintes qui travaillent face à un ordinateur sont plus exposées aux fausses couches. En général, quiconque travaille face à un écran présente ces symptômes plus souvent : sécheresse des muqueuses, rougissement de la peau, sécheresse des yeux, boutons sur le visage et pores ouverts, yeux enflammés, fatigue, migraines et stress.

Tout cela est dû au fait que les ordinateurs génèrent un champ magnétique avec des ions positifs , et que les écrans diminuent notre fréquence de clignement des yeux. Les ions se transmettent à travers l’air et c’est l’utilisateur qui les reçoit d’une certaine manière. Les appareils peuvent également entraîner des vertiges, des nausées etc. La solution se trouve dans le fait de rester au moins à un mètre de l’appareil. Cela s’applique aussi bien aux télévisions qu’aux ordinateurs. De plus, lorsqu’on les achète, il faut pour les deux exiger la certification TCO.

Les appareils et le monde social

La vie sociale est peut-être ce qui a le plus changé dans nos vies grâce aux appareils électroniques. La manière de nous rencontrer, d’interagir et de gérer nos liens avec les autres est aujourd’hui bien différente. Et elle continue à se renouveler constamment. Quasiment chaque année, surgit une nouvelle application ou une nouvelle fonctionnalité qui modifie ces communications quotidiennes.

L’un des aspects principaux de ces nouvelles formes de communication, c’est qu’ils interrompent facilement, à tout moment et dans n’importe quel lieu. Où que vous soyez et à n’importe quelle heure. Il y a toujours la possibilité de recevoir un message, un appel, un e-mail indépendamment du fait qu’ils soient importants ou pas.

Ainsi, les normes de jeux dans le monde moderne nous demandent d’être attentif-ve aux nombreuses stimulations en même temps. Il est fréquent qu’une même tâche soit interrompue plusieurs fois à cause de la communication avec quelqu’un. Ensuite, il faut reprendre l’activité. C’est alors que se produit le gaspillage, que l’on appelle « le coût du changement ». Nous payons souvent cet impôt quand nous détournons notre attention d’une tâche pour nous consacrer à une autre et ensuite y revenir.

De la même manière, le cerveau doit être attentif à une lumière qui clignote, à un timbre qui sonne, à une vibration qui intervient ou à une fenêtre qui émerge. Tous ces signaux sont immédiatement interprétés comme une menace ou comme une urgence. Ce n’est pas que l’on meurt de peur à chaque fois qu’on les ressent. Mais cela signifie que notre système d’alertes s’activent et qu’il y a une petite alarme qui sonne en nous. Sur le moment et à moyen terme, cela se traduit en une dose de stress supplémentaire.

Lisez aussi : 6 choses que la technologie nous a volées