Antoni Gaudí, biographie d’un architecte prodige

4 août 2019
Antoni Gaudí avait l'habitude de se promener dans Barcelone et beaucoup pensaient qu'il était sans-abri. Il s'est aussi soumis à de terribles jeûnes pour plaire à Dieu. Dans le même temps, il a créé plusieurs des œuvres qui ont ensuite été inscrites au Patrimoine mondial de l'UNESCO.

Antoni Gaudí était l’un de ces hommes que l’on peut appeler « génie » sans prendre le risque de se tromper. Plus qu’un architecte, il fut un artiste complet qui a fait preuve d’ingéniosité et de sensibilité dans chacune de ses œuvres. Son style est unique et inimitable. Ce n’est pas pour rien que huit de ses œuvres sont actuellement classées au Patrimoine mondial de l’UNESCO.

Gaudí a eu trois grandes passions tout au long de sa vie : la nature, l’art et la religion. A chacun de ces domaines, il a consacré le meilleur de son talent et de ses capacités. Il n’avait pratiquement pas de vie personnelle, car il se consacrait pleinement à son travail et à ses convictions.

« L’architecture est le premier des arts plastiques, la sculpture et la peinture procèdent d’elle. Sa suprématie vient de la lumière. L’architecture est la mise en ordre de la lumière, la sculpture est jeu avec la lumière, la peinture, reproduction de la lumière par la couleur qui est la décomposition de celle-ci. »

-Antoni Gaudí-

Bien que sa façon particulière de voir l’architecture ait été très appréciée en son temps, la véritable consécration d’Antoni Gaudí a eu lieu après sa mort. Aujourd’hui, il est considéré comme l’un des architectes les plus importants de tous les temps et son travail fait l’objet de recherches et d’études dans le monde entier.

Un bâtiment conçu par Antoni Gaudí

Antoni Gaudí, un enfant silencieux

L’un des aspects les plus remarquables de la vie d’Antoni Gaudí est qu’il est né dans une famille avec une longue tradition artisanale. Au moins cinq générations avant lui avaient travaillé dans la fabrication de produits en cuivre. Son père et ses deux grands-parents étaient chaudronniers. Ils fabriquaient des barriques pour la distillation du raisin à Tarragone.

Gaudí a souvent souligné que les visions de ces grands objets durant son enfance l’avaient habitué à concevoir le monde en trois dimensions. Pour lui, les matériaux rigides et les grandes figures sont toujours apparus comme malléables. Il appliquerait ce concept unique à son architecture.

On ne sait pas si Antoni Gaudí est né à Reus ou à Riudoms ; il a lui-même prétendu venir d’un endroit ou d’un autre tout au long de sa vie. Ce que nous savons, c’est qu’il est venu au monde le 25 juin 1852 et que sa santé était si fragile qu’ils ont décidé de le baptiser le lendemain, anticipant qu’il allait mourir.

Tout au long de son enfance, il a été malade. Cela a fait de lui un enfant introverti et silencieux, mais aussi un grand observateur de la nature. Son architecture a toujours voulu imiter le naturel. Pour cette raison, il préféra les courbes du monde réel aux lignes droites des plans. C’est ce qui a marqué son style inimitable.

Un architecte différent

Sa famille s’installe à Barcelone et en 1874 Antoni Gaudí entre à l’école d’architecture. La même année, il réalise ses premiers projets et s’immerge dans l’étude d’œuvres architecturales de différentes cultures.

En 1876, sa mère, âgée de 57 ans, et son frère Francisco, âgé de 25 ans, décédèrent ; ce dernier venait d’obtenir son diplôme de médecin. Ce fut un coup dur pour Gaudí. Dès lors, il commença à travailler comme dessinateur à temps partiel pour pouvoir payer ses études.

Trois ans plus tard Rosa, son unique soeur encore en vie, décéda à son tour. Elle avait une fille et Gaudí décida de s’occuper d’elle. La même année, il rencontra Eusebio Güell, qui deviendra son grand ami et mécène. Sa notoriété en tant qu’architecte commençait doucement à grandir.

Le Parc Guell d'Antoni Gaudí

Malheur et gloire

Antoni Gaudí n’est tombé amoureux que d’une seule femme. L’heureuse élue fut Pepeta Moreu, une brodeuse qui lui écrivit pour lui dire que le standard de la Coopérative ouvrière des mataronais, commandé par l’architecte, était trop difficile à réaliser. Quand il l’a rencontrée personnellement, il est tombé amoureux d’elle.

Dès lors, il se rendit tous les dimanches pour le déjeuner chez Pepeta. Il était accompagné de sa petite nièce, Rosa. Quand il lui a finalement demandé de l’épouser, Pepeta a refusé. Antoni Gaudí n’était pas exactement un monument d’élégance, bien au contraire. On dit que Pepeta a dit qu’il ne pouvait pas accepter un homme qui « porte une moustache pleine de morve« .

C’est à cette époque, en 1883, qu’il entreprend la construction de son chef-d’œuvre : la Sagrada Familia. Il est aussi devenu un anachorète, chaque fois plus mystique et plus dévoué à son travail que jamais. Il allait à la messe plusieurs fois par jour et jeûnait si atrocement que sa santé était souvent en danger.

Gaudí a également dû subir la mort de son père, de sa nièce et de son grand bienfaiteur, Eusebio Güell. Cela l’immergea encore plus dans ses croyances religieuses. En 1926, il a été renversé par une voiture. Son apparence de mendiant fit qu’on le conduisit à l’hôpital pour les nécessiteux. Il est mort trois jours après. Tout Barcelone était alors en pleurs.

 

  • Ramírez, J. A. (1998). La metáfora de la colmena: de Gaudí a Le Corbusier (Vol. 13). Siruela.