Amour liquide : la réalité de l’amour du XXIème siècle ?

10 mai 2017 dans Emotions 369 Partagés

Imaginez qu’un vieux monsieur apparaisse, avec une sympathique calvitie et une pipe à la bouche, et vous dise : « Les téléphones portables aident à rester connecté-e à celleux qui sont loin. Les téléphones portables permettent à celleux qui sont connecté-e-s de rester à distance. » Cette phrase du récemment décédé Zygmunt Bauman, qui a inventé le terme « amour liquide » entre autres « questions liquides », définit peut-être très bien notre réalité actuelle.

Nous vous proposons ici une petite promenade sur le chemin du concept d’amour liquide de Zygmunt Bauman. Nous allons essayer de savoir si c’est la véritable réalité de l’amour d’aujourd’hui, au siècle où nous vivons. Cela vous intéresse ?

Qui est Zygmunt Bauman ?

Avant de continuer, il est peut-être important d’en savoir un peu plus sur ce monsieur Bauman. Ce tendre vieux monsieur fut un important philosophe et sociologue polonais. Malheureusement, il est mort au mois de janvier 2017.

Mais son travail reste pour la postérité. Il a travaillé sur des questions actuelles telles que les classes sociales ou la post-modernité. Après les années 50, sous l’influence et l’écho d’événements si importants que l’holocauste nazi ou l’escalade du socialisme, sa vision s’est plutôt tournée vers des sujets plus actuels et en lien avec le XXème et le XXIème siècle.

Ces dernières années, le travail de Bauman a tourné autour de la post-modernité, de la mondialisation, de la consommation et de la nouvelle pauvreté. C’est de là qu’a surgi le concept de modernité liquide, qui nous amène à la question qui nous intéresse aujourd’hui : l’amour liquide.

L’amour liquide dans le monde moderne

Bauman a inventé le terme « liquide » pour expliquer la manière dont il voit les sociétés du monde moderne. Pour le sociologue, la fragilité du lien est la réalité de nos relations. D’où le terme « liquide », qui correspond à la malléabilité de la forme et à la facilité de division des éléments à l’état liquide.

Malheureusement, l’esprit aiguisé du philosophe polonais jugeait la société actuelle comme un monde occasionnel. Une grande partie des personnes qui la forment cherchent une satisfaction momentanée : un fait ponctuel qui nous réjouit pendant une minute. La minute suivante, la sensation s’est dissipée et quelques minutes plus tard, elle est presque oubliée.

Selon l’essayiste, cela est dû au fait que l’un des éléments de l’amour relationnel, l’amour propre, est aussi liquide. Comment pouvons-vous aimer quelqu’un d’autre si nous ne nous référons pas tout d’abord à nous-même ? Qu’allons-nous offrir si nous n’avons rien de précieux à offrir ? Qu’allons-nous pouvoir offrir si l’on nous offre quelque chose de précieux ? Notre manque d’estime de nous-même nous amène à avoir des relations qui se diluent en quelques secondes.

« Cela m’échappe, comme l’eau qui coule entre mes mains, cela m’échappe. »

-Manuel Alejandro-

Ainsi, l’amour liquide, terme poétique et singulier inventé par Bauman, et tout ce qui reflète notre réalité actuelle, nous échappe des mains car nous ne sommes pas capables de le solidifier et de s’y accrocher avec la force nécessaire, tout comme l’amour que nous nous portons à nous-mêmes. Nous vivons dans le monde éphémère de l’instant comme des collectionneurs d’événements liquides. Chaque jour il nous est plus difficile de créer une réalité solide, formée d’amour propre et de relations véritables qui durent dans le temps, avec la consistance requise.

Le besoin d’amour propre pour établir de véritables relations

Pour Bauman, les humains modernes ont besoin d’engagements forts. Et le premier doit être celui que l’on prend envers soi-même. Sans amour propre, sans responsabilité personnelle, sans capacité à transcender, nous serons rarement disposé-e-s à assumer des relations solides.

L’essayiste considère qu’aujourd’hui, plus que des relations, nous établissons des connexions. Tel que nous l’avons dit au début de l’article, la technologie nous permet d’être en contact. Cependant, nous ne l’utilisons pas pour approfondir nos relations, mais pour nous connecter.

Curieusement, nous pouvons observer un paradoxe : moins nous sommes transcendant-e-s personnellement, plus nous devenons individualistes. De plus, c’est précisément dans ce contexte que nous avons des besoins ponctuels qui nous satisfont momentanément. Des événements fugaces avec un commencement et une fin, et même qui passent du réel au virtuel.

Comment teindre l’amour liquide de réalité

L’amour liquide actuel est de plus en plus irréel. Les relations établies ne sont pas substantielles et manquent de contenus et d’engagement. Cependant, nous ne pouvons pas nous laisser emporter par le découragement et l’époque. Heureusement, nous avons un outil très puissant grâce auquel nous pouvons lutter contre la non-substantialité de l’amour liquide ; il se nomme éducation. Mais pour l’utiliser et obtenir des résultats, il faut commencer dès l’enfance.

Il est nécessaire de former des enfants qui se sentent confiants, avec une bonne estime d’eux-mêmes, conscients d’eux-mêmes et du besoin d’établir de véritables relations durables. Des enfants libres, qui ont la capacité de penser avec assurance à chaque projet qu’ils entreprennent.

« Aimer signifie ouvrir la porte à ce destin, à la plus sublime des conditions humaines dans laquelle la peur se fond avec la jouissance dans un alliage indissoluble, dont les éléments ne peuvent plus se séparer. »

-Zygmunt Bauman-

Mais, nos enfants, tout comme nombre d’entre nous, sommes acculés à l’amour liquide de la réalité liquide de notre monde liquide. Ou du moins, c’est que ce que pensait Zygmunt Bauman. Qu’en pensez-vous ?

N’oubliez pas de lire : Comment les personnes qui pensent ne pas mériter d’être aimées peuvent-elles trouver l’amour ?

A découvrir aussi