Mettez l’amour propre en pratique pour être heureux-se

31 mars 2017 dans Psychologie 257 Partagés

C’est presque toujours la même histoire : nous faisons plus attention à ce que veulent les autres, à nos obligations et à nos engagements qu’à ce que nous souhaitons vraiment. Et quel est le résultat ? Un désenchantement. Nous survivons au lieu de vivre et, par conséquent, nous débouchons sur une perte de nos rêves et nous déconnectons de nous-mêmes. Avec le “devoir”, nous fermons l’accès à cette partie de notre intérieur.

Quand une personne ne prend pas ses souhaits en compte et le fait pendant un certain temps, elle finit par se réveiller un jour en pensant que sa vie est loin d’être celle qu’elle voulait avoir. La résignation avec laquelle nous nous plions à ce que les autres nous demandent joue normalement de mauvais tours : elle nous mène à un endroit où nous finissons par nous sentir comme des étranger-ère-s.


“Ne gâchez pas votre temps car c’est cette matière qui forme votre vie.”

-Benjamin Franklin-


Le piège du conformisme

Nous sommes, pour beaucoup d’entre nous, de bons exemples de ce grand déficit envers le côté personnel, voire égoïste, qui a envahi une grande partie de notre société. Un changement progressif qui nous nuit plus qu’il ne nous avantage, mais que nous savons dissimuler la plupart du temps -face aux autres et face à nous-mêmes- à travers le conformisme.

La créativité de l’enfance et la passion qui nous motive au cours de notre adolescence se perdent dans l’oubli, en éteignant la lumière qui nous a fait briller lors de ces moments. Il suffit de regarder autour de nous et d’observer à quel point les gens ont un travail qu’ils n’aiment pas, se résignent à vivre des relations qui ne les rendent pas heureux ou abandonnent leurs rêves car ils les jugent beaucoup trop utopiques.

L’enthousiasme disparaît parce que nous nous résignons et notre évolution s’arrête. La zone de confort est beaucoup trop agréable pour supporter des peurs, des frustrations et des incertitudes. Nous optons donc pour le plan B : le plus simple, la première chose qui arrive, ce qui nous fait perdre la direction de notre navire.


Rester dans l’illusion de croire qu’il vaut toujours mieux faire attention à ce qu’il se passe autour de nous qu’écouter les besoins personnels que nous avons perpétue notre oubli et génère une dépendance à l’acceptation des autres.


Vous n’êtes pas égoïste, vous faites seulement attention à vous

De temps en temps, il convient de faire un bilan émotionnel pour savoir comment nous allons. Nous demander comment nous nous sentons dans notre vie en général, avec notre travail, nos relations et ce que nous faisons en particulier nous donnera des pistes à propos de notre bien-être.

Quand le résultat montre des sentiments de déception et de désenchantement, il est très probable que nous nous sentions comme des acteur-trice-s qui auraient un rôle secondaire dans leur propre vie. Le problème réside dans le fait que, même si nous savons que nous devons nous consacrer plus de temps, une question persiste, nous inquiétant et nous paralysant : et si c’était égoïste de faire cela ?

Sommes-nous égoïstes quand nous partons chercher ce dont nous avons besoin et ce qui nous fait du bien ? Laissez-moi vous affirmer que non, cela montre juste que vous prenez soin de vous. Le seul amour qui dure éternellement est l’amour propre ; si vous ne vous chargez pas d’en prendre soin, qui le fera ? Se résigner à le rabaisser ne vous mènera nulle part…

Personne n’est égoïste en se réveillant et en disant “non” ou “ça suffit”, ou en gardant quelques minutes pour soi et en n’étant pas disponible 24h/24H aux demandes des autres. Cela ne fait rien car vous avez décidé d’arrêter d’être celui/celle qui est toujours là pour les autres et jamais pour lui-même. Mieux vaut tard que jamais.

Investissez en vous, ne vous oubliez pas !


“La nécessité d’approbation des autres équivaut à dire : “ce que vous pensez de moi est plus important que l’opinion que j’ai de moi-même”.”

-Wayne Dyer-


Il se peut que vous soyez devenu-e un-e expert-e pour savoir au détail près ce qu’attendent de vous vos parents, votre conjoint ou vos ami-e-s. Le problème est vous n’avez pas pris le temps de savoir ce que vous vouliez vous-même. Mais le savoir est aussi vital que respirer car cela a des conséquences sur votre estime de vous-même et votre bien-être émotionnel.

Face à cela, la meilleure solution est d’investir dans l’amour propre. Il faut allumer la flamme de l’amour pour nous-mêmes. Pour cela :

  • Considérez-vous comme une personne de valeur. Votre valeur transcende vos erreurs et vos échecs. Vous n’êtes pas vos résultats mais votre capacité à rebondir. Votre amour propre est très important.
  • N’essayez pas de satisfaire les autres pour vous sentir bien. Cela peut finir par vous épuiser, voire vous détruire. Il n’y a rien d’égoïste à dire ce que l’on pense si on le fait avec respect et en définissant des limites saines pour se protéger.
  • Etablissez des priorités. Pour investir en vous, vous devez connaître vos priorités : à quoi ou à qui vous voulez consacrer plus ou moins de temps pour continuer à construire vos rêves.
  • Profitez de votre temps libre. Un jour entier ou, enfin, ce week-end tant attendu. Profitez au maximum du temps que vous avez et mettez vos obligations de côté. Vous êtes le personnage principal de votre vie, pas un acteur qui aurait un second rôle.

“Ce n’est qu’en me sentant comme quelqu’un de précieux que je peux m’accepter, être authentique et véritable.”

-Jorge Bucay-


Si vous faites partie de ces personnes qui ont passé du temps à être déconnectées d’elles-mêmes, écouter votre dialogue interne à des niveaux très profonds va être une tâche qui vous prendra du temps. Songez à tous les murs que vous avez dressés, à toutes les fois où vous vous êtes ignoré-e : être capable de réécouter ce langage n’est pas une habilité qui se perfectionne en un instant. Cependant, vous y parviendrez si vous êtes patient-e. Je vous l’affirme ici : ce que vous retrouverez en vaudra la peine, aussi bien pour vous que pour celleux qui vous entourent.

A découvrir aussi