La créativité : cette plante que nous devons protéger et cajoler

16, mars 2017 dans Psychologie 164 Partagés

La créativité. Ce nom que nous avons si souvent entendu, ce mot tellement utilisé par certain-e-s, spécialistes en la matière ou non. Mais sommes-nous sûr-e-s de ce qu’implique cet outil dans notre vie quotidienne ?

Nous l’avons toujours considérée comme un patrimoine de l’enfance et de l’adolescence. Cependant, nous commettrions une très grande erreur si nous chassions de notre vie une capacité qui nous nourrit d’idées différentes, d’activités particulières et nous donne la force d’être des personnes remarquables.

La créativité augmente les possibilités de résoudre des problèmes

Très souvent, la créativité est dévalorisée ou est considérée comme « une affaire de fous/folles » ou de grands génies pour laquelle elle était indispensable. Heureusement, petit à petit, nous sommes capables de populariser cette capacité que l’on trouve en réalité en chacun-e de nous : chez certain-e-s, elle est un peu plus endormie et chez d’autres, un peu plus réveillée.

Les personnes qui ont une créativité réveillée se servent d’un monde mental intérieur très riche, dans lequel l’imagination dirige et gouverne la solution de problèmes ou des questions intéressantes. Ces personnes sont capables d’accumuler une infinité d’alternatives et différentes possibilités ou chemins face à un même « problème ».


« La logique vous mènera de A à B. L’imagination vous mènera partout. »

-Albert Einstein-


Pour être créatif-ve-s, nous devons être permissif-ve-s avec nos idées

La créativité vient du verbe « créer », et créer n’est rien d’autre que l’acte d’inventer ou de créer une chose nouvelle. Elle ne se retrouve pas seulement chez les peintres, les dessinateur-trice-s, les architectes et les musicien-ne-s comme on a l’habitude de le croire. Une personne créative est celle qui réussit à trouver des solutions originales aux problèmes qui surgissent au quotidien. Celle qui se pose ou pose des questions auxquelles personne n’avait jamais pensé l’est aussi.

Beaucoup de ces personnes ont pu développer leur créativité durant l’enfance grâce aux personnes qui ont participé à leur éducation et qui ont sollicité et renforcé leur créativité. En guise d’exemple, prenons un enfant qui dessine un mouton avec des ailes : nous savons que les moutons n’ont pas d’ailes, et c’est même drôle de dire cela.

C’est ainsi, les moutons n’ont pas d’ailes. D’accord. Mais quel est le problème si un enfant le dessine de cette façon ? Pourquoi devrions-nous censurer son « œuvre d’art » particulière ?

La créativité se nourrit de récompenses, pas de punitions

Surtout dans l’enfance, le plus important est le processus, pas le résultat. Il ne faut pas se dépêcher de qualifier l’expression artistique ou les idées de l’enfant avec des mots comme « bien » ou « mal ». En agissant de la sorte, nous punissons sa spontanéité et, par conséquent, nous l’incitons à ce qu’il l’abandonne. Si je laisse la liberté à mon enfant d’utiliser son imagination dans ses dessins, celui-ci pourra créer d’autres alternatives possibles à celles qui existent déjà.

Cela lui permettra de développer sa capacité à imaginer et à s’exprimer spontanément. Au moment où nous interférerons et interromprons cette marque de créativité (« mon cœur, tu sais bien que les moutons n’ont pas d’ailes, tu ne les as pas bien dessinés, je vais t’aider à les effacer ») et ferons de cette interférence une habitude, l’enfant cessera de s’exprimer de manière innocente.


« La créativité implique de rompre avec des normes établies pour regarder les choses d’une autre manière. »

-Edward de Bono-


Renforçons notre capacité à créer des solutions !

En revanche, si je renforce cette inventivité, cette idée rigolote, je peux l’aider à continuer à exprimer ce que son imagination bouillonnante désire offrir au monde : « Ce mouton doit être libre : il veut voler ! », « Génial, comme ça tu l’aides à voler ! » ou « Où veut partir ce mouton ? »…


« Rien n’est plus libre que l’imagination humaine. »

-David Hume-


Toutes ces expressions valident et valorisent la façon de s’exprimer de l’enfant. Les utiliser est une bonne manière de tirer sur le fil de cette pelote formée par l’imagination, qui paraît infinie aux yeux d’un adulte.

Être ingénieux-se n’est pas une affaire de fous/folles

Beaucoup d’adultes créatifs ont reçu, quand ils étaient enfants, la permission d’être libres dans leur expression, et leur authenticité a été renforcée. En revanche, l’enfance des personnes qui ne sont maintenant pas créatives a probablement été marquée par la censure de ce type de manifestations qui diffèrent de ce qu’on attend ou du sens commun.

Mettons-nous à la place de ces personnes : si, au cours de leur enfance, elles n’ont pas appris à valoriser ce qui va leur être utile dans leur vie d’adulte, elles finiront par apprendre que c’est « une affaire de fous/folles » et qu’exprimer librement ce type d’idées peut les mener à être prises pour des gens peu raisonnables.

Nous vivons dans un monde où l’autocontrôle est mis en avant et où, d’une certaine manière, on censure la spontanéité. La créativité a besoin de cette spontanéité pour survivre, elle a besoin du contact avec la réalité et même d’être une source d’erreurs, nous l’empêcherons ainsi de rester dans un coin de notre intérieur comme un vieil objet.

Dans le fond, très souvent, nous faisons face à la peur d’essayer, de nous tromper en essayant et aux conséquences de notre expression authentique. Une crainte qui grandit lorsque l’on occupe des postes de travail déterminés ou lorsque l’on vit diverses situations…


« Il n’y aurait pas de créativité sans la curiosité qui nous fait vivre et qui nous rend patiemment impatient-e-s face au monde que nous n’avons pas créé, que nous faisons grandir avec quelque chose que nous créons. »

-Paulo Freire-


Nous naissons libres pour exprimer nos idées les plus fantaisistes

Il n’y a rien de plus éloigné de la réalité que de dire qu’être créatif-ve signifie posséder une monde interne très riche et plein d’alternatives à chacun des obstacles que nous rencontrons sur le chemin de la vie. Que cela veut dire pouvoir compter sur un ensemble de ressources, aux couleurs variées et aux textures multiples…

Nous ne naissons pas structuré-e-s et hermétiques, nous naissons libres et avec un immense pouvoir pour développer ce qui nous appartient et avec quoi nous sommes né-e-s.


« La créativité n’est pas seulement réservée aux artistes, elle doit être ouverte à tous. Le créateur essaye d’apporter de nouveaux points de vue, de nouvelles idées et visions pour qu’ensuite les gens décident si cela leur semble intéressant ou non. »

-Philippe Starck-


N’ayons pas peur de développer et de laisser libre cours à une chose si belle : vous vous découvrirez vous-même en faisant des choses que vous n’auriez jamais pensé pouvoir faire.

A découvrir aussi