7 façons de comprendre la psychologie

24 octobre 2019
Il y a autant de façons de comprendre la psychologie qu'il y a de façons de concevoir le comportement humain. Voici 7 approches de la psychologie pour vous aider à mieux la comprendre.

Il y a différentes façons de concevoir le comportement humain, plusieurs points de vue pour l’analyser. Il y a donc pratiquement autant de façons de comprendre la psychologie. La psychologie est une discipline qui cherche à expliquer les processus de l’esprit et son expression à travers le comportement. Comment est-il possible, face à une telle variété d’approches, d’atteindre une certaine unanimité quand il s’agit de donner du sens au comportement ?

Les psychologues utilisent diverses perspectives ou approches lorsqu’ils étudient la façon dont les gens pensent, ressentent et se comportent. Quelle que soit l’approche, l’objet de l’étude est invariable et les conclusions sont souvent proches les unes des autres. Voici quelques éléments pour vous accompagner dans cette recherche.

Certains chercheurs se concentrent sur une école de pensée spécifique. D’autres, par contre, adoptent une approche plus éclectique qui intègre de multiples points de vue. En ce sens, il n’y a pas de perspective unique qui soit meilleure qu’une autre par définition. En effet, chacune met simplement l’accent sur des aspects différents du comportement humain.

« Si le seul outil que vous avez est un marteau, vous tendez à voir tout problème comme un clou. »

– Abraham Maslow –

Comprendre la psychologie, c'est comme faire un puzzle Tetris

En ce qui concerne la psychologie, une approche est une perspective qui implique certaines hypothèses sur le comportement humain. De ce fait, elle se distingue des différentes hypothèses défendues par d’autres écoles. Il peut y avoir plusieurs théories différentes au sein d’un même courant. Cependant, elles partagent toutes les mêmes bases lorsqu’elles appartiennent à la même école.

Actuellement, parmi les approches les plus importantes pour comprendre le comportement humain, on trouve l’approche :

  • Comportementale
  • Cognitive
  • Biologique
  • Psychodynamique
  • Humaniste
  • Évolutionniste
  • Socioculturelle

Par la suite, nous allons nous pencher sur la définition de chacun d’entre elles.

L’approche comportementale

La première approche pour comprendre la psychologie sera le comportementalisme. Il est différent de la plupart des autres approches parce qu’il considère les personnes – et aussi les animaux – comme des êtres « contrôlés » par leur environnement. Plus précisément, pour les comportementalistes, nous sommes le résultat de ce que nous avons appris en termes de stimulus, de renforceurs et d’associations. C’est ainsi que le comportementalisme étudie comment les facteurs environnementaux (stimulus) affectent le comportement observable (réponse).

L’approche comportementale propose 2 méthodes principales par lesquelles les gens apprennent de leur environnement. La première est le conditionnement classique, qui se reflète dans l’expérience de Pavlov. Le second est le conditionnement opératoire comme dans l’expérience de Skinner.

Selon l’approche comportementale, seul le comportement observable doit être étudié car c’est le seul qui puisse être mesuré. En fait, le comportementalisme rejette l’idée du libre arbitre parce qu’il affirme que l’environnement détermine tout comportement.

L’approche cognitive

La deuxième approche pour comprendre la psychologie est l’approche cognitive. Elle s’articule autour de l’idée que si nous voulons savoir ce qui fait réagir les gens, nous devons découvrir comment ils fonctionnent dans leur tête. En d’autres termes, d’un point de vue cognitif, les psychologues étudient la cognition. En effet, la cognition est l’acte ou le processus mental par lequel on acquière la connaissance.

Ainsi, l’approche cognitive examine les fonctions mentales, telles que la mémoire, la perception, l’attention... D’une certaine manière on pourrait dire que le cognitivisme est représenté par une métaphore dépassée mais valide. Pour s’en faire une idée, cette métaphore considère que les gens traitent l’information de manière comparable aux ordinateurs.

Comment comprendre la psychologie ?

L’approche biologique

La troisième approche que nous vous présentons pour comprendre la psychologie est l’approche biologique. Elle explique le comportement en examinant la génomique sous-jacente. En effet, elle utilise l’étude de la relation entre les gènes et le comportement des personnes. De ce point de vue de la psychologie, on considère que la plupart des comportements sont hérités et ont une fonction adaptative.

L’approche biologique se base sur les relations entre le comportement et les mécanismes du système cérébral qui le soutiennent. Ainsi, il recherche les causes du comportement dans l’activité des gènes, du cerveau et des systèmes nerveux et endocrinien. Il recherche donc les causes du comportement dans l’interaction de tous ces composants.

Ainsi, les psychobiologistes examinent les effets du corps sur le comportement, les sentiments et les pensées. De cette façon, ils essaient de comprendre comment le corps et l’esprit fonctionnent ensemble. Par conséquent, il s’agit de comprendre comment ils génèrent des émotions, des souvenirs et des expériences sensorielles.

L’approche psychodynamique pour mieux comprendre la psychologie

L’approche psychodynamique est influencée par Sigmund Freud, qui a élaboré les principes psychodynamiques. En effet, il a observé que la psyché de certains de ses patients était sous le contrôle de leur subconscient. Les psychologues ou psychanalystes psychodynamiques soulignent le rôle des forces internes et des conflits de comportement.

Ainsi, les agissements humains découleraient d’instincts innés, d’impulsions biologiques et de tentatives. En effet, cela permettrait de résoudre des conflits entre les besoins personnels et les exigences imposées par la société.

L’approche psychodynamique soutient que les événements de notre enfance peuvent avoir un impact significatif sur notre comportement à l’âge adulte. Ainsi, notre comportement est déterminé par notre inconscient et les expériences de notre enfance. Par conséquent, selon cette approche, les individus sont peu enclins à prendre des décisions.

Un aspect important de la psychanalyse en tant qu’école est la théorie du développement psycho-sexuel de Freud. Cette théorie montre comment les premières expériences de la vie affectent la personnalité de l’adulte. En outre, elle fait valoir que la stimulation des différentes parties du corps est importante en fonction des différents stades du développement de l’enfant.

Cette théorie postule que de nombreux problèmes de l’adulte découlent d’une  » fixation de stades » du développement psychologique et sexuel de l’enfant.

Comprendre la psychologie à travers l’approche humaniste

L’approche humaniste met l’accent sur l’étude de la personne en tant qu’entité complète et intégrale. Les psychologues humanistes étudient le comportement humain non seulement à travers les yeux de l’observateur mais aussi à travers ceux de l’individu lui-même. Ils prennent ainsi en considération la confluence des sphères vitales pour chacune d’entre elles mais aussi dans leur totalité.

De ce point de vue de la psychologie, on pense que le comportement d’un individu est lié à ses sentiments intérieurs et à l’image qu’il a de lui-même. La perspective humaniste se focalise sur l’idée que chaque personne est unique et individuelle. Elle a donc la liberté de changer à tout moment dans sa vie.

Cette vision suggère ainsi que nous sommes tous responsables de notre propre bonheur. Nous avons donc la capacité innée de nous épanouir. C’est pourquoi, elle fait allusion à notre propre désir de développer notre potentiel.

L’approche évolutionniste pour mieux comprendre la psychologie

D’après l’approche évolutionniste, le cerveau – et donc l’esprit – a évolué pour résoudre les problèmes rencontrés par nos ancêtres chasseurs-cueilleurs au Paléolithique, il y a plus de 10 000 ans. En ce sens, ce courant explique le comportement en termes de contraintes sélectives qui façonnent le comportement tout au long du processus de l’évolution naturelle.

Selon la perspective évolutionniste, le comportement observable s’est développé parce qu’il est adaptatif. En ce sens, il ressemble à l’approche biologique. Notre comportement a été naturellement sélectionné selon cette théorie. En d’autres termes, les individus les mieux adaptés sont donc ceux qui survivent et se reproduisent.

Cette interprétation de la psychologie suggère que le comportement est façonné par des tendances et des dispositions innées.

Les comportements peuvent même être sélectionnés sexuellement. Dans le même ordre d’idées, les personnes qui auraient plus de succès dans le domaine de la sexualité auraient plus de descendance. De ce fait, leurs traits deviendront plus abondants avec le temps. Par conséquent, l’esprit serait doté d’instincts qui ont permis à nos ancêtres de survivre et de se reproduire.

Ainsi, l’approche évolutionniste se focalise sur l‘importance relative des facteurs génétiques et de l’expérience par rapport à des aspects spécifiques du comportement.

L’approche socioculturelle permet aussi de comprendre la psychologie

Enfin, l’approche socioculturelle étudie comment la société et la culture influencent le comportement et la pensée. En d’autres termes, elle repose sur les influences culturelles et sociales qui entourent les individus. Elle se base aussi sur la manière dont elles influencent et se répercutent sur nos comportements et nos pensées.

De ce point de vue, la culture est un facteur déterminant du comportement humain. C’est pourquoi cette approche étudie les différences qui existent entre les diverses sociétés. Dans cette optique, elle examine les causes et les conséquences du comportement des habitants de différents pays. Elle fait ses interprétations en tenant compte de l’environnement culturel de l’individu.

L’approche socioculturelle prétend que la culture et l’esprit sont inséparables car ils se construisent ensemble. Elle se concentre donc sur les interactions entre les personnes et l’environnement.

 

Ryle, G. (2005). El concepto de lo mental. Barcelona: Ed. Paidós.