Qu’est-ce que la psychologie culturelle ?

· 4 décembre 2017

Voulez-vous savoir ce qu’est la psychologie culturelle ? André Malraux déclara que « la culture est ce qui continue d’être vivant dans la mort ». C’est pourquoi, peut-être, cette branche de la psychologie nous offre une vision plus large, qui inclue le passé, le présent et l’avenir d’une société.

Parce qu’une grande partie de notre comportement, au-delà de la manière d’être de chacun, est liée tant à la culture dans laquelle nous vivons qu’à nos propres expériences. Cela ne signifie pas que les expériences et l’héritage génétique n’ont pas d’influence, mais qu’il ne s’agit pas des seuls facteurs qui modèrent et contribuent à notre façon d’être et d’agir.

Qu’est-ce que la psychologie culturelle ?

Pour ceux qui souhaitent savoir ce qu’est la psychologie culturelle, nous allons la définir brièvement. La plupart des experts s’accordent à dire qu’il s’agit d’un courant qui est apparu comme une alternative aux méthodes et aux théories de la psychologie plus spéculative. Elle est par conséquent considérée comme l’héritière de la psychologie de Wundt.

psychologie culturelle

La psychologie de la culture porte son attention sur l’influence de la culture sur les personnes entrant en contact avec elle. Une influence qui se manifeste non seulement au niveau du comportement, mais qui semble également conditionner notre façon de penser et de ressentir. Par ailleurs, cette influence s’exerce sur le comportement notamment à travers un instrument : les habitudes/coutumes.

Autrement dit, la psychologie culturelle essaierait d’expliquer les raisons par lesquelles un groupe d’individus insérés dans un contexte spécifique agit d’une manière spécifique, et non d’une autre. Cette perspective nous permet d’observer de nombreux détails ou de donner une explication à ce que nous observons depuis d’autres points de vue. Par exemple, pourquoi le point de vue occidental, aujourd’hui très globalisé, nous conduit à observer avec horreur des faits du passé ou d’autres sociétés aux coutumes diamétralement opposées ? Pourquoi les personnes immergées dans ces cultures ne voient-elles pas lesdits faits avec horreur ou pourquoi nos ancêtres ne les ont-ils pas vu avec horreur ?

Ceci nous amène à nous poser une autre question : qu’estce qui causera l’effroi des générations suivantes lorsque l’histoire leur dira tout ce que nous avons normalisé aujourd’hui ?

Les barrières culturelles

Lorsque nous observons le panorama global, nous constatons qu’il existe une grande quantité de barrières culturelles. Par exemple, la langue. Ou bien une coutume particulière, une mentalité, une façon de penser…

Si nous y regardons de près, nous trouvons dans chaque pays des coutumes communes parmi la population, mais aussi d’autres qui ne le sont pas dans la mesure où elles appartiennent ou sont situées dans une certaine ville, région, zone, etc. Tout ceci produit des variations dans l’esprit humain étant donné que chacun reçoit un héritage culturel unique en fonction de nombreux facteurs.

Pour donner des exemples simples, nous pouvons observer que la communauté musulmane ne mange pas de porc, que l’Inde considère les vaches comme des animaux sacrés, que des régions telles que le Pays Basque ont leur propre langue dans un contexte bilingue. Tout cela crée un héritage culturel unique et différencié des autres peuples.

Quelle est l’utilité de la psychologie culturelle ?

Eh bien, il est évident que, selon le territoire et l’héritage reçu, la culture varie, influençant le comportement et la pensée de ceux qui sont en contact avec elle. Maintenant, quel est l’objectif de la psychologie culturelle ? Aller au-delà du simple fait, s’intéresser tant aux origines qu’aux conséquences qu’ils produisent, définissent et maintiennent comme étant traditionnel dans ce cadre particulier.

Donnons un exemple afin de mieux comprendre. Profitant de ce que nous  avons  dit précédemment, nous savons déjà qu’en Inde, les vaches sont sacrées. Mais pourquoi en est-il ainsi ? Comment sont-ils parvenus à cela à l’époque actuelle ?

Bien évidemment, la psychologie culturelle ne se penche pas uniquement sur cœur de l’histoire pour savoir pourquoi un peuple a une culture particulière. Elle étudie également la manière dont cette culture affecte ses membres. Pourquoi certaines coutumes réussissent-elles et d’autres non ? Comment ces dernières affectent-elles les comportements ? Quelles implications futures peuvent avoir ces traditions ?

psychologie culturelle

Une branche étroitement liée à l’anthropologie et à la sociologie

Il est évident que cette branche de la psychologie a une relation très intime avec les sciences sociales, principalement avec l’anthropologie et la sociologie. Alors que la sociologie étudie les sociétés au sens large, cette branche de la psychologie se concentre sur la proportion de données quantitatives pour étudier la dynamique historique. Il est plus facile ainsi de savoir comment une culture spécifique a été formée et comment elle influence ses membres.

Quant à l’anthropologie, qui est chargée d’étudier le contenu culturel d’une société et les changements collectifs qui s’y produisent, elle est également fondamentale dans la mesure où toutes les deux cherchent à comprendre les symboles, les concepts, les mises en scène, etc. Par conséquent, si vous vous demandiez ce qu’est la psychologie culturelle, vous disposez désormais d’une approche sommaire. Grâce à la psychologie culturelle, nous sommes à même, par exemple, de comprendre les comportements ethniques ou d’étudier des conflits interculturels.