5 étapes pour surmonter une perte

· 15 mars 2016

Au cours de notre vie, il est fréquent de devoir faire face à plusieurs pertes. Surmonter une perte est une leçon à laquelle nous devons tous faire face.

Le problème survient lorsque nous résistons et que nous refusons d’accepter que la vie est faite de pertes. C’est une chose inévitable et un processus nécessaire pour notre développement personnel.

Lorsque nous devons faire face à de grandes pertes, nous mettons toute notre énergie sur ce que nous avons perdu, sans voir l’autre côté de tout ce qui est significatif et qui a été présent dans notre vie.

Pour souffrir d’une perte, il faut d’abord avoir connu une présence importante avec qui nous avons eu la chance de partager des moments uniques.

Chaque perte dont nous souffrons nous apporte l’expérience pour aller de l’avant avec plus de force et de sagesse.

Devoir faire face à une perte importante, telle que la mort d’un être cher, un amour qui s’éloigne, une amitié qui se termine, etc., nous laisse dans un état sans défense, avec un grand vide, dans lequel nous pouvons ressentir de la tristesse, de la colère, de la peur, des hauts et des bas émotionnels.

Il s’agit d’un état de souffrance dans lequel chaque personne réalise son propre processus personnel.

Surmonter une perte est un processus complexe, car pour retrouver l’intégrité il est nécessaire de traverser un parcours de hauts et de bas, comme s’il s’agissait de montagnes russes.

Lorsque nous pensons être guéris, intègres et que nous croyons avoir accepté, l’angoisse et le désespoir ressurgissent soudainement ; nous faisant avancer, puis reculer.

C’est ainsi que nous finissions par guérir, en ressentant chaque étape du processus, sans en rejeter aucune.

femme qui pleure

1- Respecter notre processus pour surmonter une perte

Chaque personne vit la perte de façon différente, à son propre rythme et à sa propre façon. La négation fait partie de ce processus et sert à nous protéger de ce que nous ne sommes pas encore prêt à affronter.

De nombreuses personnes pensent être froides et ne comprennent pas pourquoi elles ne perçoivent pas leurs sentiments face à de grandes pertes.

Ces émotions et ces sentiments sont enfouis car ils supposent beaucoup de souffrance, et ils surgissent lorsque nous sommes prêts à les supporter et à les affronter.

Cela est fréquent chez les enfants et les adolescents qui ne sont pas capables de percevoir ces sentiments si forts avant d’être préparés, à l’âge adulte. C’est alors à ce moment que tout ce que suppose cette perte apparait pour qu’ils puissent faire face à la situation.

Nous ne pouvons pas fuir le passé. La souffrance du passé reste souvent en suspens jusqu’à ce que nous soyons préparés à la découvrir. Parfois, les nouvelles pertes sont l’élément déclencheur des anciennes. Souvent, nous ne souffrons d’une perte que plus tard dans la vie, lorsque nous souffrons d’une nouvelle perte.”
-Elisabeth Kübler Ross-

2- La douleur est toujours personnelle

Personne ne peut nous expliquer comment surmonter une perte que nous avons vécue. Même si nous avons tendance à tout faire pour trouver des réponses chez les autres, nous sommes les seuls capables d’entamer le processus de guérison.

Ce processus requiert du temps, il n’est jamais trop lent, ni trop rapide. Lorsque nous parvenons à avancer dans notre vie et que nous ne stagnons plus, alors nous serons en train de guérir notre blessure.

Souvent, nous recréons inconsciemment nos pertes en tentant de les résoudre, de les améliorer et, finalement, de les guérir. Si la perte a engendré des blessures, nous trouverons peut-être des façons de nous protéger : nous prenons nos distances, nous la nions, nous sauvons les autres et les aidons à soigner leurs blessures pour ne pas penser aux nôtres et nous devenons auto-suffisant pour ne jamais avoir besoin des autres.”
-Elisabeth Kübler Ross-

3- Nous ne pouvons pas nous protéger des nouvelles pertes

Intégrer le fait que dans notre monde les pertes sont nécessaires, est l’un des apprentissages que nous apportent les pertes elles-mêmes.

Lorsque nous tentons de nous protéger des nouvelles pertes, nous nous plongeons dans celles-ci et les provoquons de manière inconsciente.

En ayant vécu des pertes et en traversant des processus difficiles, nous pouvons nous protéger de celles-ci, en créant une sorte de bouclier qui empêche la souffrance que nous avons connue auparavant.

Cependant, cela n’est pas possible, car s’éloigner de ce que nous ne voulons pas perdre est déjà une perte en soi.

4- Le chemin pour sortir de la douleur se fait à travers cette même douleur

Il s’agit d’un chemin indispensable pour surmonter une perte, car nous ne pouvons pas échapper à la douleur et aux émotions qu’engendre la perte.

Lorsque nous sommes prêt à affronter la perte, nous ressentons la douleur qu’elle comprend, et tenter d’éviter ces sentiments ne fait que nous paralyser dans la souffrance.

La perte suppose la douleur, nous rend plus authentiques et intègres, nous apprend à valoriser les choses réellement importantes.
femme epines

5- L’amour que nous avons donné et ressenti ne sera jamais perdu

Ce qui est réellement important ne sera jamais perdu, nous le portons en nous, nous l’avons vécu, et ressenti. Ces choses nous ont transformé et ont fait de nous ce que nous sommes aujourd’hui.

C’est pour cela qu’il ne sert à rien d’essayer d’éviter une expérience par peur de la perte. Car la seule chose que nous emportons avec nous, c’est ce que nous avons ressenti.

“Il vaut mieux avoir aimé et perdu, que de ne jamais avoir aimé du tout.”
-Alfred Tennyson-