5 clés pour combattre le stress académique

· 18 juillet 2018

A certaines époques de l’année, les étudiants doivent fournir des efforts bien plus prononcés. Les examens finaux se rapprochent et après des journées intenses de travail, il faut ne rien oublier. L’objectif est de valider toutes les matières qu’ils ont suivies. S’ils obtiennent une bonne note, c’est encore mieux. Pour cela, il est important que les parents et les enfants connaissent une série de clés leur permettant de combattre le stress académique.

De nos jours, le stress est un problème en augmentation qui peut devenir chronique s’il n’est pas traité à temps. Pour éviter cela, le premier pas à faire est de comprendre les raisons qui génèrent cette cascade de réactions chimiques dans le corps et de commencer à y trouver des solutions.

Planifier son temps

L’une des causes générant le plus de stress académique est le manque de planification ; le tout ajouté à une sensation postérieure de perte de temps. Organiser chaque jour de la semaine avec les thèmes à souligner, à réviser ou à étudier n’aide pas uniquement à intérioriser les idées. En effet, cela permet également de diminuer l’inquiétude, la nervosité et bien entendu cela prévient les pics de stress.

Vous pouvez commencer par réaliser un emploi du temps hebdomadaire. Soyez réaliste et évaluer le temps dont vous disposez pour établir vos priorités d’étude. N’oubliez pas de tenir compte d’autres aspects qui peuvent être bénéfiques pour vous tels que la durée de divertissement et celle que vous accordez à votre repos. Pendant les périodes d’examen, les heures de repos sont très importantes, d’ailleurs le temps accordé au repos est aussi important que le temps accordé aux études. Dormir aide le cerveau à consolider l’information apprise au cours de la journée.

avoir un planning pour éviter le stress académique

Eviter les distractions

Passer de longues heures à être concentré et à assimiler des concepts n’est pas chose facile. Pour cela, nous avons besoin de favoriser cette ambiance en évitant les distractions. Ainsi, il est préférable d’éloigner tout ce qui pourrait susciter notre attention.

Pour commencer, choisissez un lieu adéquat pour étudier. Un lieu où vous pouvez vous asseoir confortablement et où tout ce dont vous avez besoin se trouve à votre disposition : feuilles, ordinateur, livres… Vous devez créer un climat agréable dans lequel les éléments qui distraient ne peuvent pas entrer. Evitez les lieux bruyants, mettez votre téléphone en mode silencieux et évitez de laisser la lumière des notifications vous déconcentrer de vos notes. Rappelez vous que vous avez établit un emploi du temps avec des périodes de divertissement et que vous serez beaucoup plus détendu si vous avez réalisé le travail que vous vous étiez imposé.

Réaliser des pauses

Il est important que le planning que vous avez réalisé soit composé de moments de travail fractionnés. Vous devez pouvoir libérer votre esprit, reposer vos yeux et étirer les muscles que vous maintenez sous tension en étant assis.

Ces périodes de repos peuvent être faites après les blocs de travail que vous avez établis. Par exemple, vous pouvez faire une pause après avoir fini un thème ou un chapitre ayant suscité en vous un effort de concentration intense. Pendant ces pauses, le mieux est d’effectuer une activité qui n’ait rien à voir avec la position assise et qui ait un début et une fin. En fait, il s’agit d’une activité avec une composante physique brève et peu intense comme par exemple le fait d’étendre le linge ou de ranger une étagère.

Faire du sport

L’effort mental réalisé pendant les études peut nous fatiguer. En fait, il n’est pas rare qu’après une période d’examen nous tombions malade. Ainsi, nous pouvons avoir besoins de jours entiers pour récupérer complètement après la fatigue accumulée. Face à cela, l’exercice physique modéré peut être une forme de repos très intéressante afin de créer une routine de travail favorisant les études : libération d’endorphines qui aide à stimuler la mémoire et permet de se sentir mieux.

Pour cela, si vous faites normalement du sport, n’arrêtez pas de le faire pendant les périodes de travail ou d’examens. Tentez de vous promener ou de courir dans un parc ou dans la campagne car le fait d’être en contact avec la nature vous aidera à vous relaxer et à vous déconnecter plus facilement.

« Se promener ou courir dans la campagne aide à combattre le stress académique. »

faire du sport pour mieux étudier et éviter le stress académique

Techniques de relaxation

Une bonne manière de combattre le stress académique est de suivre des techniques de relaxation. Dans l’actualité, les techniques du mindfulness sont très étendues. Elles nous permettent d’être plus conscients des activités que nous réalisons et à nous connaître davantage d’un point de vue personnel. En plus de ces techniques, d’autres techniques existent et elles se montrent très bénéfiques pour notre cerveau. Elles permettent de promouvoir notre bien-être, d’améliorer notre estime de soi, de réduire la pression artérielle et la tension musculaire. Certaines de ces techniques sont par exemple :

  • Ecouter de la musique : cela améliorera votre état moral, stimulera votre cerveau et vous aidera à « déconnecter ».
  • Respiration profonde ou diaphragmatique : allongez vous en regardant vers le haut, positionnez votre main sur l’abdomen et concentrez votre respiration sur cette partie de votre corps
  • Pensées accompagnées : réalisez une respiration diaphragmatique, fermez les yeux et dirigez votre pensée vers une scène imaginée qui vous transmet une sensation de paix, de calme et de tranquillité

Combattre le stress académique requiert certains changements d’habitude. Cela peut sembler très voire trop structuré au début, mais avec la pratique vous verrez que vous réaliserez beaucoup de ces actions de manière automatique et sans effort. Cet article ne vous aidera pas uniquement en période d’examen, il est applicable à tous les domaines dès lors que vous pouvez souffrir d’un pic de stress.