3 exercices basés sur une thérapie centrée sur la compassion

31 janvier 2018 dans Thérapies 59 Partagés
thérapie centrée sur la compassion

Les exercices basés sur la thérapie centrée sur la compassion peuvent enrichir n’importe quel domaine de relation de l’être humain. L’un de ses objectifs est de promouvoir en premier lieu un bien-être intérieur adéquat afin que cet équilibre devienne une impulsion vitale, comme une fabuleuse vague expansive où nous pouvons alléger la souffrance, apporter un soutien et sensibiliser.

Ce type d’approche peut encore être méconnue par un grand nombre de personnes. Plus encore, elle semble à première vue mettre en oeuvre une série de principes beaucoup plus philosophiques que scientifiques. Cependant, pour comprendre sa transcendance, nous devons nous mettre en contexte. La thérapie centrée sur la compassion fait partie de cette branche que nous connaissons aujourd’hui comme les « thérapies de troisième génération ».

L’objectif de ces dernières est vraiment utile et représente un progrès considérable : au lieu de nous concentrer exclusivement sur la symptomatologie des maladies ou des troubles, le domaine des soins va un peu plus loin pour aborder ces autres aspects plus profonds qui définissent également l’être humain. Ainsi, des domaines tels que le monde émotionnel, les sentiments ou tout autre type de circonstance personnelle ou existentielle qui entoure le patient, ont aujourd’hui, avec ce type de thérapie, une valeur essentielle.

Par ailleurs, il convient de rappeler que ce fut Paul Gilbert qui formula la thérapie centrée sur la compassion après avoir réalisé une synthèse des théories de l’attachement de J. Bowlby, de la pensée bouddhiste, de la psychologie évolutive du cerveau humain et de la théorie de l’esprit. L’ensemble de ses principes sous-tendent un fait très concret : ils nous rappellent la valeur de la compassion humaine et de son pouvoir, une capacité de croissance personnelle et un outil avec lequel améliorer nos relations.

thérapie centrée sur la compassion

3 exercices basés sur la thérapie centrée sur la compassion

Le concept de compassion va bien au-delà de la sphère philosophique ou religieuse. Nous ne percevons pas parfois la transcendance authentique contenue dans un certains nombres des mots les plus fréquemment utilisés. Ainsi, le terme compassion représente avant tout une qualité vitale où nous pouvons nous aider nous-même et où nous pouvons construire une réalité sociale plus respectueuse, plus humaine.

Pour mettre au point cette approche de grande valeur, le psychologue Paul Gilbert a proposé une grande variété de techniques. Cet intéressant éventail va des stratégies purement comportementales, en passant par le cognitif, le narratif, la Gestalt-thérapie ou le mindfulness. Nous devons préciser qu’il s’agit d’un type de thérapie aussi intéressant qu’utile, raison pour laquelle il vaut la peine d’apprendre certains des exercices basés sur une thérapie centrée sur la compassion.

1. Créez un lieu sûr pour nous

Ce type de thérapie nous enseigne qu’il est nécessaire de se prendre soi-même comme point de départ afin de pouvoir travailler la compassion. Aucune personne ne peut ressentir de la compassion pour les autres si elle ne la développe pas d’abord pour elle-même.

Par conséquent, il est non seulement nécessaire d’apprendre à s’aimer, mais nous devons également « nous aimer correctement ». Quelque chose de ce genre implique de donner forme à différentes valeurs psychologiques, telles que le développement de forces adéquates, l’intuition des besoins et des peurs, et même l’atténuation des souffrances personnelles et l’apaisement des pensées intrusives, etc.

  • Pour y parvenir, nous pouvons commencer avec une technique de visualisation où nous pouvons créer un endroit sûr. Nous devons donner forme à un espace mental où nous pouvons nous réfugier pour trouver le calme, là où nous parvenons à nous occuper de nous-même et à prendre des décisions avec plus de liberté.
  • Nous pouvons imaginer une maison faite de cristaux. Nous sommes entourés d’un calme maléfique et d’une lumière sereine qui inonde tout. L’harmonie résonne dans tous les coins et tout est paix. L’intérieur de cette maison de cristal est un lieu accueillant où nous nous sentons en sécurité.
  • Nous devons aller pendant une demi-heure par jour ou lorsque nous en ressentons le besoin dans cet espace, dans ce refuge mental. Nous pourrons ici nous parler à nous-même avec affection et sincérité laissant à l’extérieur le bruit et les craintes.

lit face à la mer

2. Travailler notre moi compatissant

Le développement d’un moi compatissant est l’un des plus importants exercices de thérapie centrée sur la compassion. Une telle tâche nécessite de travailler sur une série d’aspects fondamentaux.

  • En premier lieu, nous devons être conscients de nos propres émotions, besoins et souffrances.
  • La bonté ne s’exerce pas seulement sur les autres, en fait, il est vital que nous la pratiquions également avec nous-mêmes. Cela implique, par exemple, de développer un dialogue interne positif et de ne pas avoir peur de reconnaître nos blessures intérieures, nos défauts ou nos besoins plus profonds.
  • De même, il est nécessaire de comprendre qu’un certain degré de souffrance, à certains moments, tombe dans la normalité, et qu’il n’existe donc aucune raison de la nier, de la cacher et encore moins de la négliger, en n’y prêtant pas attention.
  • Le moi compatissant doit très souvent faire face à mon « moi anxieux », au « moi obsessionnel » ou au « moi négatif ». Il s’agit sans aucun doute d’un travail méticuleux pour affronter cet ennemi intérieur qui construit les résistances, construit des murs et génère des ressources psychologiques qui font obstacle au pouvoir de nous guérir, de guérir ces blessures d’hier ou d’aujourd’hui.

3. Dynamiser le flux de la compassion

Cet exercice par lequel nous sommes en mesure de dynamiser le flux de la compassion est une autre des compétences les plus importantes dans le contexte de la thérapie centrée sur la compassion. Qu’est ce que cela signifie ? Fondamentalement, faire parvenir jusqu’aux autres cette compassion que nous avons appris à pratiquer avec nous-mêmes.

Cet exercice est réalisé de différentes façons, mais le plus important est que nous partions du désir, de la volonté sincère de conférer le bien-être des autres, d’embrasser l’autre par la bonté et la reconnaissance, de penser à nos semblables de manière positive et même, pourquoi pas, pleine d’espoir.

Ce flux peut être créé par trois verbalisations très simples :

  • Je veux que tu sois bien
  • Je veux que tu sois heureux
  • Je veux que tu sois libre de souffrance

mains jointes

Pour conclure, ce type de thérapie n’est ni plus ni moins qu’un ensemble d’initiatives basées sur la bonne volonté. Elle fait en outre partie d’une réalité scientifique indéniable : la compassion guérit, la compassion génère des changements en nous-mêmes et chez les autres. Il s’agit d’un souffle vital capable de s’opposer aux peurs et aux angoisses, d’améliorer tous les processus thérapeutiques, d’alléger le traitement de toute maladie…

Mettons-la en pratique, faisons un usage plus personnel et social de la compassion.

A découvrir aussi