Vous en avez marre de vous disputer avec votre conjoint toujours pour les mêmes choses ?

· 15 octobre 2018

Les disputes de couple sont inévitables, mais ce n’est pas pour cela qu’elles en sont plus supportables. D’autant plus lorsque les raisons de la dispute sont toujours les mêmes. Encore et encore. Exaspérant, n’est-ce pas ? Vous en avez marre de vous disputer avec votre conjoint toujours pour les mêmes choses ? Tout n’a-t-il pas déjà été clarifié ? Vu le nombre de fois que vous avez déjà traversé cette situation…

La bonne nouvelle est que nous pouvons parvenir à un accord. Cela permet de cesser de perdre du temps sur une question particulière,. Mais cela suppose d’identifier la racine du problème. Par ailleurs, il s’agit souvent de se disputer en général, et non de traiter un problème spécifique. Dans ce cas, la stratégie pour aborder le problème est différente. En effet, il existe généralement d’autres raisons, telles que le pouvoir au sein du couple, qui alimentent la confrontation.

Modèle éducatif basé sur la discorde relationnelle

L’une des principales raisons pour lesquelles de nombreux couples en viennent à se disputer encore et encore, c’est qu’ils répètent ce qu’ils ont appris de leurs parents. L’idée qu’il n’est pas possible de gérer les conflits de couple. Ils ont également appris au passage à utiliser des stratégies pour que la dispute puisse être maintenue au fil du temps.

Une de ces stratégies consiste à recycler les arguments. Les répéter encore et encore avec des mots différents. Cela donne l’impression qu’il existe toujours de nouvelles informations à ajouter.

Et, à l’instar de leurs parents qui recouraient à ces arguments chaque fois qu’ils étaient contrariés par quelque chose, leurs enfants font de même avec leurs conjoints. En réalité, ce que l’on recherche ici, c’est proclamer la supériorité de sa propre position, et non comprendre la perspective de chacun pour parvenir à un compromis, accepté par les deux conjoints, qui servira à restaurer l’harmonie du couple.

se disputer avec son conjoint

Autrement dit, de nombreux couples se disputent parce qu’ils ont assimilé un modèle basé sur la discorde relationnelle. Ce modèle est contraire à l’idée qu’il est possible de négocier un conflit de manière productive. Il existe au fond un message très clair : les problèmes de couple sont inconciliables, et le seul moyen de sortir de cette situation et de surmonter la frustration est d’intimider l’autre plus qu’il ne nous intimide.

Ainsi, ces disputes ne prendront fin que lorsque les deux conjoints seront trop fatigués. Epuisés et angoissés. Oubliant même souvent pourquoi la dispute a commencé.

La solution suppose, tout d’abord, d’identifier si un tel cadre existe dans nos disputes de couple. Recyclons-nous les mêmes arguments, encore et encore ? Nos disputes ressemblent-elles à celles de nos parents ? Savons-nous pourquoi, au juste, nous nous disputons ? Revenons-nous systématiquement aux mêmes demandes et plaintes ? Est-ce que nous réagissons automatiquement à certaines situations, tel un ressort, et commençons à nous disputer sans plus tarder ?

Pensons désormais à la qualité de la relation de nos parents. Si elle était saine, si elle s’est bien terminée, s’ils étaient heureux en couple. Si nous ne le voulons pas répéter ce schéma, commençons par nous faire à l’idée qu’il existe une autre façon de gérer les conflits de couple.

Il est possible de vivre sans nous disputer avec notre conjoint toute la journée. En faisant en sorte que les affrontements se concluent par un accord. Et non par une trêve qui ne fonctionne que jusqu’à ce que les forces se rétablissent, revenant au même point lorsque les niveaux d’énergie sont régénérés.

Il est possible de parvenir à un accord, mais nous devons commencer par agir comme si cela était possible. En éliminant ce comportement automatique. En reprogrammant les réactions face aux déclencheurs, lesquels doivent être identifiés. Nous devons par conséquent cultiver l’attitude selon laquelle la plupart des différences dans notre relation de couple sont conciliables.

« Ce n’est pas ce que nous disons qui blesse, mais la façon dont nous le disons. »

-John Gray, dans Les hommes viennent de Mars et les femmes viennent de Vénus-

L’auto-protection lorsque nous nous sentons vulnérable pour nous disputer avec notre conjoint

Se mettre en colère contre l’autre est également un moyen de nous protéger. Surtout lorsque nous nous sentons attaqués et vulnérables. Cette réaction se produit dans la mesure où nous nous sentons menacés ou attaqués. Cela nous fait contre-attaquer et essayer de gagner la bataille afin d’éviter de nous exposer.

En effet, nous dépendons trop souvent de l’opinion et de la valorisation de nos conjoints. Ainsi, lorsque l’autre remet en cause notre compétence, notre intelligence ou notre vertu, nous sentons notre amour propre gravement compromis, c’est-à-dire que nous nous sentons vulnérables. Il s’agit de la raison pour laquelle nous ressentons le besoin de nous défendre, car cela immunise les sentiments de vulnérabilité.

D’un autre côté, lorsque nous essayons de nous défendre de cette manière, il est habituel que nous finissions par attaquer l’autre sur les points où il est le plus vulnérable, le blâmant pour nos problèmes et sans mesurer les dégâts que nous pouvons lui causer à travers nos reproches.

Et ce qui était autrefois la peur, peut maintenant être un sentiment de puissance et de force. Grâce à la montée de l’adrénaline, pouvant en outre signifier un renforcement de cette attitude si nocive à long terme.

Dans ces circonstances, où la colère apparaît très facilement, nous oublions généralement d’écouter l’autre. Rappelons-nous que nous essayons de « nous défendre ». La solution est d’apprendre à nous valider nous-même, pour renforcer notre propre ego sans que personne ne s’en trouve conditionné, et de chercher notre propre chemin de croissance et d’enrichissement personnel, en nous acceptant sans conditions, avec nos propres faiblesses.

Nous nous disputons souvent au sujet de choses personnelles que nous voyons reflétées dans l’autre. Mais si nous sommes capables de nous accepter nous-même, d’être bienveillant, compatissant et compréhensif, de nous pardonner à nous-même, nous serons également en mesure de traiter l’autre de la même manière.

La solution implique également de chercher une perspective différente avec empathie et compréhension. L’identification de la position de l’autre, même si elle est différente de la notre, aidera à modérer la colère. Et nous aider à garder le contrôle.

« Je me suis souvenu des mille et une choses odieuses que nous avions traversées et j’ai attendu que la solidarité reprenne des forces. Quel gâchis ce serait, me disais-je, de nuire à notre histoire en laissant trop de place aux mauvais sentiments ; les mauvais sentiments sont inévitables, l’essentiel est de les contenir. »

-Elena Ferrante, à L’enfant perdu-

Certaines différences sont inconciliables lorsque nous nous disputons avec notre conjoint

Il existe certaines différences lorsque nous nous disputons avec notre conjoint qui, en égard à sa nature ou son idéologie, ne peuvent tout simplement pas être résolues. Ces divergences non résolues peuvent être adaptées, voire acceptées, mais cela ne les rend pas pour autant compatibles.

comment cesser de vous disputer avec votre conjoint toujours pour les mêmes raisons

Le problème est que cette distance est difficile à minimiser. Et même si nous faisons des efforts, il est facile que les problèmes surgissent. Il en est ainsi car même si nous savons que les différences sont là, nous finissons, de manière irrationnelle, par nous sentir menacés par ces désaccords.

En effet, nous disputer avec notre conjoint pour des raisons idéologiques ou personnelles est généralement une forme d’affirmation de soi et de rébellion contre le sentiment d’aliénation généré par l’autre.

La solution pour surmonter ces différences consiste à les identifier. Et tout simplement de les exclure de la conversation. Autrement dit, nous devons nous efforcer d’apprécier et de respecter ces différences inaltérables.

Il est nécessaire de se concentrer sur les points où il est possible de parvenir à des accords, sans avoir le sentiment que les croyances de l’autre ou sa façon d’être constituent une menace pour nos propres croyances et notre propre façon d’être.