Viktor Frankl et ses enseignements sur la résilience, toujours si nécessaires

30 juin, 2020
Viktor Frankl nous a appris la nécessité de nous transformer lorsque nous ne pouvons pas changer les circonstances qui nous entourent. Le père de l'orthophonie est un exemple de la manière dont la résilience nous donne des buts et des forces pour mieux naviguer dans l'adversité.

Viktor Frankl et ses enseignements sur la résilience nous sont aujourd’hui plus nécessaires que jamais. Le célèbre psychiatre a expliqué que pendant qu’il était dans les camps de concentration, il faisait un effort mental. Il s’est imaginé dans un avenir pas trop lointain, donnant des conférences à grande capacité expliquant comment gérer le traumatisme de la guerre.

Cela a fonctionné pour lui. Cela lui a permis de trouver un refuge intérieur pour garder son espoir, sa force psychologique, en sécurité. Il a placé un but sur son horizon et a fait de ce but une ancre à laquelle s’accrocher.

Il a réussi à donner un sens à l’inexplicable, il a souhaité que l’horreur et la souffrance qu’il ait eu aient un sens vital. Apprendre à apprendre aux autres à faire face à la douleur émotionnelle.

Ses leçons et sa thérapie psychologique ne se démodent jamais. Ainsi, et bien que Viktor Frankl n’ait pas parlé de résilience en tant que telle (de résistance), nous pouvons prendre ses leçons comme ce substrat à partir duquel mieux comprendre ce concept. Creusons plus profondément.

Des oiseaux représentant la résilience

Viktor Frankl et ses enseignements sur la résilience, un héritage à méditer

Le concept de résilience trouve son origine dans le monde de la physique et de l’ingénierie. C’est la propriété que certains matériaux ont lorsqu’ils retournent à leur état d’origine après avoir subi un choc ou une perturbation (ce serait similaire à l’élasticité des pneumatiques). Le domaine de la psychologie a recueilli ce terme pour l’appliquer à leur étude des années 1940.

Norman Garmezy, aujourd’hui professeur émérite à l’Université du Minnesota à Minneapolis, était l’un des premiers à utiliser cette métaphore tirée d’un phénomène physique.

Dans ses recherches sur le monde de la schizophrénie, il a découvert quelque chose de frappant. Les enfants de ces patients souffrant de cette maladie n’ont généralement pas hérité de cette maladie. De plus, ils montraient des personnalités très résistantes et habiles avec une grande amélioration personnelle.

Les expériences vécues dans leurs foyers ont façonné en eux ce que Garmezy a défini comme des “personnalités résilientes”. D’autre part, et à peu près à la même époque, Maurice Vanderpol, ancien président de la Boston Society and Psychoanalytic Institute, a également pu constater qu’une bonne partie des survivants des camps de concentration allemands avaient cette même caractéristique. Viktor Frankl était en fait l’un de ces exemples.

Le type de thérapie qu’il a lui-même conçu et appliqué avec ses patients avait cet objectif. Aider les gens à donner un nouveau sens à leur vie, à fonder une personnalité plus résistante avec laquelle trouver un but pour aller de l’avant. Ce seraient les clés.

Acceptez la réalité

C’est toujours le bon moment pour revenir sur Viktor Frankl et ses enseignements sur la résilience. Ainsi, quelque chose que nous comprendrons à la lecture de ses œuvres et conférences, c’est que rien n’est aussi décisif que d’accepter la réalité que nous devons vivre. Dans de nombreux cas, nous ne pouvons pas contrôler ce qui se passe. L’adversité a souvent une composante chaotique qui nous dépasse.

Dans ce contexte, il n’y a que l’acceptation. Il ne sert à rien de nous obséder par le “pourquoi”. Nous devons nous concentrer sur le “comment et pour quoi faire”. Que puis-je faire pour relever le défi ? À quoi cela sert-il, que puis-je apprendre de cette expérience ?

Frankl et la résilience

Recherchez vos propres significations

Viktor Frankl raconte dans ses livres que la vie dans le camp de concentration était réduite à se demander s’il pouvait échanger une cigarette contre un bol de soupe. Ou encore si ce contremaître sadique avec qui il devait travailler de temps à autre le tuerait le jour-même ou le lendemain.

Au milieu de ce scénario d’angoisse permanente où le non-sens et l’horreur étaient constants, il a décidé de trouver un mécanisme lui permettant de se sentir motivé pour survivre.

Il voulait trouver un sens à tout ce qu’il voyait, ressentait et souffrait. Chacune de ces choses lui permettait d’apprendre, se dit-il, et demain il pourrait l’utiliser pour aider d’autres personnes à surmonter un traumatisme. C’était son but et cela l’a aidé à vivre. Par conséquent, au milieu de toutes les difficultés, cela devrait également être notre stratégie.

Clarifiez vos objectifs et battez-vous pour eux. Ainsi, comme l’a expliqué Frankl lui-même, “une fois que nous donnons un sens à la vie, non seulement nous nous sentons un peu mieux, mais nous trouvons également la capacité de faire face à la souffrance“.

Viktor Frankl et ses enseignements sur la résilience : attitude et transformation

Notre attitude envers la vie et nos propres difficultés est, selon Frankl, ce qui détermine notre capacité à faire face à presque tout. De plus, il nous appartient de choisir l’attitude la plus appropriée. Celle de ne pas abandonner, celle de garder espoir et de croire que notre passé n’a pas à déterminer notre avenir.

L’attitude elle-même et la capacité de nous transformer pour gérer l’adversité font partie de l’héritage de Viktor Frankl et de ses enseignements sur la résilience. Comme il l’a lui-même expliqué, ce n’est pas le contexte ou les circonstances qui nous déterminent. Ce qui nous affecte vraiment, ce sont nos décisions et nos pensées.

Prenons soin d’elles. Gardons ces idées à l’esprit et essayons, dans la mesure du possible, d’appliquer à nos vies ces leçons du père de la logothérapie.

“Notre plus grande liberté est la liberté de choisir notre attitude.”

– Viktor Frankl –