Le lien entre l'art-thérapie et les psychoses

L'importance de l'étude de la créativité pour le traitement des psychoses est lié au changement de regard sur les maladies mentales. 
 

Depuis la perspective de l’art-thérapie pour traiter les psychoses, on observe que ce type de travail thérapeutique peut contribuer à renforcer différentes fonctions. Ce travail améliore, qui plus est, la notion de capacité et l’estime de soi.

C’est aussi un espace qui permet de contenir l’anxiété psychotique et un véhicule pour la relation interpersonnelle (1.) C’est pourquoi nous nous centrerons ici sur l’art-thérapie comme possible intervention psychothérapeutique pour traiter les psychoses.

Mais qu’est-ce qu’une psychose ? Ce terme désigne « un désordre mental grave avec ou sans dommage organique qui se caractérise par la perte de contact avec la réalité et par le fait qu’il aggrave le fonctionnement social normal« .

S’agissant d’un trouble compliqué, il existe différents traitements et thérapies pour traiter ce trouble. Dans ce contexte, l’art-thérapie consiste à avoir recours à l’art pour favoriser l’auto-expression et la réflexion en présence d’un art-thérapeute entraîné (2).

La psychothérapeute Katherine Killick soutient que chez les personnes psychotiques, les objets d’art soutiennent le matériel projeté jusqu’à ce que les patients soient capables d’établir un lien avec l’esprit du thérapeute. Le travail vise à offrir une structure comportant des limites qui favorise les notions de temps et de structure dans l’esprit du patient.

 

Ainsi, Katherine Killick explique que l’une des fonctions du thérapeute dans le cadre de cette psychothérapie via l’art est de développer des voies de médiation entre la pensée concrète et la pensée symbolique. De plus, selon les mots de l’auteur, l’un des aspects centraux de l’utilisation thérapeutique de l’art chez des personnes souffrant d’une psychose est l’approche des problèmes en prenant en compte les limites de l’ego et la formation de symboles.

L'art-thérapie pour traiter les psychoses

La relation interpersonnelle en art-thérapie

Dans le cadre de l’art-thérapie, Katherine Killick a identifié trois zones de communication. Ces zones sont importantes à l’heure de travailler avec des personnes qui souffrent de schizophrénie. Nous faisons ici référence aux communications interpersonnelles, intermédiaires et intrapersonnelles. Ces différents types de communication sont étroitement liés et exercent une influence continue entre eux.

La zone intrapersonnelle

Selon Reyes, cette zone renvoie au potentiel pour la création d’images. Le thérapeute maintient ce potentiel avec le patient. Dans cette zone, le patient développe une interaction unique avec le matériel artistique pouvant soigner la formation de symboles.

La zone intermédiaire

Dans cette zone, il est question de créer un espace jeu dans lequel le patient peut faire des expériences avec des objets dans le cadre d’une activité symbolique.

 

La zone interpersonnelle

Dans cette zone, se trouve la relation entre le patient et le thérapeute. Cette zone inclut des images.

Lien expression de la créativité et psychoses

Créer quelque chose de nouveau, c’est faire. Faire, c’est produire. Et la production a, non depuis une perspective utilitaire mais depuis une perspective psychosociale, une grande valeur sociale, affective et cognitive pour le sujet impliqué dans la tâche.

Le mot créer vient du terme latin creare et entretient un lien avec le terme « élever ». Créer signifie qu’une chose commence à prendre forme là où elle n’existait pas. D’un point de vue étymologique, ce terme est également associé au terme croître (4).

L’importance de l’étude de la créativité pour le traitement des psychoses est lié au changement de regard sur les maladies mentales. Bien qu’il s’agisse d’une maladie grave qui provoque une détérioration cognitive, affective, émotionnelle et sociale, il faut également reconnaître que toutes les personne ont un potentiel. Ce potentiel peut être encouragé et développé. Il est ainsi possible d’attribuer un autre rôle social à un individu au sein de la communauté (5).

 

Art-thérapie et psychoses

Nous savons que la psychose est majoritairement traitée au moyen d’une psychothérapie individuelle et médicamenteuse. Néanmoins, très souvent, ces traitements ne permettent pas d’atteindre les objectifs d’un traitement interdisciplinaire. C’est pourquoi l’art-thérapie peut être d’une grande aide à l’heure de traiter des patients qui souffrent d’un trouble sévère comme l’est la psychose (5).

L’art-thérapie est considérée comme une modalité d’intervention au sein du groupe des psychothérapies de soutien. La psychothérapie de soutien est une « thérapie menée à long terme pour renforcer au maximum les forces du patient en restaurant son équilibre psychologique et en le reconnaissant, mais en traitant de minimiser la dépendance vis-à-vis du thérapeute » (6).

Un thérapeute avec un patient

Auto-expression et réflexion

L’art est un langage plastique et flexible. Il s’agit d’une voie de communication pour le patient avec son monde intérieur. Lorsque l’on souffre d’une psychose, la relation avec le monde extérieur est altérée. C’est pourquoi l’art peut aider le patient à communiquer ses sentiments, ses fantasmes et ses craintes.

Par ailleurs, cet outil peut aider le professionnel de santé à compatir avec le patient à propos de certaines expériences (5).

 

Les effets psychothérapeutiques de l’art-thérapie

Selon les auteures María Aranguren et Tania Elizabeth León, les effets de l’art dans le cadre d’une psychothérapie sont les suivants :

  • connecter l’expérience subjective avec la réalité extérieure
  • promouvoir l’ordre, l’harmonie, le rythme et la proportion
  • produire une catharsis et favoriser la clarification émotionnelle en permettant de donner forme à des sentiments contradictoires et de les intégrer
  • orienter la réalité personnelle et le monde et leur donner un sens au moyen de symboles et de métaphores
  • stimuler l’imagination et le potentiel créatif

Il semble ainsi évident que, chez les patients qui souffrent d’une psychose, l’art-thérapie permet d’encourager le développement des capacités et d’états psychologiques pouvant conduire à un changement psychique (6). Avec les thérapies de ce type, il est question d’améliorer la qualité de vie des patients affectés par une psychose. Il semble important de prendre ces thérapies en considération à l’heure de traiter les psychoses, au moins en tant que traitements complémentaires.

 

  1. Reyes, P. (2003). Arteterapia grupal: Una revisión de sus enfoques y sus aplicaciones con trastornos severos. Aportes y Desafíos de la Práctica psicológica. Rehbein, L.(comp.). RIL Editores. Santiago de Chile.
  2. Reyes, P. (2007). El potencial relacional del Arteterapia en la Intervención psicoterapéutica temprana de la psicosis. Arteterapia. Papeles de arteterapia y educación artística para la inclusión social, 2, 109-118.
  3. Killick, K. (1996). Unintegration and containment in acute psychosis. British Journal of Psychotherapy, 13(2), 232-242.
  4. Schuff de Sor, C.G. (1994) Creatividad y vínculos. Psicoanálisis: Revista de la Asociación Psicoanalítica de Buenos Aires, 16, 107-128.
  5. Aranguren, M., & León, T. E. (2011). Creatividad: su expresión en la psicosis. Revista de Psicoanálisis de ApdeBA, 23(3), 443-465.
  6. Morales Häfelin, P. (2007). ¿ Puede la actividad plástica ayudar en el tratamiento de personas con trastornos mentales severos?: los efectos terapéuticos del Arte-terapia.