Le sens de la catharsis en psychologie

· 28 décembre 2018
En quoi consiste la catharsis ?

La catharsis en psychologie fait référence au processus à travers lequel nous « purgeons » des émotions négatives. C’est un peu comme ouvrir une fenêtre pour aérer ces espaces alourdis par les conflits. On permet à la brûlure de la colère et au poids de la tristesse de se détacher de nous pour laisser la place à des états plus sains, légers et apaisés.

L’origine de ce terme remonte à l’approche psychanalytique de Sigmund Freud. Il convient cependant de signaler que ce mot a connu son âge d’or avec Aristote. Le philosophe grec l’a utilisé pour définir la finalité de la tragédie dans les arts de la scène. Il s’agit de ce mécanisme à travers lequel nous pouvons nous purifier sur le plan émotionnel, mental et spirituel.

Ainsi, en nous impliquant et en entrant dans la trame de ces œuvres théâtrales, nous pourrions effacer nos problèmes. Il nous suffirait de nous identifier aux personnages principaux de ces histoires pour réfléchir, ressentir les choses et, en dernière instance, nous libérer de nos conflits personnels.

Des siècles plus tard, Sigmund Freud et Joseph Breuer ont repris cette idée pour définir ce qu’ils ont appelé « la méthode cathartique ». Il s’agit de cette stratégie thérapeutique qui permet de faire émerger des émotions réprimées, à travers l’hypnose ou la thérapie elle-même. Pour cela, il est nécessaire de « débloquer » des souvenirs, d’ouvrir ces trappes psychologiques sous lesquelles nous cachons souvent de nombreux problèmes.

Aujourd’hui, si nous mettons de côté la psychanalyse, il faut signaler que nous continuons à utiliser ce terme de façon habituelle dans de nombreux contextes psychologiques. Approfondissons cette idée.

« On ne peut défaire un nœud sans savoir comment il est fait ».

-Aristote-

catharsis

 

La catharsis en psychologie, la clé du processus thérapeutique

Nous faisons tous des efforts, au quotidien, pour avoir l’air forts et invulnérables. C’est ce que la société, notre éducation et la pression de notre entourage nous poussent à faire. Cela ne nous laisse que peu de temps pour assimiler des expériences, pour les comprendre, pour évaluer des dommages, résoudre des contradictions, soigner des frustrations et des déceptions.

Jour après jour, nous engloutissons tout ce qui nous arrive sans surveiller les possibles dommages. Et cela n’est pas dû qu’à un manque de temps qui nous permettrait de soigner des impacts. En réalité, nous ne savons pas trop quoi faire avec beaucoup de ces choses qui nous arrivent. Personne ne nous a appris à les gérer. Nous sommes un peu incompétents en matière d’émotions.

La catharsis en psychologie est essentiel lors de tout processus thérapeutique. Il doit toujours arriver un moment où nous nous libérons de cette accumulation de tensions. Les émotions émergeront parfois de façon chaotique, que ce soit à travers des larmes, une colère indignée ou une tristesse qui finira par trouver les mots adéquats pour s’exprimer.

Ainsi, et après avoir retiré ce bouchon de la bouteille pour permettre au conflit interne d’en sortir, l’analyse débute. La purification émotionnelle doit transcender vers la quête d’une explication, vers la clarification du problème. Ensuite, après cette compréhension authentique de ce qui nous arrive, les mécanismes du changement se mettent en place.

catharsis

Purifier des émotions, tout un art

Dans une étude réalisée par les docteurs Brad Bushman, Roy Baumeister et Angela Stack et publiée dans le Journal of Personality and Social Psychology, on nous révèle une chose importante à laquelle nous devons réfléchir. La catharsis en psychologie est tout un art que nous devons contrôler et diriger.

Lors de ce travail, on a démontré la chose suivante: lorsque nous permettons à une personne de libérer sa rage contenue, au lieu de faciliter un soulagement et une purification, nous courons le risque d’intensifier encore plus son état de frustration et de colère. Tout cela nous invite à comprendre un aspect très important: faire émerger nos conflits est extrêmement douloureux.

C’est lors de cette partie du processus thérapeutique que le professionnel a une responsabilité immense, transcendante et essentielle. Il doit disposer de cet art personnel avec lequel il peut gérer toute l’énergie émotionnelle reversée. Il doit accueillir, examiner de près, rediriger. Car purifier signifie faire disparaître ce qui fait du mal. Cela veut aussi dire transformer, guérir, oxygéner.

Se purger à travers le théâtre ou le cinéma

La catharsis en psychologie a été un outil déterminant pour Freud. Elle l’a aussi été, un peu plus tard, pour d’autres références comme Jacob Levy Moreno avec sa technique du psychodrame. Dans ce cas, la libération d’émotions se fait de façon individuelle ou en groupe à travers des exercices théâtraux.

 

Aujourd’hui, on dit souvent que de nombreuses productions télévisées et cinématographiques ont aussi le rôle de canaux cathartiques à travers lesquelles nous pouvons purger une partie de nos émotions conflictuelles. Ainsi, et selon cette théorie moderne de la catharsis, les films d’action ou de terreur seraient des moyens pour entrer en syntonie avec nos peurs ou nos pulsions agressives.

Cette idée fait débat. Cependant, que nous le voulions ou non, il est toujours bon d’ouvrir ses fenêtres internes pour aérer des espaces où s’accumulent des émotions adverses et limitantes. La vie, en fin de compte, a besoin d’une impulsion et d’un poids juste pour trouver sa place au sommet du bien-être. La catharsis psychologique, tout comme les professionnels spécialisés, peuvent nous aider.

 

 

  • Freixas, G. y Miró. M. T. (1993): Aproximaciones a la psicoterapia. Barcelona: Paidós.
  • Freud, Sigmund (2011) Introducción al psicoanálisis. Alianza Editorial