Une thérapie à laquelle on a recours forcé : peut-elle être efficace ?

Cela arrive à de nombreuses personnes bien intentionnées : un de vos proches est en difficulté et a manifestement besoin d'une aide professionnelle. Cependant, il résiste à demander cette aide. On pense alors que la thérapie obligatoire peut être une bonne option. Après tout, c'est "pour votre bien".
Une thérapie à laquelle on a recours forcé : peut-elle être efficace ?

Écrit par Edith Sánchez

Dernière mise à jour : 15 janvier, 2023

Une fois la décision prise, des ruses, des mensonges ou de fortes pressions sont utilisés pour que la personne en difficulté accepte cette “aide imposée”. Dans certains cas, l’autre accepte à contrecoeur, et presque toujours, la thérapie forcée se termine par un abandon ou un échec peu de temps après l’avoir commencée. Dans d’autres cas, elle n’est jamais démarrée et est en fait supprimée définitivement, car elle est associée à une contrainte.

La thérapie obligatoire est imposée, avant tout, aux enfants. Il n’est pas rare non plus que l’un des époux veuille forcer l’autre à le faire. De même, dans les cas où il y a une dépendance, il est également fréquent que la personne ne se rende pas en thérapie de son plein gré. Dans tous les cas, le résultat est généralement le même : échec.

« Nous pensons que nous pensons, mais nous le faisons rarement avec une réelle compréhension et empathie. Cependant, la véritable écoute est l’une des forces de changement les plus puissantes que je connaisse.

-Carl Rogers-

Homme senior en thérapie
Une bonne disposition est un élément essentiel pour mener à bien une thérapie psychologique.

Le besoin de psychothérapie

La vérité est que nous ne sommes généralement pas trop prudents lorsque nous donnons notre avis sur la santé mentale des autres. Les pleurs fréquents ne sont pas nécessairement un indicateur de dépression. Les nerfs ne sont pas non plus la manifestation univoque d’un trouble anxieux. Être nerveux de façon régulière n’équivaut pas non plus à un trouble anxieux. En fait, les hallucinations peuvent être quelque chose de parfaitement explicable et ne pas être associées à un problème mental.

Cependant, il est parfois établi trop rapidement qu’une certaine personne a besoin d’un psychologue ou d’un psychiatre. Pour être juste, de l’autre côté, il y a ceux qui n’ont pas d’opinion ou qui exagèrent, mais perçoivent que quelqu’un est plongé dans une situation compliquée dont ils ne peuvent pas sortir. Ils essaient de l’aider et trouvent que cela ne sert à rien. De cette façon, ils arrivent à la conclusion que cette personne a besoin d’un soutien plus spécialisé.

Ainsi, parfois, le besoin de thérapie est davantage donné par un parti pris personnel lors de l’interprétation du comportement d’autrui. Il est également possible qu’il s’agisse d’une conclusion logique, née d’une observation impartiale. Quoi qu’il en soit, il ne faut jamais oublier que c’est la personne affectée qui est appelée à trouver une issue à ses problèmes. Tout ce que les autres peuvent faire est de suggérer des solutions et de vous en montrer les avantages potentiels.

Il y a un cas particulier : les enfants. Ils dépendent des décisions des parents et ces derniers ont tendance à penser qu’ils savent ce qui est le mieux pour leurs enfants et c’est pourquoi ils n’ont pas besoin de les consulter. C’est une erreur. Même dans le cas des mineurs, il est très important d’avoir leur volonté de recevoir de l’aide et pour cette raison, la thérapie forcée n’est jamais pratique.

fille en thérapie psychologique
La thérapie obligatoire chez les enfants n’obtient généralement pas non plus de bons résultats, il est donc préférable de leur parler de la possibilité de le faire.

Thérapie obligatoire : pourquoi n’est-elle pas valable ?

Pour le dire simplement, la thérapie forcée est invalide car elle a une forte probabilité d’échec. Voici quelques-unes des principales raisons :

  • L’effort et l’implication sont nécessaires. En thérapie forcée, la personne ne se sent pas impliquée, car elle n’est pas là de son plein gré. Pour la même raison, elle ne fera pas plus d’efforts pour travailler avec le psychologue afin que tout fonctionne.
  • La relation thérapeutique. Si une personne se sent contrainte de consulter un psychologue, il est probable qu’un rejet sera généré envers le professionnel, qui est considéré comme faisant partie intégrante de l’imposition, même s’il ne l’est pas.
  • Manque de motivation. Il est évident que dans ces conditions il n’y a pas de plus grande motivation pour faire avancer et maintenir le processus thérapeutique. Une personne démotivée ne peut pas répondre aux exigences de ce type de traitement.

En plus de ce qui précède, il n’est pas rare que le couple ou la famille finisse par éviter ses propres difficultés ou responsabilités en recourant à la stratégie de focaliser toute l’attention sur la « personne à problème ». Parfois, ceux qui veulent imposer une thérapie obligatoire ont besoin de plus d’aide que ceux à qui ils l’imposent.

Bref, la coercition ne fait que mal démarrer un processus qui nécessite l’implication honnête de la personne qui a le problème. Il convient de proposer la thérapie comme une possibilité, et même d’exposer ses bienfaits, sans forcer l’autre à emprunter cette voie sauf si, après une analyse vraiment interne, on conclut que la situation est vraiment une urgence.

Cela pourrait vous intéresser ...
Comment traiter la souffrance en psychothérapie ?
Nos Pensées
Lisez-le dans Nos Pensées
Comment traiter la souffrance en psychothérapie ?

Comment traiter la souffrance ? Quelles sont les stratégies dont dispose la psychothérapie pour atténuer cette dimension qui s'installe si



  • Kipper, D. J. (2015). Límites del poder familiar en las decisiones acerca de la salud de sus hijos‒directrices. Revista Bioética23, 40-50.
  • Santibáñez Fernández, P. M., Román Mella, M. F., Lucero Chenevard, C., Espinoza García, A. E., Irribarra Cáceres, D. E., & Müller Vergara, P. A. (2008). Variables inespecíficas en psicoterapia. Terapia psicológica, 26(1), 89-98.

Le contenu de Nos Pensées est uniquement destiné à des fins informatives et éducatives. Il ne remplace pas un diagnostic, un conseil ou un traitement professionnel. Si vous avez le moindre doute, il est conseillé de consulter un spécialiste de confiance.