Trop dormir : 5 conséquences pour la santé

· 25 décembre 2018
Ne pas assez dormir n'est pas bon pour la santé, mais trop dormir non plus !

Nous vivons dans un monde où tout est question d’équilibre. Notre propre univers lui-même est un délicat équilibre dans lequel tout a un sens, une cause et une conséquence. Nous sommes le produit de cet univers. Par conséquent, lorsque l’équilibre se brise, des conséquences négatives affectent notre corps et notre esprit. C’est pour cela que trop dormir peut être aussi négatif qu’un manque de sommeil.

Dormir est nécessaire car le sommeil recharge le corps. Le repos est essentiel pour récupérer après la fatigue quotidienne. Nous ne devons cependant pas en abuser car il est tout aussi négatif de ne pas atteindre sept heures de sommeil que de dépasser les dix. L’une des personnes qui a le plus étudié ce phénomène est Susan Redline, médecin au Brigham and Women’s de Boston et professeure à l’Université d’Harvard.

Les recherches de Redline ainsi que d’autres publications et études coïncident tous sur un point: les personnes qui dépassent les dix heures de sommeil ont un état de santé nettement moins bon que elles qui dorment sept ou huit heures.

Les conséquences négatives d’un excès de sommeil

Dès notre naissance, notre corps se régule pour trouver l’équilibre parfait. Au tout début de la vie, un être humain passe vingt heures par jour à dormir. Ce chiffre se réduit progressivement jusqu’à l’adolescence , où la limite s’établit à neuf heures de sommeil. À partir de là, on nous recommande de dormir entre six et huit heures. Il ne faut ni aller en-dessous, ni au-dessus de ces marges. Un équilibre doit être trouvé.

il n'est pas bon de trop dormir

Car notre corps est très sage. Il nous demande une durée minimale de sommeil, mais aussi un temps maximum. Pourquoi? Parce qu’il se repose réellement durant la phase de sommeil profond. Celui-ci est atteint avec une durée déterminée qui ne dépasse généralement pas les huit heures par jour.

Le problème avec le sommeil prolongé qui excède les neuf heures quotidiennes est qu’il se transforme en sommeil léger. En d’autres termes, on n’atteint pas d’état profond et constant. Le repos est donc de mauvaise qualité. Un excès est par conséquent aussi nocif qu’un manque avec moins de six heures par jour, par exemple.

Il est important de ne pas prendre à la légère les avertissements des experts par rapport au besoin de ne pas dormir trop. Les risques pour la santé sont réellement élevés et peuvent mettre notre bien-être en danger.

Risque de souffrir de maladies cardio-vasculaires

Trop dormir, tout comme le fait de ne pas dormir assez, contribue à élever le risque de souffrir de maladies cardio-vasculaires. Or, selon ce qu’a confirmé l’Organisation Mondiale de la Santé, il s’agit des principales causes de mort dans le monde entier.

Dormir excessivement peut donc provoquer des maladies cardio-vasculaires et également élever la possibilité de souffrir d’infarctus et de pathologies neurologiques ou métaboliques.

Selon les statistiques de l’OMS, les femmes ont tendance à dormir plus que les hommes. Elles sont donc plus vulnérables aux problèmes cardiaques.

Altération du métabolisme

Nous avons rapidement commenté que l’excès de sommeil peut aussi altérer le métabolisme humain. Effectivement, si nous passons trop de temps à dormir, notre corps réalise beaucoup moins d’exercice.

Selon les études internationales à ce sujet, une personne qui dort en excès court le risque de souffrir de surpoids et d’obésité. Le manque d’activité physique est déterminant.

Apparition du diabète

Trop dormir peut aussi être déterminant pour le développement du diabète, tout comme le manque de sommeil. Les niveaux de sucre ont en effet tendance à grimper en excès. Une montée de glucose dans le sang augmente le risque de souffrir du diabète de type 2.

le fait de trop dormir provoque l'apparition du diabète

Lenteur cérébrale

Lorsque nous souffrons de sommeil prolongé chronique, notre cerveau vieillit beaucoup plus rapidement. Ce phénomène prématuré génère des difficultés pour le développement d’activités quotidiennes, même les plus simples.

La raison de ce ralentissement et de ce vieillissement prématuré est due au manque de sommeil profond lorsque l’on dort beaucoup. Etant donné que l’individu se réveille constamment au cours de la nuit, le repos est de mauvaise qualité et le corps ne récupère pas correctement.

Mort prématurée

Finalement, concentrons-nous sur le risque de mort prématurée. Trop dormir augmente les risques de souffrir de diabète et de maladies cardio-vasculaires. Or, ces deux causes de mort prématurée peuvent surgir d’un excès de sommeil.

Il est donc tout aussi négatif de trop dormir que de ne pas assez dormir. Ce cycle biologique du sommeil a un équilibre que nous devons respecter. Si nous allons contre notre propre biologie naturelle, nous causerons de sérieux torts à notre santé.

 

 

  • Cappuccio, F. P., D’Elia, L., Strazzullo, P., & Miller, M. A. (2010). Sleep duration and all-cause mortality: A systematic review and meta-analysis of prospective studies. Sleep. https://doi.org/10.1093/sleep/33.5.585
  • Buysse, D. J., Reynolds, C. F., Monk, T. H., Berman, S. R., & Kupfer, D. J. (1989). The Pittsburgh sleep quality index: A new instrument for psychiatric practice and research. Psychiatry Research. https://doi.org/10.1016/0165-1781(89)90047-4
  • Nussbaumer-Ochsner, Y., & Bloch, K. E. (2013). Sleep. In High Altitude: Human Adaptation to Hypoxia. https://doi.org/10.1007/978-1-4614-8772-2_17