Ni avec ni sans toi : l’attachement insécure ambivalent

21 août 2017 dans Psychologie 644 Partagés

L’attachement débute dans l’enfance, une étape très importante et qui a une grande répercussion sur la vie adulte. À tel point que beaucoup de problèmes qu’un adulte a dans ses relations, qu’elles soient de couple ou d’amitié, viennent souvent de cet attachement. Reconnaissez-vous ces relations de « ni avec, ni sans toi » ? Si c’est le cas, vous êtes sûrement caractérisé-e par un type d’attachement : l’attachement insécure ambivalent.

Ce type d’attachement se trouve dans les relations de couple toxique, telles que celles ou règne la dépendance émotionnelle, dans les relations où les comportements affectent les rapports ainsi que le bien-être des personnes. L’identifier et se rendre compte d’où cela vient aide à le canaliser pour profiter de relations plus saines.

« Ni avec ni sans toi, mes peines n’ont pas de remède. Avec toi car tu me tues et sans toi car je me meurs. »

-Anonyme-

La recherche de Mary Ainsworth

Marie Ainsworth a découvert trois types d’attachement (sécure, anxieux-évitant et insécure-ambivalent) grâce à une recherche à laquelle ont participé un groupe de mères et leurs bébés. L’étude a eu lieu dans un environnement inconnu et des exercices sur différentes situations ont été effectués, comme par exemple le fait qu’une mère laisse son enfant seul dans une pièce étrangère.

Ainsworth a découvert que les bébés qui avaient une relation dans laquelle prédominait un style d’attachement insécure ambivalent essaient de s’accrocher à leur mère pour qu’elle ne s’éloigne pas d’eux. S’ils y arrivaient avec beaucoup d’efforts, ils se mettaient en colère, ils donnaient des coups de pieds, ils criaient et ils pleuraient. Ils étaient inconsolables.

Que se passait-il quand la mère revenait ? Les enfants cherchaient à nouveau le contact avec elle, mais une partie d’eux cambrait un peu le dos comme pour conserver une certaine distance. C’est-à-dire qu’ils étaient déçus et surtout, ils se méfiaient et agissaient avec la peur que leur mère les abandonne à nouveau. De fait, après cette situation, il était très difficile de les calmer.

Le type d’attachement qui est présent dans l’enfance le sera aussi dans la vie adulte, même s’il prendra une autre forme et que ce seront d’autres circonstances.

Cette recherche a mis en lumière ces situations dans lesquelles la figure de l’attachement, souvent les parents, peut abandonner la famille, pour ensuite revenir à la maison. Mais également les cas où l’enfant grandit dans un environnement où les parents s’éloignent et recommencent la relation plusieurs fois. Dans certains cas et si la séparation ne se fait pas bien (avec de l’anxiété de la part des parents), cela provoque une insécurité et une peur de l’abandon qui sont les causes des comportements que nous décrivions précédemment.

L’attachement insécure ambivalent et le couple

Vous avez tout le temps envie d’être avec votre conjoint ? « J’aimerais que tu travailles à la maison », « Je me sens heureux-se quand tu es à mes côtes », « Quel dommage que tu doives aller à cette réunion ! ». Vous avez peut-être prononcé ces phrases et bien d’autres, et que vous y pensiez souvent. Pour les personnes à l’attachement insécure ambivalent, elles ont un sens beaucoup plus profond, réel et extrême.

Une personne à l’attachement insécure ambivalent souhaite que son conjoint soit toujours avec elle. Mais cela l’amène à un tel extrême qui si son conjoint est avec des ami-e-s, elle souhaitera être présente aussi. C’est un couple qui fait tout ensemble, comme si c’était un « pack tout compris ». Mais que se passe-t-il quand il faut faire les choses séparément ?

Imaginons par exemple que la personne qui souffre d’attachement insécure ambivalent est très heureuse car c’est l’anniversaire de sa mère et va le célébrer. Son conjoint l’appelle pour lui dire qu’iel a une réunion importante, que son/sa chef-fe est insupportable et qu’iel doit rester jusqu’à tard. Iel ne peut rien faire et lui fait comprendre. Mais la réaction est inattendue.

La personne qui souffre de ce type d’attachement va ressentir la même chose que dans son enfance. Un terrible abandon, l’impression que son conjoint ne veut pas passer de temps avec elle et que peut-être, iel ne l’aime pas autant qu’avant. Tout cela ne sont que des suppositions qui, de notre point de vue, sont irrationnelles. Cependant, pour cette personne, elles sont plus que probables.

Peut-être que ses pleurs, ses plaintes, accompagnés de la phrase « iel ne m’aime plus comme avant » convaincront le conjoint de trouver une excuse pour ne pas aller à la réunion. Or, même si elle vient malgré tout au dîner, la personne se montrera dégoûtée et en colère : elle essaiera de faire culpabiliser l’autre pour s’assurer que cela ne se reproduira pas. En le/la rejetant et en le/la punissant, mais en même temps en s’accrochant à sa présence. Une contradiction présente depuis l’enfance.

Certaines relations dysfonctionnelles sont le fruit d’un attachement insécure construit dans l’enfance.

L’insécurité dans les relations, la peur de l’abandon et la solitude, la dépendance émotionnelle, l’enchaînement à l’autre, la souffrance dans l’amour sont des exemples des conséquences qu’une personne à l’attachement insécure ambivalent peut vivre.

Parfois, on peut croire que l’on rencontre des personnes qui ne sont pas ainsi. Et pourtant, on ne se rend pas compte que l’on reproduit des modèles de comportements qui génèrent encore et encore les mêmes relations. De plus, quand cela arrive, la croyance que tout le monde veut nous abandonner se confirme.

Lisez aussi : Une relation toxique entre les parents laisse des séquelles chez les enfants

A découvrir aussi