La dépendance émotionnelle existe au-delà du couple

28 juin 2017 dans Emotions 213 Partagés

La dépendance émotionnelle dont on parle a un lien avec le couple. C’est un état psychologique complexe dans lequel la personne se trouve et qui l’empêche de rompre une relation qui lui fait du mal. Même si elle est consciente qu’il y a un problème, elle se trouve dans l’incapacité de déchirer tout lien avec la personne en question. Elle comprend que le mal que cette relation lui fait est inférieur à tout ce qu’elle lui apporte.

Il s’agit d’une relation instable, où l’estime d’elle-même de la personne dépendante s’en voit gravement affectée. On idéalise le conjoint, on a peur de la solitude et si la relation se brise, il y aura un syndrome d’abstinence. Ainsi, on se forge un lien déséquilibré et destructif. Une véritable addiction. La dépendance émotionnelle n’existe pas uniquement dans le couple, mais aussi dans d’autres types de relations.

« Dépendre de la personne que l’on aime est une manière de s’enterrer dans la vie, un acte d’auto-humiliation psychologique, où l’amour propre, le respect et l’essence de soi sont offerts et donnés de manière irrationnelle. »

-Walter Riso-

La dépendance émotionnelle dans la famille

La dépendance émotionnelle dans le noyau familial est présente lorsqu’un des membres montre un attachement excessif envers un autre. Son comportement sera obsessif, épuisant et perçu comme « étrange » par la personne qui « subit » ce penchant.

Voici un exemple de ce type de dépendance : elle peut venir de l’un des parents qui a besoin de contrôler et de connaître tous les détails du quotidien de son enfant. Le parent appelle son enfant et a besoin de lui parler tout le temps. Un trait caractéristique, c’est de toujours imaginer le pire. C’est pour cela qu’il a systématiquement besoin de vérifier si tout va bien.

Que se passe-t-il quand l’enfant veut gagner en indépendance ? Le parent mettra alors en pratique la victimisation, les pleurs et certaines techniques manipulatrices pour ne pas perdre ce qui est devenu le sens de sa vie. Si rien de tout cela ne fonctionne, les appels augmenteront et l’épuisement sera si intense que la relation s’en verra détériorée.

Un autre exemple : un enfant a systématiquement besoin de l’avis de ses parents pour se sentir en sécurité. Ainsi, il n’est pas capable de faire quelque chose ou de prendre une décision sans leur approbation. Un enfant dépendant renoncera à des projets ou à des opportunités à cause de la peur de s’éloigner de ses parents.

La dépendance émotionnelle dans la famille peut être la cause d’un lien affectif déséquilibré ou de carences affectives.

Si ses formes d’attachement existent dans toutes les relations, il est nécessaire de faire en sorte qu’elles ne perdurent pas trop. Les normaliser n’est pas positif car, comme nous l’avons dit, dans ce type de relations déséquilibrées et nocives, il y a toujours de graves conséquences. D’autre part, beaucoup de ces relations se maintiennent car il existe une dépendance mutuelle : les parents ont éduqué leur enfant, le sens de leur vie, pour qu’il se sente en sécurité et qu’il soit dépendant.

Dépendance émotionnelle dans l’environnement social

La personne qui se situe dans ce groupe est caractérisée par un grand besoin d’être reconnue par les autres, pour pouvoir se sentir acceptée. C’est peut-être pour cela qu’elle consacre beaucoup de temps à s’inquiéter des problèmes des autres personnes, et qu’elle oublie les siens propres. Une preuve qu’elle recherche son auto-estime dans les sources extérieures.

C’est ce qui donne un sens à sa vie. Elle a besoin d’une connexion avec les autres, de servir à quelque chose, de se sacrifier pour que les autres soient heureux-ses. La personne est heureuse uniquement si les autres le sont. Car, comme nous le savons, les personnes dépendantes laissent leur bonheur entre les mains des autres.

La personne dépendante émotionnellement de l’entourage social est toujours préoccupée par le fait de plaire aux autres, ce qui l’empêche de jouir d’une assertivité saine. Tout cela lui fait perdre beaucoup d’énergie, l’épuise physiquement et émotionnellement, alors qu’elle établit des relations où la déception est le personnage principal.

La personne dépendante émotionnellement ressent un désir d’exclusivité envers les personnes qui comptent pour elle.

Les personnes dépendantes peuvent vivre cette dépendance dans le couple, la famille et l’entourage, tout à la fois : elles ne connaissent souvent pas d’autres manières de créer du lien avec ceux qu’elles aiment. Elles agissent ainsi car elles croient que cela signifie que l’autre compte pour elles. Mais que se passe-t-il en elles ? Une personne dépendante émotionnellement cherche toujours celleux qui sont les plus autoritaires, les plus narcissiques, qui exploitent… Celleux qui font preuve de la plus grande assurance et qui montrent une grande sécurité au début, mais qui s’avèrent finalement fausses.

La dépendance émotionnelle peut se transformer en une manière de vivre pleine de difficultés, de tristesse et de malheur. C’est pour cela qu’il est important de la détecter et de trouver une solution à temps. Il existe de nombreuses raisons via lesquelles une personne développe une dépendance émotionnelle, et elle la confond même souvent avec le véritable amour.

Prêtons-y attention. Idéaliser et placer les autres en priorité par rapport à nous-même nous éloignera d’un amour que nous négligeons et qui est pourtant clé pour freiner tout processus de dépendance : l’amour propre.

Lisez aussi : L’amour, et surtout l’amour propre, s’arrosent tous les jours

Images de Rachel Bara

A découvrir aussi