Je t’aime au-delà de l’affection et la peur de la solitude

· 20 mars 2016

Je t’aime comme on aime les étoiles du ciel, je sais qu’elles ne sont pas miennes mais qu’elles apportent de la lumière à ma vie et à mes rêves.

Tu me plais parce que mon monde paraît plus intègre à tes côtés, car tu t’emboîtes dans mes recoins, car tu dessines des sentiers sur le chemin de vie que je veux suivre, et que j’ai choisi de partager avec toi.

C’est un amour sans attachement malsain. Ce sont des relations où il n’existe pas de dépendance aveugle et où chaque membre est capable de respecter les espaces de l’autre, tout en faisant en sorte que le développement personnel de la personne aimée apporte un enrichissement plein de réciprocité.

L’amour doit vous apporter de la joie et vous donner la possibilité de découvrir chaque jour le meilleur de vous-même.

S’il vous offre de la tristesse et de la souffrance, et que vous ne voulez pas en entendre parler, cela s’appelle de la dépendance.

S’il vous remplit de jalousie, de peurs et d’obsessions démesurées, cela s’appelle de l’attachement.

Parfois, le mot « attachement » ne suscite rien d’autre que le désaccord. Nous ne pouvons pas nier qu’aimer quelqu’un, c’est désirer être avec cette personne à chaque instant, c’est s’inquiéter pour elle, c’est la désirer, c’est penser à son visage, à sa voix, à son essence en permanence et vouloir qu’ils fassent partie de nous.

L’amour a quelque chose de l’obsession, et du besoin. C’est normal, surtout lors des premières phases.

Ici, nous parlons d’attachement dans son sens le plus intègre quand, d’une certaine manière, nous perdons notre propre identité et notre équilibre intérieur à cause de cette personne. 

Nous ne laissons pas d’espaces pour l’épanouissement et la liberté personnelle de chaque personne.

C’est ainsi que surgissent la méfiance et le besoin de contrôler. Il est important d’analyser ces travers en détail.

L’attachement émotionnel est un type d’addiction très destructeur

couple-sous-un-parapluie

Lier l’attachement émotionnel à une addiction ne signifie pas exagérer. Pensez à ces passions aveugles où l’on a besoin en permanence d’être à côté de la personne aimée.

Dans les moments où elle ne se trouve pas près de nous, notre monde se dérobe sous nos pieds, nous n’avons plus confiance et nous développons un besoin de contrôle sur le couple. C’est un risque.

Désirer quelque chose n’est ni mal ni dangereux. Le désir apporte de l’émotion à la vie, établit des propos et des plaisirs.

Le risque débute quand le désir se transforme en besoin. C’est alors qu’apparaît l’attachement et la perte de contrôle sur soi-même, au moment-même où l’on pense que l’on ne peut pas vivre sans l’autre personne.

Il est important de pouvoir et de savoir vivre sans l’autre personne. Nous ne pouvons pas être des bateaux à la dérive quand l’autre n’est pas à nos côtés pendant quelques jours. Si la confiance règne, il n’y a aucune raison de développer ces peurs démesurées..

Nous devons apprendre à vivre avec nous-mêmes et à sentir comblés, sûrs et heureux de ce que nous sommes pour établir une relation de couple saine et sans attachements négatifs. Aimez mais ne soyez pas dépendant.

Partagez mais ne donnez pas tout sans rien attendre en retour, pas même de la reconnaissance.

  • Les personnes ont besoin d’un attachement positif dans l’enfance pour créer un lien avec nos progéniteurs. Cela nous offre de la sécurité et la possibilité de nous épanouir en nous sentant aimés et reconnus.
  • Une fois cette phase passée, nous devons construire notre identité, notre personnalité et cette intégrité où nous nous sentons en sécurité avec nous-mêmes, avec ce que nous sommes et ce que nous avons obtenu dans notre vie.
  • Si vous vous sentez bien, si vous vous voyez vous-même comme quelqu’un d’heureux, de sûr et avec une bonne estime de soi, vous serez capable de construire une relation de couple stable et heureuse.
  • Vous n’avez besoin de personne pour combler vos vides, car vous n’en avez pas. Vous n’avez pas besoin que l’on soulage vos peurs car vous n’en avez pas. Vous n’avez pas besoin que quelqu’un soulage vos solitudes car vous n’en avez pas. 
couple-de-personnes-agees-a-la-lumiere-de-la-lune

Pratiquer le détachement ou éviter les relations co-dépendantes

L’amour ne vaut rien si nous le comprenons comme une souffrance. Si nous le voyons habité des ombres qui éveillent en nous la peur de l’abandon, de la crainte d’être trahi ou du fait de dépendre de l’autre personne, nous devenons des marionnettes sans identité.

Ne vous diluez pas dans l’autre personne, ne faites pas n’importe quoi pour être aimé à tout prix car vous finirez pas vous estomper comme un emballage qui vient de perdre son âme.

Vainquez votre addiction à l’attachement, luttez contre les relations co-dépendantes.

Nous savons que ces idées sont faciles à lire et à comprendre. Et qu’elles ne nous empêchent pas pour autant de tomber dans ce type de relation.

Dans l’amour, personne n’a le contrôle. Ne pas tomber dans ce type de relation relève de la responsabilité de chacun et de la capacité à réagir lorsqu’on s’en rend compte.

Il est temps de mettre en pratique le détachement émotionnel pour être plus libres et plus sûrs. Plus sages et être capables d’aimer avec intégrité et sans peur.

  • Si nous permettons le développement personnel de l’être aimé, nous l’aiderons à être une meilleure personne et qui pourra d’autant plus nous enrichir à travers la relation.
  • Nous devons comprendre que pratiquer le détachement, ce n’est pas rompre des liens.
    Au contraire, c’est se respecter mutuellement et alimenter cette confiance complice dans laquelle on se laisse aller car on se sait aimé, car on aime et qu’on a confiance en la personne qui nous a choisi pour ce que nous sommes, et non pas pour éviter sa propre solitude.
  • Le détachement ne veut pas dire que l’on n’a pas le droit d’aimer, de désirer ou de se réjouir pour une personne avec toute son âme et de tout son coeur.
    Il s’agit tout simplement de ne pas permettre que « l’on vous possède ». Ce qui vous possède vous met des bâtons dans les roues, et ne vous permet pas d’être vous-même.
  • Etre libre de l’intérieur n’est pas incompatible avec le fait de vivre un amour. C’est laisser de l’espace pour permettre que cette passion nous nourrisse sans besoins ni peurs, et offrant le meilleur de soi-même à l’autre personne.
couple-age-a-la-lumiere-de-la-lune-1-Copy

Images de Babs tarr et Lauri Blank