Quels visages nous inspirent le plus confiance ?

18 septembre 2015 dans Curiosités 0 Partagés

Souvent, quand on est ordinaire, on a tendance à passer inaperçu. Cependant, une nouvelle étude suggère que dès lors qu’il est question de la fiabilité d’un visage, ce qui est « ordinaire » prévaut sur tout le reste.

L’étude montre que si les visages typiques ne sont pas considérés comme étant les plus attirants, ce sont pourtant eux qui inspirent le plus confiance.

Selon l’étude intitulée « L’influence de la typicité du visage dans la perception de la fiabilité », il y a plus de chances pour qu’un visage « typique » inspire confiance, car il évoque familiarité et appartenance culturelle.

En ce sens, ces résultats ont d’importantes implications dans la compréhension de la perception sociale, dont font partie les perceptions interculturelles, comme le précise Carmel Sofer, scientifique et psychologue aux Universités de Princeton et Radboud Nijmegen (Pays-Bas), chercheur principal de cette étude.

Les précédentes études menées sur le sujet ont démontré qu’un visage composé d’une moyenne d’un certain nombre de visages est souvent perçu comme plus attirant que la somme des parties qui le constituent.

Cependant, d’autres études, suggèrent que la relation entre la moyenne (ou typicité) et l’attirant peut être difficile à voir, car certaines parties du visage comptent plus que d’autres.

Sofer et ses collègues se sont demandés si la typicité pouvait être plus directement liée à la perception de la fiabilité.

Au cours d’une expérience, les chercheurs ont créé un visage « typique » numérique, formé d’une moyenne de 92 visages féminins, ainsi qu’un autre visage « attirant », composé d’une moyenne des 12 visages les plus attirants piochés dans un autre ensemble de visages.

Ensuite, ils ont combiné ces deux visages pour n’en faire qu’un seul, et en ont dérivé neuf variations présentant différents niveaux d’attirance et de typicité.

Le résultat de cette expérience a donc mis au jour un série de 11 visages qui vont du moins attirant au plus attirant, le visage le plus typique se trouvant au milieu de cette série.

Les femmes qui ont participé à cette expérience ont vu ces variations faciales, et ont employé une échelle de 9 points pour en qualifier la fiabilité ou l’attirance.

Au fil de l’étude, les participants ont classé chaque visage trois fois. Les chercheurs ont souhaité que seules des femmes participent à cette expérience, afin d’éliminer les éventuelles différences de genre transversal dans la manière qu’ont les gens de percevoir et d’évaluer les visages.

Les qualifications résultantes révèlent une sorte de relation en forme de U entre le visage typique et la confiance. Ainsi, plus un visage était proche du plus typique, plus il était considéré comme digne de confiance.

Au contraire, en ce qui concerne l’attirance, la typicité n’a pas joué un rôle important.

« Même si le visage typique n’a joué aucun rôle dans la valorisation du visage attirant, en revanche, en ce qui les jugements de fiabilité, la typicité a eu son importance, explique Sofer.
Cet effet a pu être passé sous silence, car les jugements de fiabilité et l’attirant étaient généralement hautement liés. »

Une autre expérience menée dans le cadre de cette étude a pu permettre de confirmer ces résultats, en démontrant que la relation entre la moyenne et la fiabilité n’était pas due aux visages plus spéciaux, ni aux processus de transformation auxquels les chercheurs ont eu recours afin de combiner ces visages de façon numérique, et de les altérer.

« En montrant que le visage typique a une influence sur la perception de l’honnêteté, nos résultats jettent une nouvelle lumière sur la façon dont le visage typique peut influencer la perception sociale, écrivent les chercheurs.
Ils mettent en relief la signification sociale du visage typique, car les jugements de fiabilité s’approchent de l’évaluation générale des visages. »

Sofer et ses collègues veulent explorer de quelle façon la typicité du visage influe sur les sentences liées aux visages que l’on fait dans les milieux interculturels.

« Nous nous intéressons à la façon dont les gens jugent la fiabilité en visitant d’autres pays, et également à la façon dont les gens perçoivent les visiteurs, explique Sofer.
De plus, nous avons l’intention d’étudier comment le visage typique influe sur les jugements de fiabilité, quand d’autres facteurs, tels que les expressions émotionnelles, sont présents. »

A découvrir aussi