T’ai-je véritablement aimé ?

13 mars 2016 dans Emotions 2 Partagés

Lorsque j’entends ton nom, un mot entoure mon âme : coeur. Un mot que je n’emploie avec personne et encore moins au moment de parler de mes sentiments. Car il est certain que je ne peux pas affirmer que je t’aime. Je ne peux pas non plus affirmer que je te désire. Aimer et désirer sont deux choses bien distinctes…

Même si son âme s’illumine à chaque fois que j’envisage cette possibilité, je ne te mentirai jamais en affirmant que cela a été le cas un jour. Je ne peux pas non plus te dire que tu me manquais tout le temps, chaque jour… Espérant te retrouver dans chaque coin où je me trouvais, tandis que tu m’attendais.

Des millions d’étoiles représentent le nombre de fois où je mourrai d’envie de t’embrasser, de t’enlacer et de te sentir contre moi. Je ne peux pas te mentir, je ne peux pas m’empêcher de penser à toi, même quand je suis avec d’autres personnes.

“Nous apprenons à aimer non pas en trouvant une personne parfaite, mais en apprenant à voir une personne imparfaite parfaitement.”
-Sam Keen-

baiser

Chaque fois que j’embrasse d’autres lèvres, ton odeur m’enivre de nouveau

Cela voudrait-il dire que j’ai besoin de toi ? Je ne peux pas encore répondre à cette question, je ne peux pas affirmer non plus que j’ai véritablement besoin de toi, de nous, pour être la personne la plus heureuse de l’univers.

Non, rien de tout cela ne s’est produit. Cependant, je dis encore la vérité lorsque chaque mois je repense à toi. Lorsque j’ai l’espoir que ce soit toi qui m’appelle lorsque mon téléphone sonne. Je me souviens encore de ton précieux sourire et de ton doux regard à chaque fois que tu me regardais.

Car lorsque j’embrasse d’autres lèvres, ton odeur m’enivre encore. Je me souviens de tous tes gestes, tes mots, et même tes silences

Je ne vais pas non plus te mentir, saches que tu as été une partie de moi et que tu le seras pour toujours. Tu faisais partie de mon essence car tu m’as appris la chose la plus merveilleuse de la vie. Cette parcelle où le ciel et la terre s’unissent pour profiter du plus beau de l’humanité : le souvenir éternel…

                                             “L’absence et le temps ne sont rien quand on aime.”
-Alfred de Musset-

Je me demande souvent si…

Je me demande souvent si nous – toi et moi – représentions l‘amour véritable. Et chaque fois que j’y pense, je me dis que ça n’a jamais été de l’amour, mais que c’était tout de même quelque chose de merveilleux.

Une chose pour laquelle il n’existe pas de mots pour la décrire et que seuls les plus courageux osent nommer. Car lorsqu’on se réfère à mes sentiments envers toi, je te mentirais si je te disais que tu n’es pas important ou que je n’ai jamais prié les étoiles pour que ce qui s’est passé entre nous ne soit pas de ma faute.

Car je te cacherais aussi mes émotions si je te disais que chaque nuit je ne pensais pas à tes baisers chaleureux et tes caresses dans mes cheveux. Que j’ai déjà effacé ton numéro de téléphone des milliers de fois pour essayer de t’oublier et de tourner la page.

Mais rien de tout cela n’a fonctionné, car même si je n’en ai pas envie, tout me ramène à toi, à ton monde, celui que nous avons partagé un jour, toi, moi et ton coeur.

amour

L’amour se construit chaque jour

L’amour se construit chaque jour, avec des moments comme ceux-ci qui perdureront des années, toute une vie. Car il révèle au grand jour les émotions les plus profondes… et ont de véritables conséquences sur ma réalité.

Comme tu as pu le voir, il est certain que mes sentiments ne sont pas clairs car ils s’effacent, mais comme les étoiles filantes, ils reviennent. Remplis de doute et peut-être surchargés de trop d’attente quant à l’amour.

Coupable de mon immaturité et de mon manque d’expérience, je ne sais pas ce que je veux, je ne parviens même pas à te valoriser autant que tu le mérites. Mais ce qui est certain en revanche, c’est que chacune des larmes que je verse pour ton coeur font de toi mon éternité.

Je ne te mens pas en te disant que toutes les nuits mon âme se remémore tout ce que j’ai perdu un jour à cause de mon être incomplet. Cependant, je crois que je te désire, non pas que je t’aime. Car aimer, c’est se livrer corps et âme. Alors que désirer c’est avoir envie de l’autre coeur, encore lointain.

A découvrir aussi