Ne retenez pas vos larmes !

2 décembre 2015 dans Psychologie 2 Partagés

Il est certain que le fait de pleurer n’a rien d’agréable. Cependant, qu’on le veuille ou non, pleurer fait partie intégrante de la nature humaine. 

En effet, c’est la première chose que fait un nouveau-né en venant au monde, et c’est le premier moyen de communication d’un bébé.

Les raisons pour lesquelles nous pleurons varient entre tristesse, frustration, rage et même joie. Ainsi, il est intéressant d’explorer cette manifestation d’émotions que nous vivons tous.

Ne pleure pas !

Combien de fois avons-nous entendu cette phrase dans notre vie ? Tout simplement parce que les larmes sont associées à la souffrance et la faiblesse.

Beaucoup de personnes sont anxieuses et ne savent pas comment réagir face à quelqu’un qui éclate en sanglots, comme s’il s’agissait de quelque chose de terrible, alors qu’en réalité, il n’y a rien de plus normal.

Et pourtant, nous passons notre temps à réprimer et étouffer nos larmes, au lieu d’exprimer notre mal-être psychologique.

Et c’est sans parler des hommes ! Malheureusement, dans notre société, un homme qui pleure est perçu comme une personne faible.

Tous ces stéréotypes créés par notre société autour des larmes ne sont pas nécessaires, et sont même néfastes car ils amènent à une répression de nos émotions pouvant devenir dangereuse.

Cependant, le fait de pleurer de temps en temps soulage et permet de rétablir un équilibre émotionnel.

Le calme après la tempête

Notre corps est intelligent, et si nous pleurons c’est bien parce que les larmes jouent un rôle dans l’équilibre de notre organisme et de notre psyché.

D’un point de vue physiologique, lorsque nous pleurons, deux hormones complémentaires sont produites: l’adrénaline et la noradrénaline. La première nous permet d’affronter les situations de stress, tandis que la deuxième nous permet de nous détendre après d’éventuelles tensions.

Ainsi, lorsque nous nous mettons à pleurer, nous sommes généralement agités et inquiets, mais lorsque les larmes ont fini de couler, nous entrons dans un état de sérénité et de détente, tel que le calme après une grosse tempête.

N’ayez pas honte de pleurer !

L’intelligence émotionnelle est la capacité à prendre conscience de nos émotions et à les accepter sans porter de jugement et sans les réprimer.

Voyons ensemble quelques principes à appliquer :

 Le fait de rester proche de ses émotions permet de les ressentir pleinement, sans les rejeter, bien que votre première réaction soit l’ignorance et le rejet.

Ces émotions ont un message important à communiquer, et si vous ne cherchez pas à l’écouter, il trouvera un autre moyen d’éclater, qui malheureusement, ne sera pas sous votre contrôle.

• Une fois que vous avez fait une petite place pour vos émotions, ne les jugez pas et ne vous dites pas que vous êtes faible de les ressentir; vous êtes simplement humain.

Respirez profondément pendant quelques instants et vous ressentirez des signes physiques (boule dans la gorge, tension musculaire ou torse comprimé).

Si à ce moment là vous ressentez le besoin de pleurer, acceptez-le et laissez vos larmes couler.

• Soyez moins dur envers vous-même. Assumez avec bienveillance votre fragilité en tant qu’humain, car nous la partageons tous. Lorsque vous pleurez, n’oubliez pas de vous répéter des messages de soutien et de compréhension.

• Si vous suivez ces conseils, ces larmes vous rendront plus fort (étonnant, n’est-ce pas?).

Bien que cela paraisse étonnant, en acceptant chaque aspect de votre personnalité, et pas seulement les plus admirables, vous gagnerez une meilleure estime et plus de respect envers vous-même.

Photographie publiée avec l’aimable autorisation de Viewminder

A découvrir aussi