L’importance de l’intelligence émotionnelle

17 avril 2015 dans Psychologie 7 Partagés

Dans le film Un homme d’exception qui raconte la lutte contre la schizophrénie du mathématicien John Nash, prix Nobel d’économie, une scène exemplifie parfaitement l’intelligence émotionnelle.

Un jeune Josh Nash se trouve dans un bar lorsqu’une jeune fille qui vient d’entrer attire son attention. Au lieu d’employer les techniques de drague classiques, caractérisées par un jeu subtil, il lui dit directement et sans détour qu’il préfère sauter l’étape du rituel de séduction, et lui propose un « échange de fluides ».

La jeune fille, qui le regarde bouche bée, se dit à juste titre qu’elle est tombée sur un rustre. Cependant, John Nash est considéré comme une éminence, et même dans ses jeunes années, il se distinguait déjà des autres étudiants, même de ses professeurs à l’université.

Quoi qu’il en soit, il est évident que son intelligence émotionnelle n’est pas à la hauteur de son coefficient intellectuel.

L’intelligence émotionnelle est cette capacité qui nous permet de contrôler nos émotions et de les exprimer de manière pertinente. Bien que le mot « intelligence » soit souvent lié à des concepts qui se rapportent à la mémoire et à la capacité cognitive, l’esprit est beaucoup plus vaste et depuis le siècle passé les scientifiques s’emploient à étudier d’autres zones du cerveau.

Depuis les origines de l’humanité, les émotions mènent la danse. Le tronc cérébral, la partie la plus primitive du cerveau qui contrôle les fonctions de base, est le point d’origine des centres émotionnels, mais ce n’est que des millions d’années plus tard que le néocortex s’est développé, lequel nous permet de raisonner.

C’est d’ailleurs dans cet ordre que nous agissons dans notre vie quotidienne. Nous ressentons d’abord quelque chose, puis nous réfléchissons sur ce sentiment. 

Autrement dit, d’abord, notre doigt nous fait mal, ensuite nous nous rendons compte que nous nous le sommes coincé dans la porte.

De plus, l’amygdale est la partie du cerveau qui contrôle les émotions. Si elle ne fonctionne plus correctement, nous risquons de perdre notre capacité à analyser le sens émotionnel des événements. De plus, notre mémoire est également touchée, car c’est elle qui conserve tous les souvenirs liés à nos émotions, aussi bien les souvenirs heureux que les traumatismes.

En outre, sans l’amygdale, nous ne sommes plus capables de sécréter des larmes. Un véritable aveuglement affectif.

C’est également l’amygdale qui abrite la raison pour laquelle les expériences de notre enfance jouent un rôle si important dans notre vie adulte. Lorsque nous sommes enfants, les souvenirs s’enregistrent directement dans l’amygdale, sans aucun processus verbal pour les soutenir.

Dans cette période de notre vie, les événements sont limités aux émotions pures, c’est-à-dire qu’ils ne s’appuient pas sur des mots pour expliquer ce qui vient de se passer. Lorsque nous grandissons, ces souvenirs émotionnels surgissent à nouveau, sans que nous puissions les contrôler, même si nous, adultes, savons pertinemment qu’ils sont irrationnels.

Beaucoup d’enfants et d’adolescents qui ont des problèmes d’apprentissage à l’école sont qualifiés, à tort, d’imbéciles, alors qu’en réalité leurs problèmes ne sont pas d’origine cognitive, mais émotionnelle. Ils éprouvent des difficultés à maîtriser leurs émotions et leurs impulsions.

De nos jours, nous focalisons toute notre attention sur comment maintenir un confort émotionnel. Si nous ne nous sentons pas bien, nous ne pourrons pas trouver l’équilibre, qu’importe si les circonstances qui peuvent sembler rationnelles essayent de nous convaincre du contraire.

Dans notre société où la raison semble dominer de plus en plus sur les émotions, il est important de garder à l’esprit que l’intelligence émotionnelle joue un rôle aussi primordial que le cerveau rationnel.

Cependant, le système éducatif donne rarement la priorité à l’éducation émotionnelle. Nous n’apprenons pas à écouter ce que nous ressentons, et par conséquent, nous ne savons pas comment agir de façon appropriée face à nos sentiments.

En résumé, nous voyons bien que l’intelligence émotionnelle joue un rôle de taille dans nos vies, et ne nous sert pas qu’à draguer dans les bars.

Grâce à elle, nous parvenons à nous motiver, à maîtriser nos impulsions, à réguler nos humeurs, et à ressentir de l’empathie pour autrui. 

Elle nous permet non seulement de vivre en harmonie avec ceux qui nous entourent, mais aussi de survivre. L’intelligence émotionnelle contrôle donc une grande partie de qui nous sommes.

Image avec l’aimable autorisation de Brandon Warren.

A découvrir aussi