Le stress est facile à éviter si vous savez comment faire

· 30 mai 2017
Nous pouvons considérer le stress comme le processus qui se met en marche quand une personne perçoit une situation ou un événement comme menaçant ou hors de sa portée. La pierre angulaire de cette définition est le terme « percevoir » ; le problème ne vient pas de la menace qui existe ou non dans la réalité mais de la personne qui la perçoit comme telle.
Souvent, les faits qui déclenchent le stress sont liés aux changements. Ils exigent davantage d’efforts de la part de l’individu et, par conséquent, mettent en danger son bien-être personnel. C’est-à-dire que le stress n’est pas directement lié au fait de ne pas cesser de pratiquer des activités ou de ne pas avoir le temps d’atteindre ses objectifs. Il s’agit plus de la perception de la chose que de la situation en elle-même. Songez au fait qu’une situation peut être stressante pour une personne mais pas pour une autre.
En général, on considère qu’une personne se retrouve soumise au stress quand elle doit faire face à des demandes, autour d’elle, qui dépassent ses capacités. C’est ainsi que la sensation de ne pas pouvoir répondre adéquatement à ces demandes dans un laps de temps défini apparaît.

« La personne qui souffre de stress ne peut pas faire face aux demandes qui, autour d’elle, dépassent ses capacités. »

-María Crespo-


Quelles situations provoquent du stress ?

Des événements ou des faits vitaux stressants

Ils peuvent impliquer des événements extraordinaires et extrêmement traumatiques mais aussi des événements plus ou moins normatifs (mariage, divorce, licenciement…).
Les plus étudiés, en accord avec leur impact sur la santé, sont : les situations belliqueuses, les actes terroristes, les mauvais traitements, les viols, les maladies en phase terminale, l’émigration, les désastres naturels ou provoqués par l’homme ainsi que les situations vitales hautement traumatiques (divorce, perte d’un être cher…).

Faits quotidiens

Nous faisons ici référence à des faits « mineurs » qui se produisent assez fréquemment. Des faits comme des disputes familiales, des problèmes économiques, des embouteillages, des petits oublis…
L’accumulation d’événements de ce type a révélé une grande capacité prédictive du fonctionnement psychologique et somatique de l’individu. De son bien-être également, un effet qui est même supérieur à celui que l’on retrouve dans le cas d’événements vitaux stressants.

Des situations de tension chronique maintenue

Elles supposent une source de stress plus importante car elles unissent l’intensité de la situation (similaire à celle des faits vitaux stressants) à une fréquence quotidienne.
Nous pouvons prendre comme exemple un poste de travail conflictuel avec une surcharge de travail constante ou des perspectives de futur incertaines ; des disputes familiales continues ; des situations de marginalisation sociale ; des soigneurs de malades chroniques, de personnes âgées ou atteintes de démence ; etc.

« Les situations de tension chronique maintenue supposent la plus importante source de stress. »

-Francisco J. Labrador-


Que puis-je faire pour éviter ou réduire le stress ?

Pratiquez une activité physique

L’exercice physique modéré (par exemple, une promenade de 30 minutes) améliore votre santé, votre aspect et réduit votre tension. Vous n’avez pas d’excuse pour ne pas faire d’exercice ou pratiquer un sport, que vous soyez sujet au stress ou non.
En outre, en pratiquant une activité physique, nous libérons des endorphines qui sont une substance (péptides opioïdes endogènes) produite par notre corps de façon naturelle pour réussir à atténuer la douleur et/ou produire une sensation de bien-être. C’est pour cette raison que les endorphines sont également connues sous le nom d’hormones du bonheur.

Prenez soin de votre santé

Cela paraît évident mais ce n’est pas pour cela que nous faisons suffisamment attention à notre santé.
Suivez un régime équilibré, dormez suffisamment et évitez de suivre des habitudes nocives telles que fumer, boire de l’alcool ou consommer des drogues. Les personnes ayant tendance à souffrir d’anxiété sont celles qui ont le plus de chance de développer des comportements toxiques.
Quand nous nous sentons stressé-e-s, nous sommes plus enclin-e-s à ne pas faire attention à ce que nous mangeons. Ces désajustements correspondent fondamentalement à une consommation excessive et à une ingestion d’aliments très caloriques et pauvres en nutriments, c’est-à-dire des aliments avec des « calories vides ».

Organisez votre temps

Il vaut mieux que vous ayez du temps en trop et que vous ne vous mettiez pas la pression en remettant tout au dernier moment. Préparez vos réunions et rendez-vous en avance et, si c’est nécessaire, levez-vous un peu plus tôt les matins pour ne pas débuter la journée à toute vitesse. Dites-vous que votre organisme a besoin d’un temps de « chauffe ».
Un agenda peut énormément nous aider à organiser notre temps. Dans cet agenda, vous pouvez noter tout ce que vous avez à faire au cours de la journée et classifier les tâches selon leur degré d’urgence (urgent, peu urgent, à remettre…). Vous pouvez utiliser des couleurs pour classer ces tâches afin de les identifier facilement et rapidement.

Fixez des horaires et établissez des routines

Les routines sont particulièrement importantes pour les personnes qui se sentent facilement dépassées par les événements. Suivre une routine crée une sensation d’ordre et de contrôle. Cela permet aussi de combattre la tendance à faire mille choses à la fois sans se concentrer véritablement sur une action, une chose propre aux personnes stressées.
Si nous fixons des horaires et des routines, nous pourrons savoir ce qu’il est important de faire quotidiennement. Il est essentiel de ne pas chercher à réaliser plus de tâches que nous le pouvons et que nous gardions une marge pour de possibles contretemps. Cela nous donnera sans aucun doute une grande sensation de contrôle qui est incompatible avec le stress.

Essayez d’être optimiste

Les personnes optimistes souffrent moins de signaux physiques de stress que les personnes pessimistes. La prédisposition pour l’optimisme ou le pessimisme conditionne la quantité et l’intensité de stress non-nécessaire dont une personne fait l’expérience tout au long de sa vie.
Même si vous n’y croyez pas, on peut apprendre à être plus optimiste et, par conséquent, à réduire le stress. Pour cela, il est fondamental d’apprendre à nous parler intérieurement en allant contre nos habitudes de pensée et de chercher des preuves qui vont contre ce que nous craignons atrocement.

Riez, cultivez votre sens de l’humour

Rire permet de se relaxer car quand nous rions, nous voyons le côté amusant et absurde de n’importe quelle situation. Les difficultés nous semblent également moins sérieuses et graves.
Cela ne signifie pas que nous devons nous tromper face à des situations déterminées. Cependant, nous pouvons faire l’effort de trouver le côté comique de cette mauvaise situation ou de mettre une pincée d’humour dans nos conversations quotidiennes avec les autres. Iels vous en seront reconnaissant-e-s -et vous aussi-.

Liez-vous aux autres, partagez et cultivez votre affection

Il n’y a que peu de situations de stress qui peuvent résister à la présence, au soutien et à la compréhension d’un être cher. Ainsi, nous vous recommandons de faire ce que vous pouvez pour améliorer vos capacités de communication afin que vos relations soient plus intenses, que ce soit pour montrer aux autres que vous les appréciez ou pour résoudre des conflits et négocier avec habileté.
Disposer d’un bon réseau de soutien social aide à mitiger les effets du stress. Cela permet aussi d’améliorer les états animiques de déprime. En outre, indépendamment du fait que les autres soient présents ou non, l’important est que la personne stressée ou triste ressente leur disponibilité et leur proximité.

« Personne ne choisirait de vivre sans amis même en possédant tous les autres biens du monde. »

-Aristote-


Pour terminer, il y a une chose dont nous n’avons pas parlé : maintenir le contact avec la nature. Contempler le miracle de la nature n’est pas seulement beau, c’est également apaisant car cela vous aide à vous concentrer sur autre chose que vous. Sentir que nous faisons partie de la vie qui nous entoure nous permet de relativiser les préoccupations et de faire diminuer la tension.
Si la mise en pratique de ces conseils n’a pas réduit votre stress, souvenez-vous que vous pouvez toujours consulter un-e professionnel-le. Cela vous aidera à vivre d’une façon plus relâchée, en profitant et en savourant chaque minute de votre existence, et cela vous permettra d’acquérir des compétences pour vous détendre et faire face à tout ce qui vous stresse.