Stress et hyperthyroïdie : une relation silencieuse avec de sérieux effets

· 11 octobre 2018

La relation entre le stress et l’hyperthyroïdie est extrêmement significative. Nous sous-estimons souvent l’impact que les états de stress chronique peuvent avoir sur notre santé. Le cortisol, l’hormone associée à ces états d’hyperactivité et d’hypervigilance, finit par altérer la fonction de la thyroïde au point de l’accélérer. Et affecte également nos glandes surrénales.

Nous savons que les troubles associés à la thyroïde sont très communs. Leur apparition est due à plusieurs facteurs. Des maladies auto-immunes comme celle de Graves Basedow, la grossesse, des altérations au niveau de l’hypophyse ou un excès/déficit en iode peuvent conduire à l’hypothyroïdie ou hyperthyroïdie.

Nous ne sommes pas toujours conscients de la façon dont nos émotions peuvent altérer notre métabolisme. Ainsi, des études comme celle publiée dans la revue Thyroid Research démontrent qu’il existe une relation entre les niveaux de cortisol et la TSH (thyréostimuline ou hormone qui stimule la thyroïde).

En d’autres termes, le stress est un facteur de risque pour l’hyperthyroïdie. Des situations de pression, d’angoisse et de préoccupation constantes et prolongées dans le temps finissent par affecter la fonction de la thyroïde en l’accélérant.

L’hyperthyroïdie est un excès d’hormones thyroïdiennes dans le corps. La cause la plus commune est la maladie de Graves Basedow. Cependant, des états chroniques de stress peuvent aussi déboucher sur ce trouble.

stress et hyperthyroïdie

Stress et hyperthyroïdie, un lien pervers

Chaque jour, de nouveaux diagnostics liés à une altération de la glande thyroïdienne apparaissent. Nous ne devons pas oublier que les hormones thyroïdiennes remplissent un certain nombre de fonctions. Leur rôle est essentiel pour maintenir en bon état les tissus de l’organisme et pour réaliser une infinité de tâches métaboliques, dont par exemple la synthèse de nombreuses protéines.

C’est pour cette raison que les patients atteints d’hyperthyroïdie souffrent de nombreux symptômes, d’altérations variées et de problèmes gênants qui peuvent se résumer de la façon suivante :

  • Nervosité et inquiétude disproportionnées
  • Changements d’humeur; la personne est plus facilement irritable
  • Sensation de faiblesse
  • Augmentation de l’appétit
  • Perte de poids malgré l’envie de manger
  • Problèmes de mémoire et de concentration
  • Goitre, un symptôme évident et associé à l’hyperthyroïdie. La personne souffre d’un gonflement au niveau de la gorge. Cela engendre des problèmes pour avaler, boire ou parler
  • Perte des cheveux (ils peuvent aussi devenir plus fins ou fragiles)
  • Peau plus fine
  • Intolérance à la chaleur
  • Changements au niveau des menstruations
  • Tachycardie
  • Insomnie
lien entre stress et hyperthyroïdie

Il convient aussi de préciser que ces maladies liées à la thyroïde sont plus habituelles chez les femmes. Malgré tout, une fois que le diagnostic est établi, nous ne cherchons pas toujours à clarifier l’origine de l’hyperthyroïdie. Nous sommes plus intéressés par le traitement et une stratégie thérapeutique qui pourrait améliorer notre qualité de vie. Cependant, et étant donné qu’il existe une relation directe entre le stress et l’hyperthyroïdie, il est nécessaire de savoir comment elle se produit et s’orchestre dans notre corps.

Stress et hyperthyroïdie: l’altération des anticorps thyroïdiens

Les universités hollandaises ont financé, en 2012, une étude complète pour comprendre la relation entre le stress et l’hyperthyroïdie. Les résultats de ce travail ont été significatifs. Il a par exemple été démontré que dans des situations de stress et d’anxiété élevées et chroniques, le cortisol a un sérieux impact sur la glande thyroïdienne.

  • Les anticorps thyroïdiens s’altèrent et commencent à attaquer l’organisme en générant des changements: la fatigue apparaît, tout comme les altérations du sommeil, de la digestion, la perte de cheveux, la peau plus fine… Des changements sont également vécus sur le plan cognitif et émotionnel. C’est pour cela que les difficultés de concentration et les changements d’humeurs sont plus flagrants.
  • Il existe une autre réalité aussi frappante qu’importante: les personnes qui souffrent de troubles paniques connaissent très souvent des problèmes au niveau de la thyroïde. Celle-ci a tendance à s’accélérer, débouchant ainsi sur l’hyperthyroïdie classique. Une comorbidité qui a, en général, de sérieuses répercussions cliniques.

Prévention de l’hyperthyroïdie causée par le stress

L’hyperthyroïdie (causée ou non par le stress) aura sans doute un traitement concret: des médicaments antithyroïdiens comme le propylthiouracile et le méthimazole. Cependant, chaque patient présente une réalité singulière et des besoins que les professionnels évalueront pour leur offrir la réponse la plus adéquate et ajustée. 

Mais au-delà du traitement, une chose nous intéresse: pouvoir prévenir ces maladies. Il est évident que l’élément déclencheur ne sera pas toujours le stress (il y a aussi les maladies auto-immunes). Etant donné que certaines conditions psychologiques débouchent sur des changements métaboliques, il est nécessaire de savoir gérer ces situations. Voici quelques clés qui peuvent aider.

  • Le stress ponctuel et limité dans le temps n’a pas d’effet sur notre thyroïde. Nous parlons du stress chronique, celui que nous ne traitons pas, que nous n’affrontons pas et qui échappe à notre contrôle. Il faut donc surveiller chaque préoccupation, chaque émotion complexe, chaque perturbation dans notre esprit. Il ne faut pas sous-estimer une ombre qui nous dérange.
  • Nous devons nous offrir du temps de qualité. Chaque jour, nous avons besoin d’au moins deux heures pour nous-mêmes.
  • L’exercice physique ou des pratiques comme le mindfulness sont très efficaces pour traiter le stress.
  • Il est également recommandé de surveiller notre alimentation et d’améliorer nos habitudes de vie. Du repos et des relations sociales positives et de qualité sont essentiels.

Pour conclure, en sachant que le stress et l’hyperthyroïdie entretiennent une relation étroite, nous devons être conscients qu’une bonne gestion de nos émotions est cruciale pour notre santé. Chaque jour, nous nous levons, nous habillons et nous coiffons ; pourquoi n’en ferions-nous pas de même avec notre univers intérieur ?