Stress, allostasie et charge allostatique : comment sont-ils liés ?

Les êtres humains recherchent, de façon innée, la paix interne et l'équilibre entre l'esprit et le corps. De nouveaux concepts ont ainsi été élaborés en lien avec le stress : l'allostasie et la charge allostatique.
Gorka Jiménez Pajares

Rédigé et vérifié par le psychologue Gorka Jiménez Pajares.

Dernière mise à jour : 12 janvier, 2023

Qu’est-ce que le stress ? Nous parlons d’une réponse nécessaire depuis des décennies, car elle n’est pas simple et implique au moins la conscience, l’organisme et le contexte. Le stress signifie-t-il être fatigué, sentir que la force nous quitte ou se sentir saturé ?

À cet égard, il nous semble important de faire une première distinction entre les concepts de stress et d’activation. En effet, être stressé est-il synonyme d’être activé ? En ce sens, il convient de noter que l’activation est une exigence pour tout être vivant : c’est l’étincelle de la vie.

Femme stressée au travail
L’activation est une composante commune et inévitable de la vie.

Qu’est-ce que le stress ?

Pour le docteur Hans Selye, il s’agit d’une réponse non spécifique que le corps émet face à n’importe quel stimulus. L’objectif du stress pour cet auteur est l’adaptation. Nous savons maintenant que certaines doses de stress de faible intensité dans la vie quotidienne agissent comme un vaccin contre des facteurs très intenses. Cependant, si ces petites doses de stress s’accentuent et se prolongent, elles causent des problèmes.

En ce sens, il y a deux variables à prendre en compte : l’intensité et la durée du facteur de stress.

Le syndrome général d’adaptation

Pour Hans Selye, le stress implique une réponse qui passe par plusieurs étapes :

1. Réaction d’alarme

Cela se produit lorsque nous voyons un facteur de stress, comme un danger. C’est une phase d’identification (choc) et de défense (contre-choc). L’objectif de la réaction d’alarme est d’identifier ce qui se passe et comment nous pouvons nous défendre. Certains symptômes de la réaction d’alarme sont les suivants :

  • Altérations du tonus musculaire, de la température corporelle et de la tension artérielle.
  • Libération d’adrénaline, de corticotropine et de corticoïdes.
  • Hyperglycémie.
  • Diurèse.

Pour cette raison, une grande partie des maladies associées au stress sont dues à cette première phase de la réaction d’alarme. Ce sont les pathologies qui surviennent ou sont influencées par un stress aigu.

« La réaction d’alarme est la réponse de l’organisme lorsqu’il est subitement exposé à divers stimuli auxquels il n’est pas adapté. »

-Bonifacio Sandin-

2. Étape de résistance

Personne n’est capable de vivre en permanence en état d’alerte. Cependant, nous pouvons nous adapter au facteur de stress et essayer de nous en accommoder. Ce faisant, les symptômes décrits diminuent, mais cela a un coût. La facture d’adaptation à un facteur de stress spécifique implique que notre résistance à d’autres éléments stressants soit moindre.

« L’adaptation à un agent s’acquiert au prix d’une moindre résistance aux autres agents. »

-Bonifacio Sandín-

3. Étape d’épuisement

Il est impossible de toujours vivre sous le joug d’un stress intense. En ce sens, si nous continuons sous l’influence du facteur de stress de manière intense et prolongée, nous perdrons la capacité d’adaptation que nous avions acquise dans la phase précédente et, par conséquent, notre énergie s’épuisera et les symptômes de la première phase réapparaîtront.

« L’épuisement professionnel survient si le facteur de stress est suffisamment grave et prolongé. »

-Bonifacio Sandín-

Homéostasie et stress

L’homéostasie est un terme qui signifie équilibre. Malgré les changements provoqués par des situations défavorables, nous essayons toujours de trouver le juste milieu, la paix, l’équilibre, l’homéostasie. À cet égard, nous sommes tous confrontés à des situations qui menacent notre équilibre :

  • Pandémies.
  • Guerres.
  • Stress au travail.
  • Difficultés économiques.
  • Problèmes de couple.

Face à ces facteurs de stress, nous pouvons nous sentir incapables d’y faire face car cela dépasse notre capacité d’adaptation (nos ressources). Cependant, la réalité est que, de manière habituelle, nous sommes capables de les affronter. Comment ?

Allostasie et charge allostatique

L’allostasie signifie « homéostasie distincte ». Ce concept fait référence au fait d’être en mesure d’atteindre notre stabilité interne grâce aux changements et ajustements appropriés. Autrement dit, cela implique d’être capable de s’adapter.

« L’allostasie fait référence à la capacité de s’adapter à des environnements en constante évolution et aux défis des processus de régulation. »

-Bonifacio Sandin-

Pour McEwen, auteur pertinent dans l’étude de l’homéostasie, il est important de parler d’un autre concept : la charge allostatique. La charge allostatique fait référence à l’usure de notre corps et de notre esprit. Nous faisons ici référence au nombre de fois et à l’intensité avec laquelle nous avons essayé de rester adaptés à notre environnement au fil du temps.

femme stressée
La charge allostatique fait référence au prix du stress lorsqu’il se prolonge dans le temps.

Ainsi, le stress est mieux compris lorsqu’on l’explique sous les concepts d’allostasie et de charge allostatique. Dans cette perspective, notre tâche est la recherche de l’équilibre (homéostasie). Et comme le fait de vivre implique des changements et des ajustements, notre homéostasie ne sera jamais parfaite (allostasie). Si l’agent stressant se prolonge dans le temps et que d’autres agents stressants différents apparaissent, nous allons nous surcharger et la facture résultante sera l’usure (la charge allostatique).

Savoir, c’est pouvoir ! Maintenant que nous savons ce que signifient allostasie et charge allostatique, la question est la suivante : comment mieux s’adapter ?

« La réponse au stress a donc un but adaptatif et est produite par des changements dans les exigences de l’environnement. »

-Bonifacio Sandin-

Cela pourrait vous intéresser ...
L’hormèse, ou pourquoi de petites doses de stress sont bonnes pour la santé
Nos Pensées
Lisez-le dans Nos Pensées
L’hormèse, ou pourquoi de petites doses de stress sont bonnes pour la santé

L'hormèse fait référence au moment où l'exposition à de faibles doses d'une toxine est bénéfique. Cela marche aussi pour le stress !



  • Belloch, A. (2021). Manual de psicopatología, vol I.
  • Barrio, J. A., García, M. R., Ruiz, I., & Arce, A. (2006). El estrés como respuesta. International Journal of Developmental and Educational Psychology, 1(1), 37-48.
  • Pilnik, S. D. (2010). El concepto de alostasis: un paso más allá del estrés y la homeostasis. Rev. Hosp. Ital. B. Aires, 30(1), 7-12.
  • Duval, F., González, F., & Rabia, H. (2010). Neurobiología del estrés. Revista chilena de neuro-psiquiatría, 48(4), 307-318.
  • López, M. J. El estrés, la ansiedad y las emociones en el deporte desde un punto de vista evolutivo: alostasis versus carga alostática.

Le contenu de Nos Pensées est uniquement destiné à des fins informatives et éducatives. Il ne remplace pas un diagnostic, un conseil ou un traitement professionnel. Si vous avez le moindre doute, il est conseillé de consulter un spécialiste de confiance.