Sports et femmes : un plafond de verre très visible

Le sport féminin est une pratique silencieuse dans de nombreux pays du monde. Les différences avec les sports masculins sont évidentes. Pour autant, quelles en sont les causes ? Et quelles mesures sont prises ?
Sports et femmes : un plafond de verre très visible

Dernière mise à jour : 02 janvier, 2021

L’association des sports et des femmes est liée au terme de plafond de verre, inventé par le Wall Street Journal en 1986. Ce terme fait référence aux barrières invisibles que rencontrent les femmes pour faire avancer leur carrière professionnelle et accéder à des postes de responsabilité.

C’est malheureusement une réalité qui est présente depuis toujours dans l’histoire des travailleuses. Dans le sport, ce toit est encore plus épais, puisqu’il n’y a même pas de références spécifiques.

Bien que cette même année, en Espagne, les footballeuses espagnoles les plus hauts gradés aient signé leur première convention collective après de nombreux mois de négociations et de protestations, elles n’ont même pas atteint le professionnalisme au niveau réglementaire. De plus, leurs conditions de travail sont très pénibles.

De nombreuses voix se font entendre aux niveaux national et international réclamant des mesures spécifiques pour aider à lever ces obstacles. Dans des pays comme la Norvège, certaines sont très controversées, comme la loi sur les quotas.

Elles donnent toutefois de bons résultats. Passant de 7 % de femmes dans les conseils d’administration des entreprises nationales en 2002 à 44% en 2010.

Bref, si les femmes consomment du sport et font du sport, pourquoi ne pourraient-elles pas diriger ces activités ? Pourquoi sport et femme ne peuvent-ils pas aller de pair ?

“Je ne suis pas le prochain Bolt ou Phelps, je suis le premier.”

-Simone Biles-

Une femme en train de faire un footing.

Sports et femmes : le grand oubli professionnel

L’incorporation des femmes dans les pratiques physiques et le monde des sports est directement influencée par l’évolution sociale elle-même. L’acceptation des femmes dans de nouveaux domaines jusqu’à récemment interdits implique également une inclusion dans le domaine sportif.

Les progrès et le développement de la société au cours des dernières décennies ont été vertigineux. Il y a eu des changements dans les conceptions sociales les plus profondément enracinées, mais certains aspects reflètent l’ancien régime vécu et ses idéaux sur les femmes.

L’élimination de ces attitudes sexistes et de ce conservatisme qui ralentit l’évolution devient partie intégrante de l’environnement scolaire. Elle nécessite la participation active des enseignants, afin que l’éducation formelle ne reproduise pas les inégalités sociales, garantissant ainsi la qualité de l’éducation tant défendue (García , 2006).

Les références au sport et aux femmes dans les journaux d’informations sur le sport sont rares et, à de nombreuses occasions, peu précises. La presse, la radio et la télévision continuent de réserver un espace de premier plan et de monopole aux réalisations sportives masculines.

La presse sportive et les sections sportives des journaux d’information générale ignorent systématiquement l’athlète féminine avec les conséquences qu’elle a pour elle à tous les niveaux, à commencer par la quantité et la qualité des contrats publicitaires.

Certains médias projettent un modèle féminin très éloigné du sport. Un modèle peu vêtu ou simplement nu. Une politique conçue pour attirer un type de lecteurs plus intéressés par les publications à contenu ouvertement machiste que par l’information strictement sportive (Ibáñez, 2001).

“Malheureusement, il est vrai qu’il y a beaucoup de place dans le monde pour les hommes médiocres, mais il n’y a pas de place pour les femmes médiocres.”

-Madeleine Albright-

Sports et femmes sont trop peu associés.

Environnement psychosocial dans la pratique sportive des femmes

Le groupe des femmes est le plus touché par la sédentarité. Et, en parallèle, c’est celui qui pourrait profiter des bienfaits les plus spécifiques issus de la pratique sportive. Il est alors particulièrement intéressant de connaître les facteurs qui favorisent l’activité sportive du côté des femmes.

L’abandon auquel les médias d’informations soumettent le sport féminin, ainsi que le traitement inadéquat qu’ils en font, ont de graves conséquences au stade de la formation des filles. La version du sport qui atteint les écoles et les foyers a, principalement, des protagonistes masculins.

Pour les femmes en général, il existe une interprétation déformée de leur part de participation dans ce monde. Elles manquent de mythes à suivre, de références.

Elles manquent d’informations et il n’y a pas d’athlètes avec suffisamment de charisme pouvant être un miroir à imiter dans leur phase d’entraînement. Les sports et les femmes ne se sont pas avérés être un couple attractif pour la société, sauf à de rares occasions.

Pour les raisons évoquées, il est logique qu’il soit chaque jour plus difficile pour les filles d’imaginer un avenir dans une carrière sportive, aussi prometteuse soit-elle. Ainsi, dans de nombreux cas, l’effort d’entraînement et de compétition est exclusivement réservé à leurs coéquipiers.

“Il y aura toujours des critiques. Il faut avoir beaucoup de confiance en soi et s’aimer soi-même. Une fois que vous avez construit ce mur de confiance, les critiques peuvent frapper le mur et rebondir immédiatement.”

Serena Williams

It might interest you...
Les femmes et les filles dans les sciences pour un avenir d’égalité
Nos PenséesLisez-le dans Nos Pensées
Les femmes et les filles dans les sciences pour un avenir d’égalité

Les femmes et les filles peuvent embrasser une carrière dans les sciences, sociales ou dures, et changer un monde encore trop dominé par les hommes...