La loi du moindre effort pour gérer le stress

· 29 avril 2019
Connaissez-vous la loi du moindre effort ?

La loi du moindre effort pour gérer le stress peut être extrêmement utile si nous l’appliquons efficacement. Il s’agit d’une ressource très simple qui provient du livre Les sept lois spirituelles du succès de Deepak Chopra. Selon cette approche, nous devrions suivre un chemin de vie qui nous permette d’économiser de l’énergie, d’avancer tranquillement dans notre quotidien et de nous connecter à notre être.

Il est possible que la construction « loi du moindre effort » nous évoque d’autres idées. Nous pouvons ainsi penser à ces personnes qui, dans leur quotidien, se limitent à faire des choses basiques. Cependant, l’idée à laquelle nous faisons référence n’a rien à voir avec ceux qui se limitent au strict minimum. 

Le point de vue auquel nous nous intéressons aujourd’hui, même s’il part du champ de la spiritualité, a un grand intérêt dans le domaine de la psychologie. La raison se trouve dans ce cadre inspirant qui nous aide à créer de nouvelles approches, à prioriser, à éliminer des habitudes qui nous freinent, à nous concentrer sur l’ici et maintenant pour investir en bien-être.

loi du moindre effort

Clés de la loi du moindre effort pour gérer le stress

Parmi les sept lois spirituelles pour atteindre le succès selon Deepak Chopra, la quatrième est celle du moindre effort. Pour comprendre sa transcendance et la façon dont elle peut nous aider, réfléchissons à l’idée suivante. Visualisons le monde naturel; tout ce qui se produit dans ce vaste monde surgit sans effort apparent, en s’appuyant sur l’inertie naturelle.

Tout est spontané, la souffrance est résiduelle : le vent qui fait trembler les feuilles, les fleurs en pleine éclosion, la rivière qui serpente entre les roches. La nature est équilibre. C’est un monde qui « coule » en suivant son propre rythme et ses propres cycles. Nous, les personnes, sommes souvent bloquées dans des routines et des points de vue limitants. Nous créons nos propres prisons en nous soumettant à des habitudes et des préoccupations qui engendrent de la souffrance.

Ne forcez pas : il faut parfois se laisser porter

Se laisser porter ne signifie pas se perdre. La loi du moindre effort pour gérer le stress nous invite à réfléchir aux idées suivantes :

  • Bien souvent, vous dépensez trop d’énergie et faites trop d’efforts pour des objectifs et des personnes qui ne vous apportent rien. Au lieu de vous apporter du bien-être, ils ne font qu’augmenter vos préoccupations.
  • Nous avons également tendance à forcer certaines dimensions et n’en tirons que de l’épuisement. Nous faisons tout notre possible, par exemple, pour être les meilleurs dans notre travail. Et nous voulons être appréciés de tout le monde. Nous dépensons notre temps et même notre santé pour des buts qui ne sont pas toujours les bons. Tout cela finit alors par générer de l’anxiété.

Face à toutes ces réalités, la meilleure solution consiste à se laisser porter. Nous devons comprendre cette idée à partir du point de vue du flowun terme introduit par le psychologue Mihaly Csikszentmihalyi dans son livre Flow : vivre la psychologie du bonheur.

Ainsi, dans notre vie, nous ne devrions rien forcer et mettre de côté ce qui génère de la souffrance. L’idéal est de chercher l’inspiration, d’être réceptifs à notre entourage, de nous connecter à nous-mêmes et d’investir notre énergie dans un autre type de productivité : celle qui nous apporte du bien-être et de la satisfaction.

loi du moindre effort

L’acceptation, pilier de la loi du moindre effort pour gérer le stress

La seconde clé de la loi du moindre effort pour gérer le stress est l’acceptation. Une façon de faire diminuer les pressions, les préoccupations, les tensions et l’anxiété est d’accepter tout ce que nous ne pouvons pas changer. Dans notre quotidien, nous faisons constamment face à une infinité de réalités. Des faits, des dynamiques et des personnes avec lesquelles nous entrons en conflit ou avons des divergences.

Acceptez le fait que vous ne pouvez pas tout contrôlerDans ce monde, il y aura toujours des projets qui iront mieux, des équilibres plus faciles à obtenir. Si vous franchissez ce cap, vous trouverez la tranquillité. Mais souvenez-vous : accepter ne signifie pas abandonner. Cela veut juste dire que certaines réalités sont éloignées de la vôtre. Le mieux est d’accepter ces faits et de continuer à croire en nous, en apprenant à vivre avec les dissonances qui auront constamment lieu à travers nos actes, nos valeurs, nos désirs et nos aspirations.

Vous êtes le seul et unique responsable de votre vie

Au fur et à mesure que vous parviendrez à accepter les choses telles qu’elles sont, vous découvrirez un autre aspect : vous êtes le seul responsable de votre vieUne fois que nous accepterons ce calme interne qui nous aide à comprendre que chacun est libre de choisir son chemin, de se comporter et de penser comme il le veut, nous découvrirons que nous avons aussi ce pouvoir. Un pouvoir qui implique une grande responsabilité.

Vous décidez de la vie que vous voulez vivre. Vous êtes libre de vous défaire de tout ce qui ne vous définit pas, ne vous plaît pas et vous fait du mal. Et vous êtes responsable de chaque choix que vous ferez dans ce processus qui a pour but de garantir votre bien-être.

Vous n’avez plus le droit de vous plaindre ou de rejeter la faute de ce qui vous arrive sur les autres. Vous êtes le seul capitaine de votre navire. Pensez-y. Essayez d’appliquer correctement la loi du moindre effort pour gérer le stress au quotidien.

 

  • Chopra, Deepak (1994) Las siete leyes espirituales del éxito. Edaf
  • Csikszentmihalyi, Mihaly (2011) Fluir (Flow): Una psicología de la felicidad. Kairós