La solitude ne fait peut-être pas envie à 20 ans mais elle devient par la suite nécessaire

15, février 2017 dans Psychologie 799 Partagés

Avec le temps, la solitude acquiert une toute autre saveur. Pourquoi ? Parce qu’au fur et à mesure que nous accumulons des expériences, nous arrivons à ce moment où la solitude devient synonyme d’espace personnel, intime et émotionnel.

Eh oui, la solitude est addictive. Une fois que vous découvrez la paix qui s’y cache, vous avez besoin par périodes de la voir vous recouvrir de son voile. Vous ne supportez plus autant le bruit extérieur et vous préférez vous connaître dans votre monde.

Avec le temps, vous commencez à vous lier sans peur à la solitude, à vous aimer intérieurement, à vous contempler et à récupérer un équilibre qu’il est très difficile d’obtenir dans la jeunesse. À 20 ans, la société ne vous permet pas de considérer la solitude comme une chose positive de la même façon que 30 ans plus tard, quand les expériences vous poussent à la nécessité de faire une pause et de réserver votre espace pour vous-même.


« La solitude est notre propriété la plus privée

un vieux rite de jongleurs de feu

nous nous déplaçons en elle et lui inventons des murs

avec des miroirs dont nous ne cessons de fuir. »

-Mario Benedetti-


 campo-de-girasoles

Qu’est-ce qui nous fait nous sentir libres dans la solitude ?

La solitude nous attire énormément parce qu’elle nous aide à conserver une parcelle de notre âme pour nous-mêmes. Avec elle, nous pouvons nous écouter, gérer nos inquiétudes, observer nos démons et manifester nos désirs.


Nos moments de solitude se transforment en un point de rencontre qui nous comble et ne nous fait aucun mal.


Mais… Attention! Nous ne devons pas confondre la solitude choisie avec l’isolement social. Nous devons la comprendre comme un lieu dans lequel nous nous rendons par notre propre volonté et avec le besoin de construire notre personnalité à travers une observation complète.

Lorsqu’une personne choisit d’être seule, elle ne se retrouve pas isolée. Qui plus est, la solitude choisie nous aide à développer une sensation de contrôle que la vie occupée et accélérée d’adulte ne nous permet pas de cultiver.

Une personne, dans ses instants de solitude, est responsable de la construction de son image dans le miroir et de la connaissance de ce qui se passe derrière son regard. Nous pouvons communiquer avec notre capacité d’introspection et analyser les antécédents et les conséquences de nos conflits, de nos réussites et de nos expériences.

nina-en-soledad-amanda-cass

La solitude nous apporte des moments de délicieuse intimité

À travers la rencontre intime avec soi-même, nous disons adieu à la dépendance émotionnelle et aux liens nocifs. Nous travaillons notre essence et pour cela nous n’avons besoin que de nous-mêmes, nous cultivons et travaillons notre intérieur, en prenant conscience de nos nécessités et en vainquant les peurs.


Ainsi, la crainte de ne pas trouver le sens de la vie se réduit, car quand une personne commence à apprécier ses moments de solitude, elle comprend que le sens de la vie est celui que l’on veut lui donner. Ni plus, ni moins.


Les personnes qui apprécient de passer des moments seules voient les choses d’une autre manière. Elles savent ce que c’est que de profiter d’une journée sans plans, de chercher des heures pour passer du temps avec elles-mêmes, d’être indépendantes, de considérer un café en solitaire comme l’un des plus grands plaisirs de la vie.

soledad

Cela aide à renforcer le pouvoir de décision et d’analyse. Qui plus est, le besoin d’être seul-e et l’appréciation de ce moment sont deux facettes liées à la créativité et à l’originalité. Cela transforme les petits détails en subtilités qui font toute la différence.


Nous nous découvrons à travers les moments où nous sommes en contact avec notre MOI profond. C’est ce qui fait de la solitude un synonyme d’espace personnel et intime. C’est ce qui nous pousse, très souvent, à trouver et à collectionner des raisons pour continuer de grandir.


La solitude est toujours utile pour se recomposer, pour s’introduire en soi-même et relancer la réflexion sur chaque partie de notre vie à laquelle nous ne faisons pas attention. L’essentiel de cet état émotionnel nous apprend à partager notre manière d’être avec nous-mêmes, à nous réserver un terrain et à l’utiliser pour travailler profondément cette chose qui nous porte : l’amour de soi.