Découvrir notre zone d’ombre, nos démons

22 août 2015 dans Curiosités 5 Partagés

“Chacun d’entre nous projette une ombre, qui se fait plus sombre et compacte lorsqu’elle ne se reflète pas dans notre vie consciente. Cette ombre constitue en effet un empêchement inconscient qui gâche jusqu’à nos meilleures intentions »

 (Carl Gustav Jung)

Nous utilisons souvent milles métaphores pour faire référence à notre côté le plus obscur telles que découvrir nos démons, la nuit obscure de l’âme, lutter contre le diable, alter ego, ombre, etc.,

Quant à moi, je préfère y faire référence comme le grand sac que nous traînons tous.

Un sac invisible qui nous accompagne la vie durant et où nous jetons depuis tous petits, les multiples facettes de notre personnalité qui n’ont pas plu à ceux qui nous entouraient alors, et qui ont exercé d’une manière ou d’une autre une influence sur notre vie.

L’ombre de chacun d’entre nous se développe durant l’enfance de manière naturelle, tout comme notre ego.

D’un côté, nous nous identifierons à certains des traits idéaux de notre personnalité comme la sympathie ou la bonne éducation, et de l’autre, nous bannirons ces qualités qui ne cadrent pas avec notre image idéale, tels l’égoïsme et l’envie, les frustrations ou les expériences douloureuses, jusqu’au fin fond de notre sac.

Chaque culture et chaque famille, déterminent à leur manière ce qui correspond à l’ego et ce qui correspond à l’ombre, en relation aux membres de leur système.

Certaines permettront l’expression de la rage, de l’agressivité, de la sexualité et des émotions intenses, alors que d’autres les tairont.

Notre sac grandit donc, tout comme celui de notre famille, de notre culture ou de notre société, surtout les 20 premières années de notre vie, nous passons ensuite le reste du temps à essayer de le vider…

Plus notre sac est plein, plus nous l’avons rempli de choses, moins d’énergie nous aurons dans notre quotidien, car cette énergie sera inaccessible, déposée au fond du sac.

Ce qui se passe souvent c’est que le jour où l’on s’y attend le moins, ou bien lorsque nous décidons d’ouvrir le sac, tout ce qui y a été déposé surgit comme une grande ombre, contenant une forte dose d’hostilité.

Cela arrive quand nous nions une partie de notre personnalité.

Celle-ci devient hostile, elle cherche à nous soumettre d’une certaine manière, comme si elle organisait une mutinerie contre nous.

Ce que nous n’affrontons pas finit toujours par nous surprendre d’une manière désagréable à un moment ou un autre.

Raquel6-420x275

Nous pouvons donc comprendre cette ombre comme ces qualités que nous n’acceptons pas de nous-mêmes.

Celles qui ne se voient pas dans le miroir lorsque nous nous y regardons, car nous ne voyons que ce que nous souhaitons voir.

Entrer en contact avec cette partie de nous implique une confrontation avec notre être intérieur.

Bien que les sentiments et les capacités bannies à l’ombre alimentent le côté obscur de la nature humaine, ils ne sont pas tous négatifs.

L’ombre n’héberge pas seulement les intérêts émotionnels, les souvenirs de l’enfance ou les symptômes névrotiques.

On y trouve également des aptitudes et des talents que la personne n’a pas développé.

A découvrir aussi