Le silence mesuré : une forme de manipulation

· 15 août 2017

Le silence mesuré, ou bien dosé, peut être une forme, comme beaucoup d’autres, d’agression passive. Il est défini comme une gestion calculée de la communication dans laquelle le silence joue un rôle primordial et qui a pour objectif de contrôler et de fragiliser une autre personne ou sa position. On ne manipule pas toujours à travers les mots, on le fait également à travers les silences. Cette tactique est très nocive car elle fait un usage puissant de la technique du caméléon.

On l’appelle le silence mesuré ou bien dosé car il n’est pas constant, comme quand quelqu’un vous ignore ou cesse de vous parler. Dans ce type de manipulation, on mélange l’accord et le désaccord. Et tout cela s’effectue de manière arbitraire. C’est le manipulateur qui décide du rythme de la communication à la recherche de ses intérêts, et dans laquelle l’autre n’est plus qu’un instrument.

« Parfois, le silence est le pire mensonge. »

-Miguel de Unamuno-

Comme le silence-même est une forme d’expression qui est très ambiguë, la victime finit par se sentir très confuse ou angoissée. Elle ne sait finalement pas quoi penser et dépense beaucoup de temps et d’énergie émotionnelle à essayer de deviner ce que signifie chaque silence. Elle se sent dans l’insécurité et doute de tout ce qu’elle fait. Elle finit souvent par penser qu’elle a un problème, qu’elle ne sait pas interpréter les choses ou elle donne une importance exagérée à ces silences.

Comment se manifeste ce silence mesuré ?

Le silence mesuré se manifeste de nombreuses manières. Une des manières habituelles a lieu quand le/la manipulateur-rice cherche à vous faire parler en premier et de tout. Ce n’est pas une forme de politesse. Iel vous laisse parler simplement pour vous sonder, pour prendre des informations et pour vous étudier. Mais attention, tou-te-s celleux qui vous font parler en premier ne sont pas des manipulateur-trice-s pour autant. Ce comportement doit être fréquent ou constant, et avoir une intention. Cette personne parle peu d’elle-même ou le fait de manière évasive.

Le silence mesuré se présente également quand quelqu’un brise la communication de manière subite et ensuite la rétablit de manière inattendue. Elle cesse de répondre à vos appels ou aux messages comme si rien ne s’était passé. Et si vous lui demandez pourquoi elle est distante, elle vous dira qu’il ne se passe rien, que ce sont vos impressions et qu’elles sont fausses.

De la même manière, le silence est bien dosé quand on impose une sorte de censure à propos de certains sujets, sans explication. Quand vous essayez de parler de quelque chose, l’autre personne élude le sujet ou refuse de donner des détails. Cela, bien sûr, s’applique à des questions qui sont importantes pour les deux parties. Le négatif, ce n’est pas que quelqu’un ne veuille pas parler de quelque chose en particulier, mais que ce soit systématique et qu’il ne donne aucune explication, sachant bien que cette attitude affecte l’autre.

Pour finir, le silence mesuré amène souvent à taire des choses car, « supposément » mieux vaut que l’autre ne le sache pas. Cela s’applique à des sujets qui concernent directement la personne à qui on cache des informations.

La parole est puissante, mais le silence aussi

Ce qui distingue un silence manipulateur d’un silence spontané est l’objectif. Quiconque fait appel à cette stratégie de s’abriter dans l’absence de mots le fait dans le but de tout contrôler. Il sait qu’il génère une certaine confusion, il projette de l’insécurité et c’est précisément ce qu’il recherche. Se cacher derrière le silence laisse l’autre sans armes pour agir à conditions égales.

Il ne faut pas confondre le silence manipulateur et la timidité. Tout le monde n’a pas une facilité de communication spontanée. Il y a celleux qui ont besoin de temps et de compréhension pour exprimer ce qu’iels pensent et ressentent. Iels ne parlent pas car iels souffrent de timidité, d’insécurité ou de manque de confiance. Mais leur objectif n’est pas de contrôler les autres. Plutôt de se protéger elleux-mêmes.

Le silence mesuré se distingue par l’effet qu’il génère chez l’autre. Il est alterné par une communication en apparence ‘normale’. C’est une absence de mots qui donne la sensation de cacher quelque chose. Comme il est subtil, on peut difficilement l’affronter, sous peine d’être accusé-e de paranoïaque ou de fantasque. Cependant, aussi subtil soit-il, il provoque beaucoup de dommages dans une relation et notamment sur la personne qui est l’objet de la pratique.

Ce type de silence peut s’avérer extrêmement agressif, surtout car il engage la communication sur un terrain glissant. Les malentendus et les hypothèses sont légion dans le quotidien. Et l’abus en tant que tel est difficilement mis au jour, sauf dans ses effets concrets. Si l’autre, après qu’on lui ait parlé de son attitude, ne cesse pas cette pratique toxique, il n’y a pas d’autre chemin qu’un rejet direct et explicite. Prenez vos distances !

Lisez aussi : La loi du silence, un abus psychologique déguisé

 

Images de Pablo Thecuadro